Accueil > sports

les sports


recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Jeu. 09 Mars 2017 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

Avant UBB / Grenoble (20e journée) : Gagner ou trembler jusqu'au bout...

La situation est devenue d'une simplicité biblique, hélas. On n'en est plus aux calculs d'apothicaire et au stade des ... [la suite...]
écouter

La situation est devenue d'une simplicité biblique, hélas. On n'en est plus aux calculs d'apothicaire et au stade des douces espérances de phases finales. Compte tenu de son classement, l'UBB n'a d'autre salut que la victoire ce samedi à 18h15 (en direct intégral sur nos ondes) pour sa dernière de la saison au stade Chaban Delmas si elle veut assurer son avenir en Top 14, même s'il est probable qu'il lui faudra une autre victoire d'ici la fin de l'exercice. Vainqueur logique du Racing (29-19) la semaine passée, le FCGR lutte avec une énergie admirable pour ne pas descendre, et sa dernière chance de sauver sa place dans l'élite passe par un exploit à Bordeaux. Les Unionistes sont prévenus. Vainqueurs de justesse à l'aller dans l'Isère le 12 novembre (22-24), il leur faut confirmer à domicile et surtout, mettre un terme à une terrible spirale de matches sans victoire. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Clément MAYNADIER le talonneur de l'UBB, et de Romain LONCA (photo) l'ouvreur ou trois quarts de l'UBB, qui fait son retour dans le groupe et. D'autres réactions unionistes et grenobloises à écouter ce vendredi 10 Mars dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans le Week-End en Sport à partir de 18h15, et samedi 11 Mars dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 16h. Coup d'envoi : 18h30, commentaires de Julien Dourthe et Laurent Ferrères.
Mar. 07 Mars 2017 : BASKET - Ligue D'aquitaine (Sports Magazine)

Basket-Ball National : Résultats, Classements et Réactions !

Avec Erick Dauzon, commentaires sur les résultats des clubs lot-et-garonnais. match SAINT MEDARD / PANAZOL FEYTIAT 95-74. Reportage de ... [la suite...]
écouter

Avec Erick Dauzon, commentaires sur les résultats des clubs lot-et-garonnais. match SAINT MEDARD / PANAZOL FEYTIAT 95-74. Reportage de Frédéric Bellette avec les réactions !
Mar. 07 Mars 2017 : RUGBY - Top 14 (Sports Magazine)

STADE FRANCAIS / UBB (32-9) : Toutes les réactions !

Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Jean Bouin à Paris, écoutez les ... [la suite...]
écouter

Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Jean Bouin à Paris, écoutez les réactions d'après-match de Raphaël IBANEZ, manager, Gauthier DOUBRERE, demi de mêlée de l'UBB, Djibril CAMARA, international français, arrière du Stade Français auteur du 3e essai parisien, et Gonzalo QUESADA, manager du Stade Français 
Mar. 07 Mars 2017 : ATHLéTISME (Sports Magazine)

34e édition du semi-marathon BAZAS / LANGON

ATHLETISME : Avec Didier DESAGES, organisateur et Président du Stade Langonnais Athlétisme, compte rendu de la ... [la suite...]
écouter

ATHLETISME : Avec Didier DESAGES, organisateur et Président du Stade Langonnais Athlétisme, compte rendu de la 34eme édition de la course pédestre semi-marathon  BAZAS / LANGON et des courses Coimères / Langon et Cazats / Langon.
Mar. 07 Mars 2017 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football Régional : Résultats, classements et réactions !

Régional 1: LORMONT / LANGON (5-2). Réaction de Jean-Luc GAUTIER, entraîneur de l'US ... [la suite...]
écouter

Régional 1: LORMONT / LANGON (5-2). Réaction de Jean-Luc GAUTIER, entraîneur de l'US Lormont. 

ESTUAIRE HAUTE GIRONDE / CESTAS (0-3). Réaction d'Aurélien POUEY, attaquant du SAG Cestas.

Avec Erick Dauzon, analyse des résultats des clubs du Lot-et-Garonne.  

Régional 2:  LA BREDE / CROISES BAYONNE(2-1). Réaction de Christophe MARCHET, entraîneur du FC La Brède.

Interview de Walter ROUZIER, sélectionneur national de l'Equipe de France de football des Sapeurs Pompiers en stage dans la région bordelaise.
Mar. 07 Mars 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

BORDEAUX / LYON (1-1) : Toutes les réactions !

De la frustration tout de même chez les Girondins, au terme d'un match enlevé qu'ils auraient mérité de ... [la suite...]
écouter

De la frustration tout de même chez les Girondins, au terme d'un match enlevé qu'ils auraient mérité de remporter malgré des conditions météo très difficiles (en photo, Gonalons le capitaine lyonnais testant la solidité du maillot de Gaétan Laborde, frappé du nouveau sponsor du club). Au micro de Christophe Monzie, écoutez toutes les réactions d'après-match : Jocelyn GOURVENNEC, Jeremy TOULALAN, Valentin VADA, François KAMANO, Cédric CARRASSO côté girondin, Bruno GENESIO, Moctar DIAKHABY, RAFAEL et Alexandre LACAZETTE côté lyonnais.
Dim. 05 Mars 2017 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

STADE FRANCAIS / UBB (32-9) : L'UBB touche le fond à Paris

Si le plan Orsec (Organisation de Sécurité) n'a pas encore été déclenché, on ne serait pas surpris ... [la suite...]
écouter

Si le plan Orsec (Organisation de Sécurité) n'a pas encore été déclenché, on ne serait pas surpris de son imminence. En concédant à Paris face à un Stade Français, pas plus rassuré qu'elle, sa plus nette défaite de la saison (exception faite de celle de Toulon où elle avait joué une heure à 14 contre 15 après l'exclusion de Braid), l'UBB a donc aligné un 7e match sans victoire et remis aux calendes la réaction d'orgueil qu'elle avait pourtant promis d'avoir. La cabane est même tombée sur le chien tant la manière inquiète encore plus que le score, alors que le quinze aligné à Jean Bouin avait - en théorie - une toute autre allure que l'équipe décimée par les blessures, qui a pourtant rendu des copies autrement plus honorables à Montpellier (31-26) ou contre Clermont (23-23)...Mais, tant chez les entrants de retour de blessure que chez ceux qui n'ont pas quitté le groupe fanion, il n'y en a pas eu un seul pour tirer les autres de la panade, et cette fois, la cote d'alerte est atteinte, car à ce rythme, l'Union va dans le mur, ses poursuivants ne perdant pas de temps ni beaucoup de terrain, au contraire. Le Top 6 étant désormais rangé dans l'armoire aux illusions perdues, la réalité donnerait plutôt le torticolis, tant elle oblige l'Union à regarder derrière elle. Et dans l'humide froidure d'un stade Jean Bouin (photo) balayé par un vent permanent qui, on le comprit très vite, porta davantage la révolte des hommes du cru que celle des Girondins, le suspense n'aura duré que 19 minutes. Les 19 premières, c'est-à-dire le laps de temps dérisoire qu'il a fallu aux franciliens pour empocher un bonus offensif qu'ils n'ont par la suite pas eu grand peine à conserver. Deux bêtises pour commencer et offrir deux pénalités à Plisson en à peine 5 minutes (6-0, 6e), puis une "cagade" de Buttin dans son en-but sur un ballon qui lui brûle les doigts, mais pas ceux du rusé Waisea Nayacalevu, venu planter un essai de voleur du bout de la paluche (11-3, 10e). A peine le temps de se faire manger une ou deux autres fois en touche, et l'arrière Camara, revenu de 3 mois d'absence, prend le périphérique axial (le seul qui n'existe pas encore à Paris, puisque précisément, il fait le tour...par le milieu) pour aller aplatir sous les perches un essai de tableau noir, après avoir enrhumé quatre girondins (18-3, 16e). Enfin, le coup de grâce, sur une action d'école petit côté avec une percussion de Danty suivi d'une passe le long de la touche pour Sinzelle, qui enquille comme à l'entraînement, et comme au match aller où il avait déjà scoré (23-6). 3 essais et un bonus en 9 minutes, le Stade Français a pris la voie Express. Et l'Union est déjà dans les cordes. Pendant plus de 7 minutes, elle rebondira telle une balle de tennis égarée d'un court de Roland Garros (il est vrai, juste à côté) contre le mur parisien, campant dans les 22 sans inscrire le moindre point, venant même mourir à 2 mètres de l'en-but stadiste. Quand Madigan enquille dès la reprise (23-9, 47e) face aux perches, quelques optimistes béats se prennent à rêver à l'improbable retour. Mais les changements de piliers (Poirot et Clerc remplaçant Taofifenua et Cobilas) et le retour de Marais ont l'effet d'un cautère sur une jambe de bois. C'est toujours le Stade qui régale, avance et envoie du jeu, malgré un terrain difficile, avec juste un peu moins d'impact qu'en première période, parce que le score ne l'exige plus guère. Réduite à 14 pendant 10 minutes après le carton jaune d'un Talebula transparent (il ne fut pas le seul), l'Union passe rarement la médiane, et encore plus rarement la ligne des 22 mètres parisiens, sauf sur un solo au pied façon footballeur de Ducuing, qui voit son rêve d'essai fauché net à 5 mètres de la ligne par le retour du pompier Nayacalevu (73e). Pendant plus de 20 minutes, la marque, acquise depuis belle lurette, ne bouge plus, avant que Plisson (qui fort heureusement a laissé 10 points au pied) ne parachève l'ouvrage sur une nouvelle offrande face aux perches (32-9). N'empêche, la note, bien assez salée comme cela, a tout de même des accents funestes pour une équipe qui ne répond plus mentalement. Il reste une petite semaine maintenant pour se regarder dans la glace, laisser les doutes sur le divan, et gagner ce samedi 11 mars un match de la peur contre Grenoble qui, aussi incroyable que cela puisse paraître dans ce trou d'air sans précédent, par sa durée, depuis la montée de l'UBB dans l'élite, sera bel et bien celui d'un pas capital - ou non - vers le maintien. Capital mais pas suffisant. Car au train où avancent les mal classés, il faudra probablement une autre victoire à l'UBB pour assurer le coup. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le stade Jean Bouin à Paris, écoutez la réaction des deux managers, Raphaël IBANEZ (UBB) et Gonzalo QUESADA (Stade Français). D'autres réactions parisiennes et unionistes à écouter ce lundi 6 mars 2017 dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.
Sam. 04 Mars 2017 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

Stade Français / Union Bordeaux Bègles (19e journée) : L'UBB y croit toujours

Cinq défaites et un nul pour une formation Unioniste qui n'a plus gagné en championnat depuis le 19 novembre 2016 contre La ... [la suite...]
écouter

Cinq défaites et un nul pour une formation Unioniste qui n'a plus gagné en championnat depuis le 19 novembre 2016 contre La Rochelle (26-0) et qui est passée de la seconde place ce soir-là à une anonyme 9e place aujourd'hui, de toute évidence l'UBB est dans le dur depuis plus de trois mois. Pas question pour autant de céder au découragement, car un retour dans le Top 6 reste mathématiquement tout à fait possible, mais il passe obligatoirement par des performances à l'extérieur, étant donné que l'UBB a lâché déjà deux fois à domcile cette saison (Montpellier puis Pau) et concéde un nul contre le leader Clermont (23-23), des points précieux qu'il faudra tâcher de récupérer sur les 8 matches restants. L'an passé les Girondins s'étaient imposés à Jean Bouin (24-21) mais les Parisiens, 11es et toujours sous la menace de la relégation, n'ont eux non plus aucun droit à l'erreur désormais. L'ambiance promet d'être irrespirable ce dimanche 5 mars dans la capitale (à vivre en direct intégral sur nos ondes) entre deux formations en quête de sérénité. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Louis-Benoit MADAULE le 3ème ligne de l'UBB, Marc CLERC le pilier de l'UBB et Jefferson POIROT (photo) pilier, l'un des "revenants" dans l'équipe pour ce week-end (avec Marais, Talebula et Domvo). Pour entendre l'intégralité de ces entretiens, ainsi que d'autres réactions unionistes et des réactions parisiennes d'avant-match, rendez-vous ce dimanche 5 Mars 2017 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 16h15. Coup d'envoi : 17h, commentaires de Christophe Monzie.

Le groupe girondin retenu pour ce dimanche 5 Mars à Paris : AVANTS : Taofifenua, Poirot, Poux, Cobilas, Clerc, Avéi, Maynadier, Brute de Remur, Cazeaux, Marais, Jones, Madaule, Braid, Edwards, Tauleigne, Chalmers. ARRIERES : Lesgourgues, Doubrère, Hickey, Madigan, Domvo, Ashley-Cooper, Talebula, Spence, Dubié, Buttin, Ducuing.

BORDEAUX / LYON (1-1) : Prometteur et frustrant à la fois...

Onze minutes. Ce n'est pas seulement le titre d'un roman célèbre de Paulo Coelho....C'est aussi ce qu'il aura ... [la suite...]
écouter

Onze minutes. Ce n'est pas seulement le titre d'un roman célèbre de Paulo Coelho....C'est aussi ce qu'il aura manqué à des Girondins tour à tour séduisants puis courageux pour battre un OL accrocheur, qui a fini par arriver à ses fins sur un énième coup-franc de Valbuena, repris de la tête au second poteau par l'argentin Mammana, absolument seul, qui sanctionnait une faute imaginaire de Kamano sur Rafael sur le flanc droit (1-1, 79e). Dommage car les locaux, avec une belle opiniâtreté, s'accrochaient depuis plus d'une heure à l'avantage joliment octroyé par Valentin Vada, parti légèrement hors-jeu sur un service en profondeur de Kamano sur le flanc gauche, qui croisait sa frappe dans le petit filet opposé de Lopes (1-0, 16e). Une fois encore, les Girondins se sont fait rejoindre sur un coup de pied arrêté, une faiblesse récurrente, et restent donc à 4 longueurs des lyonnais (qui ont un match en retard à jouer à Metz) après avoir été sur leurs talons pendant 63 minutes. Pas sûr qu'une autre occasion de les rejoindre se présente d'ici la fin de l'épreuve, on le craint...Mais l'intensité physique que les Gones ont mise sur ces phases de jeu etait, il est vrai, devenue étouffante, et la rupture proche. L'erreur des Marine et Blanc aura sans doute été de ne pas plier l'affaire plus tôt alors qu'il y eut la place de le faire, sur une pelouse aux appuis aléatoires en raison de trombes d'eau intermittentes qui compliquèrent un peu plus leurs desseins. Malgré la météo, cette rencontre fut d'une excellente facture, un match d'hommes où la distribution des cartons ne fut pas toujours effectuée avec le plus grand discernement par M.Schneider, Gonalons et Morel, auteurs de deux grosses fautes après avoir été déjà rapidement avertis, s'en tirant par exemple à très bon compte, quand au moins l'un d'eux aurait mérité le second jaune avant la mi-temps...L'autre fait de jeu nettement moins contestable fut ce penalty flagrant sur Malcom, touché par Daikhaby en pleine surface de réparation (même l'intéressé le reconnaissait après coup...) mais sanctionné d'un jaune pour...simulation (!) à la grande colère du petit brésilien, à la conclusion d'un contre énorme de 70 mètres mené par Contento sur le flanc gauche (39e). L'arbitre de touche M.Henninot était pourtant à 15 mètres à peine de l'action. Mais pour obtenir un penalty contre l'OL, on le sait, il faut vraiment que la faute soit très grosse...Amusant de voir comment les Girondins sont arbitrés quand on compare cet oubli fâcheux au pénalty imaginaire qui a fait gagner le PSG (1-0), en grande difficulté et plutôt chanceux contre Nancy ce samedi. A 2-0 pour Bordeaux à la pause, la face de la rencontre eut probablement été tout autre...Et si les premiers dangereux furent les Gones, après l'émouvante minute de silence à la mémoire de Raymond Kopa et un tifo splendide déployé par les Ultras (photo), Lacazette profitant d'une erreur de Jovanovic pour se fermer l'angle et faire trembler le petit filet de Carrasso (9e), ce sont sans doute les Girondins qui bénéficièrent, sur l'ensemble du match, des occasions les plus nettes, même en seconde période sur des contres bien menés, au plus fort de la domination lyonnaise. Car l'arrêt le plus délicat du portier bordelais fut finalement cette manchette autoritaire face à Depay qui avait récupéré en pleine course une transversale de 50 mètres de Rafael (28e). Les Girondins avaient eux aussi hérité d'une autre occasion intéressante par Kamano dont le centre, repoussé dans l'axe, était repris d'une volée dévissée par Vada, puis d'un retourné improbable de Laborde (35e). Mais c'est en seconde période que le niveau monta d'un cran et que les occasions se firent plus franches, avec une fin de match où chacun chercha le KO. Vada butait encore sur Lopes sur un ballon arraché par Laborde dans les pieds lyonnais (54e), mais surtout le portier portugais de l'OL sauvait du pied sur un tir de Laborde, conclusion d'un contre prestement mené par Malcom (67e), avant de se montrer décisif également devant Kamano sur le côté gauche, quand le Guinéen, surpris de l'offrande, ratait son contrôle dans la surface (69e). L'OL n'était réellement dangereux que sur phases arrêtées, avec un premier coup-franc excentré de Valbuena repris de la tête au dessus de la barre par Diakhaby (72e), puis le second qui trouva donc celle victorieuse de Mammana dans les conditions que l'on sait. Entretemps, Pallois avait sauvé le pire d'un tacle décisif devant Lacazette, rattrapant une erreur de Jovanovic (76e). Mais la dernière occasion revenait à Kamano, encore très combatif, qui voyait par deux fois, coup sur coup, sa tentative sauvée par Mammana au point de penalty (92e) après que Laborde se fut effacé habilement sur un centre de Menez, entré en jeu en fin de rencontre. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB) et Bruno GENESIO (OL). D'autres réactions bordelaises et lyonnaises à écouter ce lundi 6 mars dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Bordeaux / Lyon (28e journée) : Après les Dogues, les Girondins veulent croquer du Lyon...

Cette fois-ci, on change de braquet et de dimension. Les crocs élimés des dogues Lillois, laborieux qualifiés à ... [la suite...]
écouter

Cette fois-ci, on change de braquet et de dimension. Les crocs élimés des dogues Lillois, laborieux qualifiés à Libourne contre Bergerac, laissent la place à ceux, nettement plus acérés, d'un Lyon plus carnassier que jamais (20 buts marqués sur les 4 derniers matches) mais friable (10 défaites en championnat). Les Girondins, qui avaient livré au Parc OL le 10 septembre dernier (victoire 3-1) leur meilleure seconde mi-temps de la saison après une première où ils avaient héroîquement résisté à la tempête, grâce notamment à un Carrasso des grands jours, peuvent-ils remettre le couvert et prendre...6 points sur 6 au 4e du chmpionnat, après n'en avoir pris aucun face au PSG, et peut-être guère plus à Monaco, ce que l'on saura vite, dans une semaine. S'ils resserrent les boulons de leur défense, passablement dévissés contre Lorient mardi, tous les espoirs restent permis pour une équipe nettement plus efficace offensivement qu'il y a deux mois. L'enjeu est de taille, car en cas de victoire, les Marine et Blanc gagneraient sur les deux tableaux. D'abord, c'est sûr, ils resteraient solides cinquièmes. Mais en plus, ils reviendraient sur les talons des Gones, avec la perspective de disputer peut-être, sur les 10 derniers matches, une carotte plus appétissante encore que cette sempiternelle 5e place affichée par la direction du club. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Jocelyn GOURVENNEC le coach du FCGB, et Younousse SANKHARE (photo) le milieu de terrain du FCGB. D'autres réactions bordelaises et lyonnaises à écouter ce vendredi 3 Mars dans le mag d'avant-match de Top Chrono en direct du Matmut Atlantique à partir de 20h10. Coup d'envoi : 20h45. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.
Ven. 03 Mars 2017 : RUGBY - Pro D2 (Top Chrono - matches du SU Agen Rugby)

Montauban / Agen (18-22) : Le SUA signe un exploit et repasse leader !

Dans un derby de la Garonne de haute tenue où il fut parfois au bord de la rupture, surtout en première période, le SUA, ... [la suite...]
écouter

Dans un derby de la Garonne de haute tenue où il fut parfois au bord de la rupture, surtout en première période, le SUA, héroïque de résistance pendant les 15 dernières minutes etemmené par un Darbo des grands soirs, a su sortir de la cuvette de Sapiac avec un succès déterminant qui le hisse, au moins momentanément, au premier rang du Pro D2. Au micro de Francis Dal'Zovo, qui commentait cette rencontre en direct du stade de Sapiac à Montauban aux côtés de Jean-Pierre Delserre, écoutez les réactions de Mickael LADHUIE le talonneur et capitaine de Montauban, Clément DARBO le demi de mêlée du SUALG et Antoine MIQUEL le 3ème ligne du SUALG. D'autres réactions à écouter ce vendredi 3 Mars dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Le Week-End en Sport à partir de 18h15.
Jeu. 02 Mars 2017 : FOOTBALL - Coupe De France (8e De Finale) (Le Week-end en sport)

BERGERAC / LILLE (1-2) : Trop cruel pour les héros Dordognots

Portés par plus de 5000 spectateurs dans un stade Jean-Antoine Moueix qui résonnait d'émotion comme au temps de ses ... [la suite...]
écouter

Portés par plus de 5000 spectateurs dans un stade Jean-Antoine Moueix qui résonnait d'émotion comme au temps de ses riches heures avec les Pingouins, les Bergeracois méritaient certainement la prolongation. Pour le courage et l'abnégation déployés, pour cette tête rageuse de leur capitaine, géant sur ce match, Mamadou Kamissoko, s'arrachant au premier poteau pour couper de la tête la trajectoire du dernier corner de la partie tiré tendu par Zidane et surprendre Maignan (1-1, 90e + 2). Pour la détermination affichée pour contenir un LOSC d'abord très prudent en première période (une seule frappe dangereuse de Bahlouli au ras du montant, 18e, et une incursion suivie d'un retourné de Eder à l'entrée de la surface, repoussé avec autorité par Dolivet 42e), puis plus pressant en seconde, jusqu'a l'ouverture du score par le meilleur élement du moment, Ronny Lopes, d'une pitchenette d'école au-dessus du gardien dordognot, sur un service en profondeur de Bissouma (70e). Oui, incontestablement, le BPFC avait légitimement droit à ces 30 minutes supplémentaires. Sauf qu'en Coupe de France, épreuve à élimination directe, il faut d'abord jouer le temps initial jusqu'à l'ultime seconde avec la plus grande vigilance, même lorsque l'arbitre annonce 5 minutes d'arrêts de jeu, justifiés...Et peut-être, savoir contenir la joie et l'exaltation d'une égalisation en ne jouant pas avec le feu, ni encore moins avec des Dogues en apparence inoffensifs et résignés eux aussi à cette issue, si on ne leur donne pas l'os à ronger. Péché de jeunesse, erreur tactique, excès de confiance, fatigue ? un peu de tout cela, probablement : après la frappe fracassante de Xeka déjà déviée miraculeusement sur la barre par Dolivet (90e + 4), la relance plein axe à 20 mètres du but dordognot ne s'imposait sans doute pas. Une interception et le géant portugais Eder, déjà crucificateur des Bleus en Finale de l'Euro, remet le couvert contre d'autres bleus de Dordogne, et s'en va, du plat du pied, expédier un LOSC vraiment minimaliste en quarts de finale contre Monaco (1-2, 90e + 4). Bergerac repense alors au parfum interdit, humé furtivement lorsqu'il a mis le nez à la fenêtre, pas souvent dans la rencontre, mais assez pour faire trembler des Nordistes pas très à l'aise dans leurs crampons. Et surtout à cette erreur de relance au pied de Maignan, à 20 mètres de son but, que Pinto expédiera au-dessus malgré le but vide, en s'étant un peu trop précipité alors qu'un lob l'eût assuré de l'ouverture du score (37e). Ou à cette main dans la surface de Soumahoro sur un centre de ce même Pinto de la gauche, que M.Thual jugea involontaire (39e). Qu'importe : la fête, seulement ternie à une poignée de secondes de la fin par une expulsion inutile du petit ailier bergeracois, aura été superbe, et le parcours historique. Le BPFC quitte l'Epreuve Reine avec gloire, juste assez tard pour que toute la France du foot sache désormais qu'à Bergerac, il n'y a pas que le nez de Cyrano. Et juste assez tôt pour ne pas se carboniser un mois de plus pour une exécution inéluctable face aux Galactiques Monégasques, et garder ainsi du jus et de la concentration pour un sprint final (9 matches) qui peut encore le mener en National. Ce qui s'appelle, en quelque sortes, ménager la chèvre e tle chou. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct du stade Moueix à Libourne, écoutez la réaction de l'entraîneur de Bergerac Fabien PUJO et du milieu de terrain du LOSC Naïm SLITI. D'autres réactions bergeracoises et lilloises à écouter ce vendredi 3 mars dans nous journaux de 7h à 18h, puis dans Le Week-End en Sport, à partir de 18h15.
Mer. 01 Mars 2017 : FOOTBALL - Coupe De France (8e De Finale) (Top Chrono - matches du FC Girondins de Bordeaux)

BORDEAUX / LORIENT (2-1) : Encore dans la douleur

Même tarif que pour le match de championnat, et même profil de rencontre, ou presque. Comme le 5 novembre dernier où ils ... [la suite...]
écouter

Même tarif que pour le match de championnat, et même profil de rencontre, ou presque. Comme le 5 novembre dernier où ils s'étaient imposés sur un ciseau retourné de Rolan lumineux, les Girondins ont souffert mille maux pour mettre à la raison des Merlus qui n'avaient rien de Merlans frits, malgré leur peu enviable 20e place en Ligue 1. Mais comme en Coupe, il est d'usage d'affirmer que seule la victoire est jolie, l'on s'en tiendra à cet adage, et l'on fermera les yeux, au moins pour trois jours, sur les largesses inquiétantes et surprenantes, après les bonnes sorties face à Caen ou Guingamp, consenties par la défense bordelaise tout au long de cette rencontre, et plus encore après qu'elle eut pris l'avantage, sur une fin de match crispante où les Morbihanais n'ont dû qu'à leur imprécision dans les tirs de ne pas décrocher une prolongation qui n'eût pas été usurpée. Certes, on retiendra la réactivité des Marine et Blanc et la combativité de certains, à l'image de Laborde, Sankharé ou Menez, qui se sont démenés pour inverser un sort encore une fois contraire à domicile. Mais il est évident que de tels errements contre un adversaire de la pointure de l'Olympique Lyonnais ce vendredi soir ne pardonneront pas. En attendant, Bordeaux a dû se mettre en quatre pour se mettre en quarts, même s'il aurait pu mener à la pause, si Menez n'avait pas manqué un lob qui semblait facile sur Lecompte, après un mauvais renvoi dans l'axe de la défense lorientaise de Ciani (23e), ou s'il n'avait pas buté sur le gardien visiteur, qui repoussait du pied sa frappe, après une fausse piste de Laborde (37e), ou encore si Sankharé avait cadré son pointu à bout portant, dévié en corner au dernier moment, au terme d'une belle pagaille dans la défense provoquée par Laborde (43e). Mais il aurait tout aussi bien pu accuser un but de retard, si Cafu n'avait vu sa reprise contrée in extrémis par Plasil froler la lucarne (27e), et surtout si Gajic n'avait pas sauvé sur la ligne une reprise de Marveaux seulement effleurée par Carrasso, à la réception d'un centre en retrait de Cabot (31e). Les Girondins, sur un faux rythme tout le premier acte et trop permissifs avec leurs hôtes qu'ils ne poussèrent jamais dans les cordes, semblaient aborder le second avec plus de détermination quand Plasil donnait le ton sur une frappe de peu à côté (46e). Mais le premier contre visiteur était le bon quand un centre de la droite du nouvel entrant, Aliadière, était relâché par Carrasso qui manquait quelque peu son intervention, non averti par sa défense, le ballon traînait aux 6 mètres devant Gajic impuissant, avant d'être repris par Jeannot (0-1, 47e). Lorient allait-il décrocher sa première victoire de l'histoire en terre girondine, toutes compétitions confondues ? Pas pour cette fois. Laborde grillait le Goff et centrait en retrait au premier poteau sur Sankharé qui ratait l'immanquable seul à 6 mètres (60e).  Ce que voyant, de passeur, le Landais se muait en buteur pour remettre Bordeaux sur les rails en reprenant de près un tir croisé de Menez renvoyé par le montant droit (1-1, 61e). Dans la foulée, encore prise dans son plein axe, la défense bordelaise s'en tirait miraculeusement grâce à un tacle décisif de Lewczuk revenu sur Marveaux qui filait seul au but (62e). Menez allait encore s'avérer précieux en démarquant cette fois-ci Laborde sur la gauche de la surface qui, dans un angle pourtant fermé, réussissait un bijou de tir croisé piqué au-dessus de Lecomte, dans le petit filet opposé (2-1, 71e). Au même moment du match où, 4 mois avant lui, Rolan avait aussi signé le geste de classe précédemment cité, pour sauver ses coéquipiers. Le buteur bordelais spécialiste des coupes, bien lancé par Ounas, ratait ensuite de peu de mettre les siens à l'abri en butant sur Lecomte (72e). D'autant plus dommage que Bordeaux allait trembler jusqu'au bout, notamment lorsque Cafu, inexplicablement seul aux 16, 50 mètres sur un centre en retrait de Marveaux, écrasait sa frappe qui manquait de puissance pour surprendre Carrasso (80e), ou quand Jeannot échappait au marquage élastique de Contento pour une volée "cavaniesque" à la réception d'un centre de Le Goff, heureusement contrée celle-ci (84e)... Sur un des rares contres, Bordeaux manquait alors le break quand Menez, servi parfaitement par Malcom à 3 mètres de la ligne de but lorientaise, était devancé in extremis par Touré (87e). Mais la dernière frayeur d'une fin de match qui parut bien longue était girondine, Aliadière encore oublié à l'angle de la surface expédiant sa reprise au ras de la lucarne (89e). Bordeaux passe donc à l'orange et assure l'essentiel, mais vendredi contre l'OL, il lui faudra faire montre de beaucoup plus de rigueur pour ne pas revivre la débâcle du 21 décembre 2014 face aux Gones à Chaban-Delmas (0-5). En quart de finale le 5 avril prochain, les Girondins se déplaceront chez le SCO d'Angers. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions de Bernard CASONI, entraîneur du FCL, Jimmy CABOT, ailier droit du FCL, sorti blessé au talon à la mi-temps, Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur du FCGB, Gaétan LABORDE, double buteur de la soirée (61e et 71e) et Cédric CARRASSO, gardien de but du FCGB.
Mar. 28 Févr. 2017 : FOOTBALL - Coupe De France (8e De Finale) (Top Chrono - matches du FC Girondins de Bordeaux)

Avant Bordeaux / Lorient : Tout, sauf facile...

Si les Merlus, solides lanterne rouge, sont presque grillés en championnat après leur défaite dans le derby breton à ... [la suite...]
écouter

Si les Merlus, solides lanterne rouge, sont presque grillés en championnat après leur défaite dans le derby breton à Rennes samedi dernier (1-0) et proches de la descente, à moins d'un spectaculaire redressement, les Girondins auraient tort de croire que cet intermède Coupe de France ne sera qu'une formalité face aux Finistériens, qui aimeraient bien eux aussi s'offrir une carrière dans l'épreuve Reine, dérivatif pour égayer une saison pour l'instant  très pénible à vivre, mais ils seront privés de quelques pièces maîtresses comme Mesloub et Barthelmé (touchés aux adducteurs), Peybernes et Mvuemba (quadriceps). Efficaces à Lille, les Marine et Blanc, avaient certes éliminé les Lorientais l'an passé de la Coupe de la Ligue en quarts de finale au mois de janvier (2-0). Mais cette saison, ils n'ont dû qu'à un geste exceptionnel de Diego Rolan de ne pas concéder le nul au Matmut en championnat le 5 novembre dernier (2-1). Le groupe de 19 retenu par Gourvennec sera quasiment identique à celui qui a effectué le déplacement dans le Nord, la seule exception concernant Prior qui remplace Bernardoni, Diego Rolan faisant également son retour. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Jocelyn GOURVENNEC le coach du FCGB et de Jaroslav PLASIL (photo) le milieu de terrain et capitaine du FCGB. Pour entendre ces entretiens dans leur intégralité et des réactions lorientaises d'avant-match, rendez-vous dans le mag d'avant-match de Top Chrono ce mardi 28 Février à partir de 20h25. Coup d'envoi : 21 heures.  Match à suivre en direct intégral, commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.
Lun. 27 Févr. 2017 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football Régional : Résultats, classements et réactions !

Résultats, classements et réactions !

Régional 1: Villenave / Libourne (2-3), réaction de Laurent DAURIAC ... [la suite...]
écouter

Résultats, classements et réactions !

Régional 1: Villenave / Libourne (2-3), réaction de Laurent DAURIAC l'entraîneur du FC Libourne.

Cestas / SA Mérignac (0-0), reportage de Philippe Osuna avec les réactions de Johann RUFFAT le coach du SA Mérignac, Laurent ABRIBAT le coach de Cestas et Arnaud FAURE le capitaine de Cestas.

Avec Erick Dauzon, analyse des résultats des clubs du Lot-et-Garonne.

Réaction de Christophe FAUVEL le président du FC Bergerac Périgord sur la victoire de son club en CFA contre Mantes (1-0) et sur la rencontre de 8e de finale de Coupe de France, Bergerac / Lille OSC du jeudi 2 Mars à Libourne à 21h (en direct sur nos ondes).

Le coup de gueule d'Olivier SOMPS le président du RC Bordeaux Métropole sur les dérives du foot amateur.

FOOT ENTREPRISE: le Clasico CHR Talence / SecuCaf Bordeaux (1-2) en championnat DH. Reportage de Philippe Osuna avec les réactions de Joel GOURGUES le coach de la SecuCaf et de Laurent FONTAN le coach du CHR Talence.
Lun. 27 Févr. 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

LILLE / BORDEAUX (2-3) : Toutes les réactions !

Troisième victoire consécutive à l'extérieur des Girondins. Bordeaux a fait preuve de caractère en ... [la suite...]
écouter

Troisième victoire consécutive à l'extérieur des Girondins. Bordeaux a fait preuve de caractère en l'emportant dans un match un peu fou sur la dernière demi-heure.Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le stade Pierre Mauroy à Villeneuve d'Ascq, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB) et Franck PASSI (LOSC), Sébastien CORCHIA l'arrière latéral droit, Franck BERIA le capitaine et défenseur central du LOSC, Adam OUNAS le milieu de terrain du FCGB auteur de son premier doublé en L1, Cédric CARRASSO le gardien de but du FCGB, Younousse SANKHARE le milieu de terrain du FCGB, et Jean-Louis TRIAUD le Président du FCGB. Prochain match des Girondins de Bordeaux, en Coupe de France contre le FC Lorient ce mardi 28 Février 2017 à 21h00.

LILLE / BORDEAUX (2-3) : Les Girondins ne l'ont vraiment pas volée...

Il y a une justice, ou une morale, appelez cela comme vous voudrez. Mais on est passé tout près du sabordage, tout de ... [la suite...]
écouter

Il y a une justice, ou une morale, appelez cela comme vous voudrez. Mais on est passé tout près du sabordage, tout de même. C'est peu d'écrire que ce 3e succès consécutif à l'extérieur (après Nancy et Caen, sans oublier le nul malheureux à Angers où Pallois avait touché la barre) n'est pas volé pour les Girondins. Au vu du nombre d 'occasions qui leur échurent, comparé à l'occasion et demie des Dogues sur toute la rencontre, et du nombre de tirs (14 contre 7, dont 9 cadrés contre 2 aux Lillois...les deux buts), un score de 5-2 aurait mieux reflété leur incontestable maîtrise des débats. Et pourtant...voilà sans doute le genre de match que les Marine et Blanc auraient perdu il y a deux ou trois mois, quand le moindre grain de sable, le moindre coup du sort suffisaient à faire sortir de la route, avec pertes et fracas, un groupe alors mentalement trop fragile et pas assez solidaire. Mais on l'a déjà dit, quelque chose a changé aujourd'hui au sein de cette équipe, dans sa capacité à défendre ensemble et garder la tête froide dans l'adversité, même quand la réussite lui tourne le dos (et elle aura été servie en la matière dans le Nord), une maturité que l'arrivée et l'adaptation rapide des deux recrues du mercato hivernal Sankharé et Jovanovic ne sauraient expliquer à elles seules. Un drôle de match, tranquille comme baptiste pendant une heure avec des Girondins gérant sans trembler leur maigre, mais logique avantage octroyé en première mi-temps (0-1, 16e) sur une superbe action à trois côté gauche, Laborde, servi par Kamano, s'étant retrouvé dernier remiseur en pleine surface pour offrir d'une talonnade un caviar à Vada, seul à 6 mètres face à Enyama pour un plat du pied victorieux. Avantage vraiment minimal tant leur supériorité avait été grande, les Dogues n'étant sortis de leur niche qu'une seule fois en tout et pour tout, d'entrée de jeu, quand une frappe croisée du droit à ras de terre d'El Ghazi, échappant au marquage de son adversaire direct, frôla le montant gauche du but de Carrasso, qui s'était bien détendu (11e). Pour le reste, très peu de duels offensifs gagnés malgré une possession légèrement supérieure (53/47%), aucune occasion digne de ce nom, aucune frappe cadrée à stopper pour le gardien girondin réduit au chômage technique quand son alter-ego nigérian n'en finissait pas de souffler de soulagement à la vue de ce ballon enroulé de Kamano frôlant sa lucarne gauche (22e), d'une tentative de Malcom de 20 mètres finissant dans ses bras, puis d'une feuille morte du petit brésilien bien servi par Kamano à l'entrée de la surface, qu'il préféra claquer en corner (30e), avant qu'une dernière opportunité venue d'un énième ballon chipé par les Girondins dans les pieds nordistes à la faveur d'un pressing collectif intelligent, ne fasse grogner d'impatience le stade Pierre Mauroy, Laborde, actif comme jamais mais malchanceux sur ce match, manquant de justesse dans sa passe à Malcom dans la surface, qui, mieux servi, aurait pu partir ajuster Enyama au meileur moment (42e). Et le même gâchis à la reprise lorsque, à la conclusion d'une action d'école Kamano-Sankharé sur le flanc gauche de l'attaque girondine où Corchia n'était pas souvent à la noce, pas plus que Palmieri à droite, Vada, tout seul à 5 mètres, manquait inexplicablement sa reprise du droit et tirait à côté (50e) pour la plus grosse occasion bordelaise du match à cet instant. Oui mais voilà, à force de dilapider les munitions, on s'expose toujours au pire, et à ce que Dame Chance, à ce point galvaudée, choisisse de changer de camp. C'est exactement ce qu'il advint , les Dogues réussissant le tour de force de marquer deux buts avec une...demi-occasion, un scenario incroyable que leur production d'ensemble de l'heure écoulée ne laissait aucunement augurer, tant s'en faut. A partir de cet instant, la rencontre s'emballa complètement, au point de partir sur les mêmes bases que celles du mémorable 5-4 du 12 février 2012, date du dernier succès en date des Girondins en terre nordiste, puisque comme ce jour-là, les 4 derniers buts de cette rencontre furent inscrits dans les dernières 25 minutes. M.Desiage fut d'abord assez sévère à l'endroit de Jovanovic, jusqu'alors impeccable, en accordant un penalty "sympathique" au LOSC pour une faute du jeune serbe sur De Préville, qui passait son bras pour le retenir, l'ex-Rémois ne se laissant tomber que bien plus tard, à la fin de l'action, une fois arrivé au milieu de la surface...Mais celui qui, à l'instar de Cavani, marque toujours contre les Girondins quel que soit son club (il le faisait aussi avec Reims les saisons passées et avait marqué à l'aller au Matmut l'unique but du match), ne ratait pas l'aubaine en prenant Carrasso à contrepied (1-1, 65e). Sur le réengagement, les Lillois recupéraient le ballon et le grand Eder, remplaçant de luxe du LOSC, profitait d'un tacle manqué de Jovanovic puis effaçait un Pallois bien trop naïf avant d'adresser une frappe anodine sur le côté fermé à moitié dévissée, Carrasso, surpris par ce choix, oubliant de bien fermer l'angle et se fendant d'une "Arconada", en laissant filer le ballon sous son corps (2-1). Le 5e but du Portugais cette saison, pas le plus spectaculaire assurément. A ce moment de la partie, en d'autres temps, les Girondins auraient perdu les pédales. Mais ce sont au contraire les Lillois qui allaient les perdre, en même temps que leurs esprits. Bordeaux continuait d'attaquer, avec les entrées en jeu d'Ounas et Menez (75e). Coaching gagnant :  Enyama, sur une belle action collective, détournait en corner une frappe instantanée de Kamano après un premier corner girondin de la droite. Mais sur le suivant, tiré en deux temps de la gauche par Menez après un appui sur Kamano, la volée du gauche jeune algérien, effleurée de la tête par Junior Alonso, le prenait totalement au dépourvu (2-2, 77e). Déjà averti en première période, Palmieri accrochait Ounas sur un tacle en retard et écopait logiquement d'un second jaune, synonyme d'expulsion (79e). Les Dogues avaient de plus en plus de mal à endiguer les vagues bordelaises car les Girondins, frustrés par ce scenario injuste, avaient envie de forcer le destin. Sur un contre d'école parti d'un renvoi de la tête de Toulalan, Laborde remontait le ballon dans l'axe à toutes jambes avant de le glisser sur la droite à Ounas qui, sans être attaqué, crochetait facilement Béria et ajustait Enyama d'une splendide frappe enroulée du pied gauche à mi-hauteur, au ras du montant (2-3, 82e). Ses deux premiers buts de la saison en Ligue 1. Dans la foulée et sur un nouveau contre, Contento de 20 mètres faisait encore briller Enyama (86e). Sur un centre du remplaçant  Rodelin, le seul élément vraiment dangereux côté nordiste pour les Girondins, les lillois réclamaient un nouveau penalty pour une main de Contento, le ballon étant allé à la main et M.Desiage jugeant - à bon escient cette fois - le geste involontaire. Une décision qui faisait disjoncter le pourtant expérimenté Rio Mavuba (421 matches de Ligue 1 et jamais expulsé jusqu'alors), entré en jeu peu auparavant à la place de De Préville, qui écopait de 2 jaunes successifs pour propos déplacés et n'aura donc passé que dix minutes sur la pelouse...A 11 contre 9, Bordeaux manquait le KO dans le temps additionnel quand une nouvelle frappe de Kamano, encore très incisif ce samedi, mettait au supplice le gardien nigérian du LOSC, la reprise piquée à bout portant de Laborde finissant...sur la transversale (90e + 2), symbole de la malchance du Landais sur ce match. Impuissants à domicile sauf en Coupe de France (5 matches de championnat sans victoire) et lourdement sanctionnés sur ce match (7 cartons dont deux rouges), les Dogues sont en plein doute et au bord de la zone rouge, à 4 jours de leur déplacement à Bergerac en Coupe (à vivre en direct sur nos ondes ce jeudi 2 mars, en duplex avec Montauban / Agen en Pro D2). A l'inverse, voilà un troisième succès consécutif à l'extérieur (le 5e au total) amplement mérité qui hisse les Girondins sur le podium, à la 5e place, avec un match excitant à disputer contre un OL supersonique (20 buts marqués en 4 rencontres) ce vendredi 3 mars au Matmut, après l'important intermède Coupe de France dès ce mardi soir (21h) avec la réception de Lorient, quasiment condamné en Ligue 1 après sa défaite à Rennes (1-0). Une 5e place que les Girondins n'avaient plus occupée depuis le 30 novembre, au soir de leur nul à Bastia (1-1), confortée par les défaites à domicile de l'OM, assez prévisible, contre le PSG (1-5) et de St Etienne, beaucoup moins attendue, contre Caen (0-1). Deux autres matches à vivre en direct sur nos ondes dans une semaine très Football ! Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en intégralité depuis le stade Pierre Mauroy à Villeneuve d'Ascq, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB, en photo après la rencontre) et Franck PASSI (LOSC). D'autres réactions lilloises et bordelaises à écouter ce lundi 27 février dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.
Sam. 25 Févr. 2017 : RUGBY - Pro D2 (Top Chrono - matches du SU Agen Rugby)

Agen / Narbonne (32-22) : Le SUA prend sa revanche et reste au contact

4 essais (Mchedlidze, Tau, Darbo, Nakosi) à un, et des fondamentaux retrouvés, le SUA, emmené par son pilier Quentin ... [la suite...]
écouter

4 essais (Mchedlidze, Tau, Darbo, Nakosi) à un, et des fondamentaux retrouvés, le SUA, emmené par son pilier Quentin Béthune ultra motivé (en photo, entraînant le pack dans son sillage) a bien rectifié le tir après deux non-matches contre Béziers et surtout à Perpignan, même si quelques choix de jeu (deux penalités non tentées) ont encore pu surprendre. Les Agenais ont construit leur victoire après les citrons (14-9 seulement à la pause) face à des Audois accrocheurs comme à leur habitude. Le SUA profite de la défaite surprise à la dernière minute de Montauban chez la lanterne rouge Bourgoin (16-14) pour reprendre la 3e place, à la faveur de ce 8e point de bonus de la saison. Au micro de Francis Dal Zovo qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Armandie aux côtés de Jean-Pierre Delserre, écoutez les réactions de Mathieu BLIN le directeur exécutif et manager sportif du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne et Clément DARBO le demi du SUALG. D'autres réactions agenaises et narbonnaises à écouter ce lundi 27 février dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Lille / Bordeaux : Ne pas se faire croquer par les Dogues...

Si les premières grandes manoeuvres de l'ère Gérard Lopez, nouveau président du club, ont commencé au LOSC ... [la suite...]
écouter

Si les premières grandes manoeuvres de l'ère Gérard Lopez, nouveau président du club, ont commencé au LOSC (arrivée de 7 nouveaux joueurs au mercato et d'un nouvel entraîneur, en principe intérimaire de l'intérimaire, Franck Passi succédant à Patrick Collot avant que Marcelo Bielsa ne prenne - en principe - le relais en juin prochain), il est encore difficile de savoir ce que va valoir cette formation, complètement remodelée, dans les semaines qui viennent,. Les Girondins partent donc quelque peu dans l'inconnu ce samedi 25 février au stade Pierre Mauroy de Villeneuve d'Ascq (match à suivre en direct intégral sur nos ondes) . Seules certitudes à nourrir : il faut prolonger la nouvelle bonne série entamée dimanche dernier contre Guingamp et effacer surtout l'accroc impardonnable du match aller au Matmut (0-1) le 3 décembre face à des Nordistes qui n'avaient encore jamais gagné à l'extérieur à cette époque. Depuis cette date, le baromètre du LOSC a singulièrement changé, et les Dogues ont bien plus souvent mordu hors de leurs bases que sur leur pelouse, où ils restent sur 4 matches sans victoire en championnat. Pas question pour les Girondins de les relancer comme à l'aller, même si Rolan et Sabaly, blessés, manqueront à l'appel. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Jocelyn GOURVENNEC le coach du FCGB et de Gaetan LABORDE (photo) l'attaquant du FCGB. Pour entendre ces entretiens en intégralité et d'autres réactions bordelaises ainsi que des réactions lilloises, rendez-vous dans nos journaux d'informations de 7h à 18h cette semaine, puis ce vendredi 24 février 2017 dans Le Week-End en Sport à partir de 18h15, et samedi 25 février dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h10. Coup d'envoi : 20 heures. Commentaires de Christophe Monzie.
Jeu. 23 Févr. 2017 : RUGBY - Pro D2 (Top Chrono - matches du SU Agen Rugby)

Avant SUA / Narbonne (22e journée) : Audois et...à l'oeil !

Après deux sorties de route contre Béziers et surtout à Perpignan, le SUA, qui n'a pas su saisir l'occasion de ... [la suite...]
écouter

Après deux sorties de route contre Béziers et surtout à Perpignan, le SUA, qui n'a pas su saisir l'occasion de reprendre seul le fauteuil de leader, n'a plus vraiment de joker pour rester dans la course aux demi-finales. Il faut absolument rectifier le tir ce vendredi (match à vivre en direct intégral sur nos ondes) et battre des Narbonnais sans complexes au stade Armandie, qui avaient mis à mal l'arrière-garde suaviste à l'aller dans un match débridé (43-33) le 4 novembre, avec 3 essais de chaque côté, mais 6 penalités et deux drops enquillés par les Audois que les Agenais feront bien d'avoir...à l'oeil pour ce match Retour. Au micro de Mathieu Dal Zovo, écoutez la réaction de Mathieu BLIN, Directeur exécutif du SUALG. D'autres réactions suavistes à écouter ce vendredi 24 février dans nos journaux d'informations de 7h à 18h, puis dans Le Week-end en Sport  à partir de 19h45. Coup d'envoi : 20 heures. Commentaires de Francis Dal Zovo et Jean-Pierre Delserre. 
Mer. 22 Févr. 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Bordeaux / Guingamp (3-0) : toutes les réactions !

En remportant la rencontre de belle manière , les Girondins ont assuré l'essentiel et restent au contact pour viser une place en ... [la suite...]
écouter

En remportant la rencontre de belle manière , les Girondins ont assuré l'essentiel et restent au contact pour viser une place en Europa League. Ecoutez l'analyse de Christophe Monzie et à son micro, les réactions de Jean-Louis TRIAUD le président , Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du FCGB, Antoine KOMBOUARE l'entraîneur de Guingamp, Nicolas PALLOIS le défenseur central du FCGB et auteur du 2e but, MALCOM l'attaquant brésilien du FCGB, François KAMANO l'attaquant, buteur et passeur décisif du FCGB, Gaetan LABORDE l'attaquant du FCGB, Christophe KERBRAT le défenseur central et capitaine de Guingamp, et Moustapha DIALLO le défenseur de l'EAG.