Accueil > sports

les sports


recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Lun. 12 Juin 2017 : FOOTBALL - Europa League (Sports Magazine)

Lukas LERAGER, le milieu de terrain international danois, deuxième recrue des Girondins !

Au micro de Christophe Monzie, la conférence de presse de présentation de Lukas LERAGER, le milieu de terrain danois international (1 sélection) qui aura 24 ans le 12 juillet prochain, et évoluait dans le club belge de Zulte Waregem, lequel a terminé 3e du dernier championnat de Belgique et jouera l'Europa League, comme les Girondins. Il devient, après le gardien de but Benoît Costil, la deuxième recrue officielle de ce mercato d'été, et le 5e joueur danois à revêtir le maillot bordelais, après Bent Kjaer Jensen (1969-1972), Niels-Christian Holmström (1974-1977), Jesper Olsen et Jacob Friis-Hansen (années 80). On évoque aussi avec le président Stéphane MARTIN les cas de Jeremy Menez (transféré en Turquie à Antalyaspor, le club d'Antalya), de Vukasin Jovanovic (qui appartient au Zenith St Petersbourg) et Youssouf Sabaly (qui appartient au PSG) mais que le club Marine et Blanc voudrait bien conserver.



Ecoutez l'intégralité de la conférence de presse donnée ce lundi 12 juin au château du Haillan (33).


Benoît COSTIL, première recrue officielle !

Comme annoncé depuis plusieurs jours, Benoît COSTIL, le gardien international du Stade Rennais FC, a rejoint officiellement les rangs ... [la suite...]
écouter

Comme annoncé depuis plusieurs jours, Benoît COSTIL, le gardien international du Stade Rennais FC, a rejoint officiellement les rangs du FCGB pour remplacer Cédric Carrasso dans la cage girondine. Il a signé ce mercredi 24 Mai un contrat de 4 ans et a été présenté à la presse par le président Stéphane MARTIN et l'entraîneur Jocelyn GOURVENNEC (photo). Ecoutez l'intégralité de la conférence de presse des trois hommes, recueillie par Christophe Monzie.

Jocelyn GOURVENNEC dresse le bilan de la saison 2016-2017

Longue conférence de presse de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du FCGB ce mardi 23 Mai au Haillan, qui n'a ... [la suite...]
écouter

Longue conférence de presse de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du FCGB ce mardi 23 Mai au Haillan, qui n'a éludé aucune question le concernant ou concernant son groupe, depuis les départs annoncés de Cédric Carrasso, Nicolas Maurice-Belay et Abdou Traoré jusqu'à l'éclosion des jeunes, l'arrivée imminente de Benoît Costil le gardien de but du Stade Rennais FC, première recrue officielle du mercato estival,  l'effort qui sera fait pour tenter de garder Sabaly (prêté par le PSG), le bon de sortie donné à Poundjé et au jeune Jorris Romil qui n'a pas convaincu malgré des apparitions en première au mois de novembre. Les cas de Prior, et des joueurs qui sont prêtés par les Girondins (notamment Crivelli à Bastia, Pablo aux Corinthians ou Kiese Thelin, qui reste finalement un an de plus en prêt à Anderlecht qui est champion de Belgique), ont été (ou seront) traités un par un, comme celui de Pellenard, qui a peu joué cette année. Contrairement à ce qui a été écrit dans certains médias, Igor Lewczuk restera bien à Bordeaux. Le club se réserve le droit de libérer ses jeunes attaquants uniquement si une offre très conséquente lui parvenait, même ceux qui ont encore un an de contrat (Pallois, Rolan...) voire Menez, en cas de proposition intéressante. Les joueurs sont désormais en vacances, reprise le 26 juin puis stage du 30 juin au 8 juillet à l'île de Ré, avant le premier match amical contre Niort (L2), sans doute à La Rochelle. 4 matches amicaux au minimum sont prévus...si Bordeaux joue son match aller du tour préliminaire d'Europa League le 27 juillet (à condition que le PSG gagne la Coupe contre Angers) ou un 5e match amical dans le cas contraire. Au micro de Christophe Monzie, écoutez l'intégralité de cette conférence de presse.
Mer. 24 Mai 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Le Week-end en sport)

Découvrez "La fabuleuse aventure des supporters girondins à Bordeaux"

Entretien avec Laurent BRUN (photo) sur l'ouvrage qui sort cette semaine consacré à "La fabuleuse aventure ... [la suite...]
écouter

Entretien avec Laurent BRUN (photo) sur l'ouvrage qui sort cette semaine consacré à "La fabuleuse aventure des supporters girondins à Bordeaux" (c'est son titre) aux éditions Scapulire au prix de 19,90 €. Un très bel ouvrage richement documenté que Laurent nous présente au micro de Christophe Monzie, présenté ce vendredi 12 mai, et co-écrit avec Julien BEE, journaliste, et la collaboration de Dominique LE LANN, photographe officiel des Girondins depuis 1994. A noter que les trois auteurs seront en dédicaces pour présenter leur livre ce samedi 27 mai à la Foire Internationale, au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac sur le stand Léa Composite n°1701, de 18 heures 15 à 20 heures.
Mar. 23 Mai 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Lorient / Bordeaux (1-1) : Toutes les réactions !

Au final les Girondins de Bordeaux terminent à la 6e place du classement à 3 points de l'OM. Ecoutez l'analyse de ... [la suite...]
écouter

Au final les Girondins de Bordeaux terminent à la 6e place du classement à 3 points de l'OM. Ecoutez l'analyse de Christophe Monzie qui commentait la rencontre en direct du stade du Moustoir à Lorient ce samedi 20 Mai, et à son micro, les réactions de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du FCGB, Bernard CASONI l'entraîneur de Lorient, Younousse SANKHARE le milieu de terrain et buteur du FCGB, Youssouf SABALY le défenseur latéral qui parle de son avenir aux Girondins de Bordeaux, Mathieu PEYBERNES le défenseur central de Lorient, Jimmy CABOT l'attaquant de Lorient (en photo, aux prises avec Lewczuk et Contento), Stéphane MARTIN le président du Football Club des Girondins de Bordeaux, et Cédric CARRASSO le gardien de but du FCGB.

LORIENT / BORDEAUX (1-1) : Pas trop de regrets, ni d'un côté ni de l'autre...

Barragistes ils étaient avant cette dernière rencontre, barragistes ils sont restés. Les Merlus devront donc, par match aller ... [la suite...]
écouter

Barragistes ils étaient avant cette dernière rencontre, barragistes ils sont restés. Les Merlus devront donc, par match aller et retour avec la seconde manche à domicile dimanche prochain au Moustoir, affronter le 3e de Ligue 2, l'ESTAC Troyes, pour tenter de conserver leur place dans l'élite. Sixièmes ils étaient avant ce match, sixièmes ils resteront : les Girondins, après avoir caressé l'espoir pendant plus d'une heure de finir cinquièmes en doublant l'OM, devront eux aussi, comme leurs hôtes du soir, patienter une semaine de plus pour connaître leur sort définitif, avec ou sans Europe, selon que le PSG battra ou pas Angers en finale de la Coupe de France. Mais les uns et les autres n'ont finalement pas trop de regrets à nourrir : les Merlus, menés d'entrée de jeu par un but de Younousse Sankharé (son 4e de la saison), qui s'est trouvé à point nommé pour reprendre de la tête un très bon centre de Malcom et trouver la faille après une partie de billard avec la transversale et le gardien Lecomte (0-1, 6e), peuvent s'estimer heureux d'avoir évité le pire, car ils ont été bons derniers et relégables pendant 63 minutes, avant de passer dix-septièmes pour les 20 dernières, après l'égalisation en force et dans un angle impossible arrachée par Vincent Le Goff malgré la parade désespérée de Carrasso qui a touché la balle (1-1, 69e)...jusqu'au but fatal de Rodelin pour Caen au Parc des Princes dans les arrêts de jeu (1-1) face à un PSG visiblement en mode économique, et qu'on souhaitera un peu plus concerné dans une semaine contre le SCO Angers, but qui sauvait le SM Caen et remettait les Merlus à leur place initiale. Les Girondins, eux, n'ont rien à regretter puisque même une victoire, qui fut longtemps à leur portée dans la mesure où, comme à St Etienne et face à Marseille, ils ont mené au score avant d'être rejoints, n'aurait rien changé à l'affaire, l'OM ayant, sans surprise mais non sans peine, assuré le minimum (1-0) contre des Bastiais accrocheurs, grâce à un but de Gomis (le 20e) qui aura à lui seul hissé les Olympiens vers l'Europe cette année, heureusement que l'OM le comptait dans ses rangs...Bordeaux a donc glané son 8e nul à l'extérieur de la saison et n'a rien lâché, mais on regrettera qu'il n'ait pas su enfoncer le clou quand il y avait la place, à 1-0 sur des contres en supériorité numérique mal négociés par Ounas ou Rolan, ou même en fin de rencontre quand les Merlus, usés par leur course-poursuite, ont laissé - comme en début de rencontre, avec deux alertes exploitées de la tête par Malcom (3e) puis Rolan (4e) - des espaces dans leur arrière-garde, qu'Ounas d'une frappe pas assez appuyée (73e), Sankharé d'une tête décroisée au ras de la lucarne d'un Lecomte archi-battu (82e) ou Contento, après un superbe une-deux avec Kamano mais contré in extremis par le gardien morbihanais sorti à bon escient (89e), n'ont pas su exploiter. Vada n'avait pas été loin non plus de plier l'affaire d'une frappe au ras de la lucarne (57e). Mais en laissant en vie les Merlus, qui auraient aussi pu ouvrir le score sur leur seule grosse occasion du premier acte avec un tir à ras de terre de Cabot, le lorientais le plus mordant, sur le bas du montant gauche de Carrasso (4e), à laquelle on peut ajouter une frappe de Waris au ras du montant (20e), les Girondins s'exposaient aux mêmes désagréments qu'à St Etienne et face à l'OM, et aussi face à d'autres équipes cette saison (Nancy, Guingamp, Rennes...). Pour sa dernière sous le maillot girondin avec une émotion non dissimulée, Cédric arrasso, qui alla communier avec les supporters bordelais à la fin de la rencontre qui avaient déployé une banderole en son honneur pour ses 313 matches en Marine et Blanc, avait pourtant retardé l'échéance d'un nouvel arrêt surréaliste, sur une tête à bout portant de Jeannot, tout juste entré en jeu et immédiatement dangereux, déviée du pied sur son montant puis en corner (67e). Mais deux minutes après, un ballon perdu côté droit profitait à Cabot puis Moreira dont le long centre au second poteau était redressé par Le Goff pour la conclusion chanceuse que l'on sait. Reste que les Girondins terminent sur une série de 7 matches sans défaite, mais 4 nuls consécutifs. On n'est pas loin de penser qu'avec un soupçon d'efficacité supplémentaire ou la présence d'un vrai buteur - on veut dire : un joueur à plus de 10 buts par saison - , ces nuls au goût d'inachevé se seraient sans doute changées en victoires avec 2 à 4 points de plus, dernièrement à St Etienne et ce samedi dans le Morbihan. Sans compter tous les points lâchés au Matmut à l'entrée de l'hiver face à des équipes qui ont tremblé jusqu'au bout (Caen, Lille) ou descendent même en Ligue 2 (Nancy). Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Yves Allaimat au Moustoir à Lorient, écoutez la réaction des deux entraîneurs, Bernard CASONI (FCL) qui a dirigé son dernier match à la tête de cette formation, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB) et le président girondin Stéphane MARTIN. D'autres réactions bordelaises et lorientaises à écouter ce lundi 22 Mai dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Lorient / Bordeaux (38e journée) : Ne rien avoir à regretter...sauf certains départs (?)

Gagner au stade du Moustoir ce samedi soir pour faire le job et ne rien avoir à se reprocher (à suivre en direct intégral sur ... [la suite...]
écouter

Gagner au stade du Moustoir ce samedi soir pour faire le job et ne rien avoir à se reprocher (à suivre en direct intégral sur nos ondes), après avoir brulé un cierge à Notre Dame de la Garde, sur les hauteurs de la cité phocéenne pour que l'OM, un point devant le FCGB au classement, ne batte pas Bastia dans le même temps... Si les Girondins ne partent tout de même pas en pélerinage dans le Morbihan ce samedi pour la clôture de la saison 2016-2017, ils vont au moins y chercher un miracle, un peu comme Bernadette Soubirou à Lourdes...Le seul hic pour eux sera que les Merlus, largués en haute mer, en mort clinique (de l'aveu même de leur coach Bernard Casoni) et presque enterrés il y a deux mois, mais qui ont su souquer ferme pour revenir vers de plus riants rivages, croient eux aussi aux miracles. Et notamment à celui de ne pas finir le présent exercice...en queue de poisson à l'ultime journée, sans même passer par le barrage de maintien contre le 3e de Ligue 2. Pour cela, une victoire leur serait presque à coup sûr nécessaire, afin de laisser à Dijon, Caen ou Bastia, voire Nancy, le peu enviable strapontin à pile ou face. Si Bernadette ne devrait pas faire partie du onze de départ aligné par Jocelyn Gourvennec face aux Lorientais, deux joueurs cadres moins mystiques mais investis d'un autre sacerdoce tout aussi méritoire, Cédric Carrasso (en photo, 9 saisons en Gironde) et Nicolas Maurice-Belay (6 saisons) porteront le maillot Marine et Blanc pour la dernière fois... et peut-être pas qu'eux. Pour que ce dernier match ne soit pas celui des regrets sur toute la ligne pour les supporters du club, les Girondins (où Rolan, touché au pied, est incertain) savent donc à quoi s'en tenir, eux qui ont parfois très bien réussi sur la pelouse du stade Yves Allainmat lorsqu'elle était synthétique (victoire 4-0 en novembre 2012, doublé de Jussiè), beaucoup moins depuis que l'herbe naturelle y est revenue. Battus cette saison à Bordeaux en championnat en novembre, puis en février en Coupe de France, mais les deux fois de justesse (2-1), les Morbihanais n'auront pas les faveurs du pronostic, mais au moins l'énergie de ceux qui n'ont plus grand'chose à perdre, sauf peut-être cette 18e place à double tranchant. Quant aux Girondins, visblement émoussés (surtout sur le plan offensif) depuis trois ou quatre rencontres, mais qui récupèrent Igor Lewczuk, auront-ils les moyens physiques et mentaux d'aligner un 7e match sans défaite et de répéter l'histoire, exactement comme la série qui leur avait permis, le 20 mai 2012 sous l'ère Gillot (il y a pile 5 ans), de décrocher in extremis et sans l'aide de quiconque leur billet pour...l'Europe en s'imposant à St Etienne (3-2) ? Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur du FCGB. Pour écouter l'intégralité de cette réaction, et aussi d'autres réactions bordelaises et lorientaises, rendez-vous ce vendredi 19 Mai dans Le Week-End en Sport à partir de 18h15, puis samedi 20 Mai dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h10. Coup d'envoi : 21 heures, commentaires de Christophe Monzie.
Mar. 16 Mai 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Bordeaux / Marseille (1-1) : Toutes les réactions !

Pas de vainqueur dans cette opposition toujours très attendue par les supporters des 2 clubs. Le score de parité (1-1) permet ... [la suite...]
écouter

Pas de vainqueur dans cette opposition toujours très attendue par les supporters des 2 clubs. Le score de parité (1-1) permet à l'OM de rester devant Bordeaux avec un point d'avance au classement; voilà maintenant 40 ans que les Phocéens n'ont pas gagné en terre girondine (en photo, Diego Rolan, auteur de son 9e but de la saison, poursuivi par Rolando et Fanni). Ecoutez l'analyse de Christophe Monzie et à son micro, les réactions de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du FCGB, Rudi GARCIA l'entraîneur de l'Olympique de Marseille, Morgan SANSON le milieu de terrain de l'OM, Maxime LOPEZ le milieu de terrain de l'OM, François KAMANO l'ailier du FCGB, Rod FANNI le défenseur central de l'OM, Henri BEDIMO le latéral gauche camerounais de l'OM, Cédric CARRASSO le gardien de but du FCGB. Prochain match pour les Girondins de Bordeaux, le samedi 20 mai 2017 à 21h00 pour la rencontre Lorient / Bordeaux, à suivre en direct intégral sur nos ondes.

BORDEAUX / MARSEILLE (1-1) : Les Girondins ratent le coche

Comme face à Lyon le 3 mars dans une rencontre qui en a d'ailleurs rappelé le scénario, voire Rennes le 4 février ... [la suite...]
écouter

Comme face à Lyon le 3 mars dans une rencontre qui en a d'ailleurs rappelé le scénario, voire Rennes le 4 février (et comme à St Etienne la semaine passée), les Girondins n'ont donc pas su faire le break après avoir mené au score ni reprendre en mains leur destin avant la dernière journée de l'exercice 2016-2017. A Lorient samedi prochain, face à des Merlus qui ont perdu ce soir contre Bastia (2-0) et qui, désormais barragistes, joueront leur survie, dans un final au couteau qu'on pressentait depuis au moins un bon mois, il faudra donc un miracle pour que les Girondins repassent devant les Marseillais. Lesquels recevront des Bastiais certes courageux qui continuent d'entretenir la flamme, mais qu'on imagine mal aller chercher leur maintien sur la Canebière. Dans le même temps, les Girondins devront gagner dans le Morbihan, ce qui ne sera pas la moindre de leurs tâches, puisqu'ils ne parviennent plus à le faire depuis 3 matches, et ce nul face à l'OM, qui permet tout de même de préserver leur invincibilité en Gironde face à cet adversaire depuis...40 ans, s'inscrit dans la droite ligne des nuls laborieusement arrachés à Dijon et à St Etienne. De toute évidence, c'est avec le moteur de secours que cette formation, qui n'a plus tellement de percussion offensive depuis plus d'un mois, sauf face à la très poreuse défense messine (3-0 le 8 avril), la pire de Ligue 1, termine le présent championnat, qui semble long désormais à certains de ses éléments, à l'image de ses jeunes ailiers par exemple, Kamano et Malcom, qui n'ont plus l'allant de la fin de l'hiver. Le grand mérite de ce groupe, handicapé face aux Olympiens par les absences de Lewczuk et Pallois, reste de ne pas perdre depuis maintenant six rencontres. Mais elle n'a plus le carburant nécessaire pour remporter les matches décisifs, et celui-ci en était un, comme celui de St Etienne, qui a sombré chez lui face au PSG (0-5). Ce sont donc deux nouveaux points (qui portent à 23 le total définitif de points perdus à la maison cette saison, ce qui est évidemment trop, même si la plupart de ceux-ci le furent durant la phase Aller) qui s'envolent, mais surtout la possibilité de s'offrir une vraie Finale au Moustoir dans une semaine, contre cet OM qui pourra peut-être célébrer devant son public sa 5e place au classement final de l'épreuve s'il bat Bastia. Quant aux Girondins, ils ne verront l'Europa League avec un 3e tour préliminaire à disputer fin juillet que si le PSG bat Angers en finale de la Coupe de France. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez la réactions des deux entraîneurs, Rudi GARCIA (OM) puis Jocelyn GOURVENNEC (FCGB). D'autres réactions bordelaises et marseillaises à écouter ce lundi 15 mai dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Bordeaux / Marseille (37e journée) : 40 ans et une 5e place à sauver

40 ans que l'OM n'a plus gagné en Gironde en championnat, depuis un soir d'octobre 1977 (2-1). Plus qu'une série ... [la suite...]
écouter

40 ans que l'OM n'a plus gagné en Gironde en championnat, depuis un soir d'octobre 1977 (2-1). Plus qu'une série noire, une vraie malédiction, un syndrôme. Oui mais voilà, la dynamique actuelle des Phocéens aujourd'hui (9 matches sans défaite dont 5 victoires), qui ont repris un point d'avance sur leurs rivaux dans la course à la 5e place, a de quoi impressionner...Elle fera d'eux les incontestables favoris de ce choc où le Matmut fera le plein et où le record de spectateurs devrait être battu. Diminués par les absences de Menez, mais surtout de leur charnière centrale titulaire Lewczuk / Pallois (tous deux suspendus), les Girondins, qui restent sur deux nuls arrachés à Dijon (0-0) puis St Etienne (0-0, sauront-ils se sublimer pour reprendre en mains leur destin et la 5e palce, pour s'autoriser le droit d'une vraie finale à Lorient la semaine prochaine ? Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie des réactions de Jocelyn GOURVENNEC (en photo) le coach du FCGB et Rudy GARCIA le coach de l'OM. D'autres réactions bordelaises et olympiennes à écouter ce vendredi 12 Mai dans Le Week-End en Sport à partir de 18h15, puis Dimanche 14 Mai dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20 heures, et de nombreux invités en direct du Matmut Atlantique. Coup d'envoi : 21 heures, commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.
Mar. 09 Mai 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Saint-Etienne / Bordeaux (2-2) : Toutes les réactions !

Toujours en lutte pour une place en Europa League, les Girondins ont pris un point à Geoffroy Guichard (2-2). Mais comme l'OM a battu ... [la suite...]
écouter

Toujours en lutte pour une place en Europa League, les Girondins ont pris un point à Geoffroy Guichard (2-2). Mais comme l'OM a battu Nice (2-1), les Phocéens ont chipé la 5eme place aux Bordelais. Autant souligner l'importance du choc de dimanche au Matmut entre les deux formations. Ecoutez l'analyse de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct de Geoffroy Guichard, et à son micro les réactions de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du Football Club des Girondins de Bordeaux, Christophe GALTIER l'entraîneur de Saint-Etienne, Jérémy TOULALAN milieu de terrain du FCGB, Younousse SANKHARE milieu de terrain du FCGB (en photo avec Plasil et ounas, félicité par Sabaly après son penalty marqué à Ruffier pour l'ouverture du score), Youssouf SABALY latéral droit du FCGB, Vincent PAJOT milieu de terrain de Saint-Etienne, Loic PERRIN défenseur central et capitaine de Saint-Etienne, et Cédric CARRASSO le gardien de but du FCGB.

ST ETIENNE / BORDEAUX (2-2) : Frustrant et heureux à la fois...

"La bouteille qui fait glou-glou", délicieuse liqueur artisanale de verveine que l'on boit dans le Forez, est-elle à ... [la suite...]
écouter

"La bouteille qui fait glou-glou", délicieuse liqueur artisanale de verveine que l'on boit dans le Forez, est-elle à demi-vide ou à demi-pleine, telle est la verte question... En d'autres termes, les Girondins, qui en connaissent aussi un rayon sur la question (de la dive bouteille) ont-ils gagné un point ou en ont-ils perdu deux à Geoffroy Guichard où les banderolles frondeuses étaient de sortie (photo)... Drôle de match en tout cas où, durant presque vingt minutes (les vingt premières), les supporters des deux camps, d'ordinaire si exubérants et fraternels, observèrent un quasi-huis clos dans leurs encouragements, en mémoire aux victimes de la catastrophe de Furiani en 1992, dont on commémorait le 25e anniversaire, au lendemain d'une décision des plus iniques sanctionnant les Bastiais et offrant 3 points sur tapis...vert à l'OL. Ceux qui ne considèrent que le film du match diront que les Girondins ont raté le coche après avoir mené deux fois au score et cédé sur deux buts entachés de regrettables erreurs d'arbitrage. Ceux qui analysent les débats en profondeur diront au contraire que comme à Dijon, ils s'en tirent bien tant la fin de match, étouffante comme en Bourgogne et marquée de surcroît par l'exclusion ridicule, mais logique de Nicolas Pallois auteur d'un tacle complètement inutile sur le flanc gauche sur le jeune Nordin au cours d'interminables arrêts de jeu (5 minutes et 20 secondes décomptées par M.Schneider tout de même), a souligné une nouvelle fois leurs limites du moment, Carrasso jouant encore le Spider-Man qui vous veut du bien...Un nul qui, en apparence, n'arrange personne, puisqu'il éloigne définitivement les Verts de l'Europe et met les Girondins sous la menace de ne plus être maîtres de leur destin si jamais l'OM bat Nice dimanche et les dépasse alors au classement, avant le choc capital de la semaine prochaine. Mais dans l'histoire, le plus grave est peut-être d'avoir perdu Pallois sans doute jusqu'à la fin de la saison, alors que Lewczuk était déjà suspendu pour ce Classico que beaucoup attendent avec impatience. Gourvennec va devoir improviser en défense centrale... En attendant, bien malin celui qui aurait pu prédire que le nombreux public (30 606 spectateurs) verrait autant de buts et d'occasions (surtout stéphanoises, il faut l'admettre) dans ce match qui ressembla à une messe commémorative pendant plus d'une demi-heure pour ne pas dire une veillée funèbre, avec zéro occasion de part et d'autre, tout au plus une frappe d'Hamouma au-dessus sur un centre de la gauche de Maïga (17e) puis une autre, timide et freinée au départ, mais qui avait le mérite d'être cadrée, d'Ounas sur Ruffier (35e). Il aura suffi d'une minute un peu folle, la 37e, pour que les masques tombent et que les deux équipes lâchent leurs coups et leurs offensives, après cette entame en trompe-l'oeil. Un nouveau centre de Maïga, intercepté par Romain Hamouma, le stéphanois le plus remuant jusqu'alors, qu'un contrôle acrobatique empêchait de cadrer sa frappe, pourtant seul à 10 mètres de Carrasso. Sur le contre, Ounas grillait Maïga sur le flanc droit mais, sans angle, butait in extremis sur Ruffier. A partir de cet instant, le vrai match pouvait commencer. Et c'est Bordeaux qui tirait le premier, sur un ballon anodin près qui ne demandait qu'à sortir en sortie de but mais que Lewczuk eut la bonne idée d'aller disputer, à la lutte avec Maïga qui l'accrochait légèrement. Une faute sans doute moins évidente que celles oubliées en faveur des Girondins à Dijon (sur Ounas), à Nantes (main de Djidji en pleine surface sur un centre de Vada) ou au Matmut contre Lyon (Diakhaby sur Malcom), mais que M.Schneider estima mériter réparation. En l'absence de Vada, tireur habituel mais sur le banc, Ounas ne se faisait pas prier et prenait Ruffier à contrepied (0-1, 42e). Pour espérer un dénouement plus heureux, il aurait alors fallu que Bordeaux rentre aux vestiaires avec cet avantage. Hélas, dans le money-time, les Girondins manquaient de vigilance sur une touche coté gauche, immédiatement exploitée par les 3 attaquants stéphanois : Monnet Paquet trouvait Hamouma dont la talonnade servait Beric (hors-jeu de 30 centimètres) au coeur de la défense girondine, très en retard sur le coup, et le Slovène fusillait Carrasso du plat du pied, seul à 8 mètres (1-1, 45e), signant son 6e but. Commencée le 2 avril à la 28e minute du match à Nice après le but d'Eysseric, l'invincibilité du gardien bordelais prenait donc fin juste avant le retour aux vestiaires, au terme de 468 minutes...Dès la reprise, l'ASSE mettait son emprise sur le match et Veretout, intenable en seconde période et bien trop libre de ses mouvements, annonçait la couleur en obligeant Carrasso à sa première parade décisive du match, sur un obus de 20 mètres (46e). Pourtant, sur une action d'école et un coup-franc vite joué par Malcom pour Sabaly côté droit, les Girondins reprenaient l'avantage quand Ounas délivrait un modèle de centre fuyant, dévié de la tête par Plasil pour Laborde qui de volée et à bout portant, finissait le travail au second poteau (1-2, 49e). Restait à préserver cet avantage capital, mais comme à Dijon, Bordeaux reculait et laissait trop d'espace dans l'axe aux fusées que sont Beric et Hamouma. Sur un centre en retrait de Theophile Catherine mal renvoyé, Carrasso s'envolait encore et détournait sur le haut de sa barre une frappe en pivot de Monnet-Paquet (51e). Puis Beric, encore hors-jeu et lancé en profondeur par Hamouma, frappait sans angle sous Carrasso qui freinait le ballon...qui longeait la ligne (54e). Le but chauffait et arrivait finalement sur un coup de pied arrêté (encore), quand un corner de Veretout de la gauche, trouvait Theophile-Catherine, inexplicablement seul au second poteau, qui remisait sur Pajot. Le milieu de terrain stéphanois s'emmenait légèrement le ballon de la main avant d'assurer sa volée...repoussée par Carrasso, mais quelques centimètres derrière la ligne (ce que confirmait la Goal Line Technology), malgré le sauvetage désespéré de Sabaly (2-2, 62e). A partir de cet instant, et malgré les entrées de Rolan puis Kamano, Bordeaux n'existait quasiment plus aux avant-postes, comme à Dijon, à l'exception d'une frappe tendue de Sankharé dans un angle réduit, déviée en corner par la main ferme de Ruffier (82e), peu après une belle action hélas mal terminée par Kamano (80e). Plus rien n'allait être marqué, malgré trois autres situations chaudes devant le but de Carrasso et l'expulsion de Pallois. Un nul précieux, certes, et un 5e match sans défaite, mais cher payé pour les Girondins. Dans dix jours, après la réception de l'OM, on en mesurera sans doute réellement la valeur, ou l'utilité. Mais si les Phocéens battent Nice, les Bordelais n'auront d'autre recours que de l'emporter, pour redevenir maîtres de leur destin et s'octroyer le droit d'une "finale" à Lorient pour la journée de clôture. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le stade Geoffroy-Guichard, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB) puis Christophe GALTIER (ASSE) ainsi que le milieu de terrain des Girondins Jérémy TOULALAN, qui a pris le brassard de capitaine après la sortie de Plasil (84e). D'autres réactions bordelaises et stéphanoises à écouter ce lundi 8 mai dans nos journaux de 7h à 12h et dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant St Etienne / Bordeaux (36e journée) : GOURVENNEC prudent mais confiant, SAIVET se souvient

Nicolas Pallois le défenseur central des Girondins l'affirme : avant ce déplacement dans le Forez, tous les voyants sont...au ... [la suite...]
écouter

Nicolas Pallois le défenseur central des Girondins l'affirme : avant ce déplacement dans le Forez, tous les voyants sont...au vert pour les Marine et Blanc, malgré le match nul heureux arraché à Dijon dimanche dernier grâce au talent de Carrasso, qui n'a plus encaissé de but depuis 4 rencontres. Mais dans le chaudron stéphanois qui ne demande qu'à se réveiller, les Girondins s'attendent à en voir de toutes les couleurs pour ce deuxième déplacement consécutif en l'espace de cinq jours (à vivre en direct intégral sur nos ondes). Face à une équipe peut-être plus joueuse, qui s'est totalement relancée dans la course à l'Europe en gagnant à Guingamp (2-0), ils savent que le moindre relâchement sera fatal. Or, les bordelais n'ont sans doute plus de droit à l'erreur, talonnés par un OM qui guette le moindre faux-pas pour les dépasser. Sans Jérémy Menez, de nouveau blessé, mais sans doute avec Diego Rolan qui fera son retour, ils devront aussi (re)doper leur secteur offensif, assez à la peine en ce mois d'avril, que ce soit à Nice, Nantes, Angers ou Dijon. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie de la réaction de Jocelyn GOURVENNEC (en photo à Dijon dans sa conférence d'après-match) le coach du FCGB, prudent mais confiant, et d'Henri SAIVET, le milieu de terrain de l'ASSE, qui se souvient de ses nombreuses années bordelaises. Pour entendre ces entretiens dans leur intégralité, et aussi d'autres réactions bordelaises et stéphanoises d'avant-match, rendez-vous dans nos journaux de cette semaine, de 7h à 18h, puis ce vendredi 5 Mai dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h05. Coup d'envoi : 20h45. Commentaires de Christophe Monzie depuis le stade Geoffroy Guichard.
Mar. 02 Mai 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Dijon / Bordeaux (0-0) : Toutes les réactions !

Au micro de Christophe Monzie, écoutez l'analyse de cette rencontre et toutes les réactions d'après-match ... [la suite...]
écouter

Au micro de Christophe Monzie, écoutez l'analyse de cette rencontre et toutes les réactions d'après-match de Jocelyn GOURVENNEC l'entraîneur du Football Club des Girondins de Bordeaux, Olivier DALL'OGLIO l'entraîneur du DFCO, Gaétan LABORDE l'attaquant du FCGB, auteur d'une belle occasion à la 5e minute, Youssouf SABALY le défenseur latéral du FCGB, Cédric VARRAULT le capitaine et défenseur central de Dijon, Valentin ROSIER le jeune défenseur latéral droit du DFCO de 21 ans qui disputait son 1er match en Ligue 1 (en photo, à la lutte avec François Kamano), Cédric CARRASSO le gardien de but des Girondins de Bordeaux, et Pierre LEES-MELOU le milieu offensif du DFCO. Prochain match pour les Girondins de Bordeaux le vendredi 5 mai 2017 à 20h45, Saint-Etienne / Bordeaux en direct intégral sur ARL depuis le stade Geoffroy-Guichard !

DIJON / BORDEAUX (0-0) : Les Girondins sauvés par Carrasso

"Un tiens vaut mieux que trois tu l'auras" : en pastichant (à peine) cette maxime de la Fontaine, on aura ... [la suite...]
écouter

"Un tiens vaut mieux que trois tu l'auras" : en pastichant (à peine) cette maxime de la Fontaine, on aura résumé l'histoire de ce déplacement en Bourgogne où les Girondins, pas tellement dans leur assiette ni dans leur bouteille pour ce choc de Grands Crus, auront au moins sauvé les meubles et un point qui sera peut-être déterminant dans trois semaines. Il fut un temps, pas si lointain où, à défaut de savoir gagner ce genre de matches, ils s'évertuaient surtout à...les perdre ! Mais ce 4e match sans but concédé, même s'il met un terme à la série de 3 victoires, reste rassurant, bien qu'il ait surtout tenu à la classe de Cédric Carrasso, encore une fois au sommet de son art, comme déjà à Angers en Coupe de France (hélas en pure perte) et à un degré moindre, à Bordeaux face à Guingamp, malgré l'ampleur du score ce jour-là (3-0). Par deux arrêts d'un autre monde (18e, 90e+3), le portier des Girondins, que des rumeurs annoncent partant à la fin de la saison, a évité à ses partenaires la défaite qui leur semblait promise, face à des Bourguignons remontés comme des pendules par la perspective de saisir l'aubaine au classement, leurs adversaires directs (Nancy, Caen, Lorient) ayant tous perdu, et portés par plus de 12 500 spectateurs (photo). Car si les bordelais furent les premiers à faire sauter les bouchons par Gaétan Laborde, d'abord par une frappe en pivot détournée du cadre par la tête de...Vada après un centre de Malcom (2e), puis par une superbe tête décroisée à la réception d'un centre de Vada, que Reynet alla chercher sur sa droite par un magnifique arrêt-réflexe (5e), il s'avéra par la suite que ladite bouteille était quelque peu bouchonnée et tiendrait mal dans la durée. Car petit à petit, ce furent bien les locaux qui prirent la direction des débats, le langonnais Pierre Lees-Melou n'étant pas le dernier à montrer la voie à suivre, par une frappe tendue du gauche repoussée des deux poings par Carrasso (18e). Mais ce n'était rien en comparaison de ce corner inutilement concédé par Contento devant Diony, qu'Abeid tira au premier poteau sur la tête du capitaine Varrault, arrivé comme une bombe et que le portier girondin, transformé en Spider-Man, repoussa presque à l'instinct (18e). Bordeaux desserra l'étreinte par de longues transversales et insista encore un peu, par Kamano, qui eut du mal à se défaire du jeune Rosier (lequel effectuait son premier match en Ligue 1 à la place de Chafik blessé), et qui, bien lancé par un contre d'école de Vada, vit son plat du pied pourtant appliqué contré in extremis par le grand Loties (30e). Moins enlevé que la demi-heure initiale, le dernier quart d'heure du premier acte ne donnait lieu qu'à deux essais lointains et non cadrés de Diony (42e) puis Contento (44e). A la reprise, Bordeaux reculait et ne tenait plus guère le ballon au milieu de terrain, et sur un ballon perdu, Sammaritano, très remuant jusqu'alors, trouvait Carrasso sur la route de sa frappe enroulée de 20 mètres (54e). Mais un premier tournant du match survenait quand M.Varela, pourtant bien placé, n'accordait pas un penalty évident à Ounas, tout juste entré en jeu, pour une faute indiscutable de Lotiès sur le flanc droit de l'attaque girondine (61e). Hormis une frappe non cadrée de Menez en toute fin de match et une tête décroisée mais au-dessus de Laborde, c'était là la dernière velléité offensive girondine de la rencontre, car tout le reste des débats allait être à l'avantage des Bourguignons, qui imposaient même une pression étouffante sur le but de Carrasso dans le dernier quart d'heure, emmenés par leurs intenables remplaçants Amalfitano et surtout le coréen Kwon. Après un ballon brûlant centré de la gauche par Haddadi, cafouillé par Tavares et sauvé in extremis par Pallois (78e), puis une nouvelle tête de Varrault sur corner, sauvée cette fois par Sabaly sur la ligne (84e), dans la continuité de l'action, Diony recentrait au second poteau et Lees-Melou, dans un angle impossible, trouvait l'extérieur du poteau...Puis, alerté par Lees-Melou, le coréen décroisait sa tête à quelques millimètres du poteau gauche (89e), avant de buter une dernière fois sur Carrasso, sur un obus à bout portant au second poteau, après une longue balle en avant de Reynet cafouillée par la défense centrale girondine (90e + 3). Les Girondins devaient une fière chandelle à leur gardien de but, et par ce point plus arraché que réellement mérité, mais qui vaut de l'or en Côte d'Or, reprennent une longueur d'avance sur l'OM, qui s'est promené à Caen (5-1). Une sorte d'avertissement sans (trop de) frais avant le déplacement à St Etienne dans 5 jours qui risque d'être d'un autre calibre et où les Girondins devront hausser leur niveau de jeu pour ne pas commettre le faux-pas qui pourrait leur être fatal devant un OM plus que jamais à l'affût. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Gaston Gérard à Dijon, écoutez la réaction d'après-match d'Olivier DALL'OGLIO, entraîneur du DFCO, Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur, Cédric CARRASSO, gardien de but du FCGB, et Pierre LEES-MELOU, milieu offensif du DFCO. D'autres réactions bordelaises et dijonnaises à écouter ce lundi 1er mai dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Dijon / Bordeaux (35e journée) : A quels nez montera la moutarde ?

Entre un DFCO ragaillardi par son succès sur Angers la semaine passée (3-2) qui le relance complètement dans la course au ... [la suite...]
écouter

Entre un DFCO ragaillardi par son succès sur Angers la semaine passée (3-2) qui le relance complètement dans la course au maintien,et des Girondins qui restent sur 3 victoires consécutives en championnat, l'explication permet d'être relevée ce dimanche 30 avril (match à suivre en direct intégral sur nos ondes) dans la capitale française de la moutarde. Reste à savoir dans quel nez elle montera. Le Stade Gaston Gérard n'a pas laissé que de bons souvenirs aux Girondins, battus deux fois par le passé après deux matches médiocres, en Coupe de la Ligue après prolongation en 2004, puis en championnat en 2011. Mais cette saison au Matmut, les Marine et Blanc ont surpris et battu deux fois les Bourguignons en fin de matches (talon d'Achille du DFCO) en championnat (3-2), in extremis, puis en Coupe de France (2-1). Alors, à quel moutardier se vouer sachant qu'aucune des deux équipes n'a le droit à l'erreur ? Les Girondins ont tout intérêt à ne pas rentrer bredouilles de cette expédition en Bourgogne puisque l'OL n'a pas manqué de reprendre la 4e place en gagnant à Angers (2-1) et que l'OM sera dans une situation similaire à la leur à Caen chez une autre équipe menacée de relégation. Leur seul avantage sera de connaître le résultat des Phocéens, qui joueront deux heures avant eux. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie des réactions de Jocelyn GOURVENNEC (photo) le coach du FCGB, et de Pierre LEES-MELOU (interview exclusive) le milieu de terrain girondin du Dijon Football Côte d'Or, auteur de 7 buts en championnat pour l'instant. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et aussi d'autres réactions bordelaises et dijonnaises, rendez-vous ce vendredi 28 avril dans Le Week-end en Sport à partir de 18h15, puis Dimanche 30 avril dans l'avant-match de Top Chrono à partir de 16h10. Coup d'envoi : 17 heures, commentaires de Christophe Monzie.
Mar. 25 Avr. 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Bordeaux / Bastia (2-0) : Toutes les réactions !

Les Girondins continuent à engranger des points et sont désormais 4es au classement. Match sérieux des hommes de Jocelyn ... [la suite...]
écouter

Les Girondins continuent à engranger des points et sont désormais 4es au classement. Match sérieux des hommes de Jocelyn Gourvennec, même si tout n'a pas été flamboyant. L'essentiel maintenant est de ne pas lâcher. Au micro de Christophe Monzie, écoutez toutes les réactions d'après-match  : Rui ALMEIDA, entraîneur du SCB, Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur, Valentin VADA, milieu de terrain, Nicolas PALLOIS, défenseur, Jérémy TOULALAN, capitaine, Younousse SANKHARE, milieu de terrain et buteur du FCGB. Pas de réactions bastiaises, les joueurs du SCB n'ayant pas été autorisés par leur club à parler aux médias... 

BORDEAUX / BASTIA (2-0) : Bordeaux avance ses pions et fait le travail

Sans faire de bruit, les Girondins poursuivent leur bonhomme de chemin et ont logiquement aligné ce samedi leur 3e victoire ... [la suite...]
écouter

Sans faire de bruit, les Girondins poursuivent leur bonhomme de chemin et ont logiquement aligné ce samedi leur 3e victoire consécutive, sans but concédé. Avec sobriété, séreiux et une efficacité dans les deux surfaces qui leur manquait pendant la phase aller et qui leur avait coûté la bagatelle de 21 points gaspillés à domicile sur cette seule période...mais seulement 4 depuis le début de la phase Retour (nuls contre Rennes -leur match le plus médiocre - et Lyon (1-1), avec un penalty oublié sur Malcom qui leur aurait sans doute donné la victoire ce soir-là). La différence est de taille, l'autre grand changement étant que cette équipe sait désormais se montrer patiente. Il n'y a pas si longtemps, un tel match face à des Corses au bord du précipice et venus abattre en Gironde leur ultime carte pour le maintien, les aurait fait déjouer au point de se prendre les pieds dans le tapis, et de laisser filer encore une occasion royale au classement. Décisifs à Nantes en seconde période, ils l'ont encore été face au SCB, après une première mi-temps très brouillonne où les occasions de s'enflammer furent rares, Leca passant 45 minutes assez tranquilles devant des Girondins manquant de rythme et d'inspiration, et empêtrés dans le 4-1-4-1 mis en place par Rui Almeida. Résultat : des banderilles, plutôt que des occasions dignes de ce nom, Malcom étant le premier à faire passer un frisson dans le dos de la défense insulaire par un coup-franc dans le petit filet (18e), avant que Sankharé, bien lancé sur le flanc gauche et peut-être trop collectif, ne préfère centrer au lieu de frapper, El Kaoutari sauvant en corner (31e). Pas de quoi fouetter un chat, quand même, pas plus que sur cette tête non cadrée de Lewczuk (31e), à la réception d'un centre de Malcom, le bordelais le plus remuant avec Laborde. Kamano y allait d'un joli coup de bélier, de la tête, sur un centre de Sabaly dévié au départ par El Kaoutari mais sans vraiment inquiéter Leca (42e). Au contraire, jusqu'alors très timides, les Corses se créaient les deux plus belles occasions du premier acte, coup sur coup, quand Pallois contrait in extremis Coulibaly, et quand, sur le corner de Bengtsson qui s'ensuivait, Mostefa seul au second poteau voyait sa reprise de la tête raser la transversale (44e). Il importait de réagir après la pause, de mettre du rythme et de presser plus haut des Bastiais jusqu'alors loin d'avoir été poussés dans leurs derniers retranchements. Le remplacement de Lewczuk, très tôt averti (24e) par Rolan, s'il n'apporta pas à l'attaque bordelaise tout le tonus espéré, l'uruguayen se montrant encore une fois très effacé, eut au moins le mérite de préserver le défenseur polonais d'une éventuelle expulsion en prévision des matches capitaux à venir. Repositionné en défense centrale, Toulalan multiplia les longues ouvertures, comme Pallois. Sur l'une d'elles, Kamano, moins en vue qu'à l'accoutumée, écrasa sa frappe et tira sur le portier corse. Mais sur l'action suviante, Sankharé, qui venait de distiller déjà deux bons centres, trouvait Malcom au second poteau. La volée du plat du pied droit du petit brésilien, seulement freinée par Jean-Louis Leca, faisait mouche au ras du montant (1-0, 55e). Enfin, lancés, les Girondins se créaient la plus belle occasion du match quand une tête décroisée de Laborde en pleine course, sur un coup-franc de Malcom, était superbement repoussée par le portier bastiais (62e). Mais sur un long coup-franc de Vada remisé de la tête au second poteau par Pallois, Sankharé s'élevait bien plus haut que Cahuzac (en photo) pour smasher sa tête dans le petit filet de Leca, presque à bout portant (2-0, 69e). Si Carrasso devait s'employer pour la première et seule fois du match sur un tir vicieux à ras de terre de Danic (71e), c'est bien Bordeaux qui finissait le plus fort face à des Corses résignés sur leur sort, Plasil ratant la lucarne d'un cheveu, sur un cafouillage provoqué par une tête de Pallois (80e), puis Malcom, certainement le bordelais le plus incisif, frappant au dessus de la barre (91e). Bordeaux assurait le coup et le travail, battant enfin un adversaire qui lui causait mille maux depuis plus de 3 saisons. Mais surtout, les Girondins s'emparaient provisoirement de la 4e place et prenaient 3 longueurs d'avance sur l'OM, freiné à Nancy la veille (0-0). Ils ne seront pas de trop dans le chaudron dijonnais le 30 avril, face à des Bourguignons intraitables devant Angers (3-2) et qui ne veulent pas mourir. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre aux côtés de Michel le Blayo, écoutez les réactions de Jocelyn GOURVENNEC, coach du FCGB, Rui ALMEIDA, coach du SCB, et Jéremy TOULALAN, capitaine du FCGB. D'autres réactions girondines (mais pas de réactions corses, les joueurs n'ayant pas été autorisés par leur club à parler aux médias) à écouter ce lundi 24 avril dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.

Avant Bordeaux / Bastia (34e journée) : Attention à la chausse-trape...

Le sprint pour la 5e place se poursuit ce week-end, l'OM tirant cette fois-ci le premier, dès ce vendredi soir à Nancy. Les ... [la suite...]
écouter

Le sprint pour la 5e place se poursuit ce week-end, l'OM tirant cette fois-ci le premier, dès ce vendredi soir à Nancy. Les Girondins, eux, reçoivent 24 heures plus tard une formation bastiaise en plein désarroi après les évènements dramatiques du 16 avril à Furiani lors du match face à Lyon, finalement interrompu à la mi-temps. Au bord de la relégation alors qu'une victoire sur l'OL aurait pu les relancer, les Corses, qui devront jouer leur prochain match à domicile à huis clos et sur terrain neutre, et dont les supporters sont interdits de stade pour leurs déplacements en France métropolitaine, n'ont plus le choix des armes pour croire au miracle. Une défaite en Gironde leur mettrait un pied et 3 orteils en Ligue 2. Solides à Nantes, les Girondins, qui n'ont plus battu le SCB en Corse ni à Bordeaux depuis plus de 3 saisons, doivent faire preuve de la plus grande prudence face à un groupe bastiais que ces avatars extra-sportifs pourraient finalement galvaniser, même en l'absence de Crivelli, non qualifié pour ce match. La chausse-trape était une arme médiévale constituée de pointes métalliques disposées en forme de tétraèdre et posées sur le sol, parfois recouvertes de poison, arme destinée à retarder ou stopper un adversaire poursuivant celui qui l'a lancée. L'image est forte mais elle colle assez bien au contexte qui voudrait que l'OM, en cas de succès en Lorraine ce vendredi, utilise figurément ce "piège" à distance, pour freiner son principal rival...Voilà les Chevaliers girondins prévenus, qui devront regarder où ils mettent les pieds ce samedi, pour poursuivre leur bonne série. Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie des réactions de Jocelyn GOURVENNEC le coach, et Gaétan LABORDE l'attaquant du FCGB, buteur à l'aller à Furiani le 30 novembre (1-1, en photo le couloir menant à la pelouse, recouvert de photos des anciennes gloires bastiaises). Pour entendre l'intégralité de ces entretiens, et aussi des réactions bastiaises d'avant-match, rendez-vous dans nos journaux de ce vendredi 21 Avril de 7h à 18h, puis dans Le Week-End en Sport de 18h15 à 20h, et samedi 22 Avril dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h10. Coup d'envoi : 20 heures. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo. 
Mar. 18 Avr. 2017 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Nantes / Bordeaux (0-1) : Toutes les réactions !

Bordeaux a mis fin à la bonne série du FC Nantes en s'imposant à la Beaujoire grâce à un but de ... [la suite...]
écouter

Bordeaux a mis fin à la bonne série du FC Nantes en s'imposant à la Beaujoire grâce à un but de Sankharé peu après l'heure de jeu (en photo, félicité par Lewczuk, Vada, Kamano, Malcom et Gajic). Les Girondins s'accrochent à leur 5e place, malgré la victoire de l'OM sur St Etienne (4-0). C'est leur 6e succès à l'extérieur de la saison. Au micro de Christophe Monzie, écoutez toutes les réactions d'après-match : Milan GAJIC, arrière latéral, Cédric CARRASSO, gardien de but, MALCOM, attaquant du FGCB, Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur du FCGB, Guillaume GILLET, capitaine et milieu de terrain, Sergio CONCEICAO, entraîneur du FCNA, Stéphane MARTIN, Président du FCGB.

NANTES / BORDEAUX (0-1) : Maîtres de leur sujet, les Girondins ne l'ont pas volée...

Pour le 55e et la 33e de la saison, le 33 l'aura donc remporté chez le 44, sur le même score qu'à l'aller au ... [la suite...]
écouter

Pour le 55e et la 33e de la saison, le 33 l'aura donc remporté chez le 44, sur le même score qu'à l'aller au Matmut...Pour ceux que les chiffres rebutent, on explicitera donc l'équation à plusieurs inconnues : pour le 55e derby de l'Atlantique de l'Histoire, et la 33e journée de championnat, la Gironde s'est encore imposée en Loire-Atlantique. Trois nombres multiples de 11 qui attestent bien que c'est en vraie équipe, et donc à 11, que les Girondins ont su remporter, sans contestation possible, cet Atlantico qui avait rassemblé plus de 26 000 personnes dans un stade de la Beaujoire baigné par un soleil printanier. Dans le lot, quelques excités sans doute très à la mode, puisque la tendance de la semaine était à la généralisation du mono-neurone dans les tribunes de la sphère football, à l'échelon européen aussi bien qu'hexagonal... Les 250 supporters girondins, finalement tolérés à la Beaujoire, furent les premiers à sortir des clous et tirer leur timide fumigène bleuté (pourtant interdit), mais au moins eurent-ils l'intelligence de le faire à un quart d'heure du coup d'envoi, puis de se tenir très sages le reste de la rencontre. On n'en dira pas autant du virage Loire où de nombreux supporters Jaune et Vert, aussi illuminés que leurs pétards, les allumèrent à leur tour par dizaines, au bout de 13 minutes de jeu, avant de les jeter sur la pelouse, encore incandescents, à quelques mètres de Cédric Carrasso (photo). Sans parler des noms d'oiseaux qui fusèrent à l'endroit de certains joueurs bordelais, notamment en seconde période...Un match arrêté pendant 4 minutes, donc, et une lourde amende qui devrait s'abattre prochainement sur le FCNA qui n'en avait nul besoin, déjà sous la menace d'une suspension de tribune avec sursis. Mais peu de choses, finalement, à côté de ce qui allait se passer à Bastia moins de deux heures plus tard. Ce fut d'ailleurs la seule vraie fausse note d'un derby par ailleurs intéressant (n'en déplaise aux amateurs de matches débridés à huit buts), à défaut d'être flamboyant : engagé, âpre, incertain et plus enlevé en première qu'en seconde période, où le rythme baissa quelque peu, les Canaris ayant laissé beaucoup de jus dans le premier acte. Un vrai match d'hommes aussi, où les deux premiers cartons de la partie, justifiés (Rongier 3e, Pallois 37e) contrastèrent avec les deux suivants, beaucoup plus contestables, infligés à Sabaly (61e) et surtout Gajic (78e). Et si les Canaris mirent tout de suite de l'impact dans leurs attaques, à l'image de Sala et Nakoulma qui savent quelquefois se frayer un chemin avec d'autres parties du corps que leurs pieds, ce sont bien les Girondins qui héritèrent des premières banderilles de ce match, d'abord par Malcom dont la tête non cadrée sur un centre de Sankharé passa à gauche du but (11e), puis par Laborde, d'une frappe à ras de terre de 25 mètres un peu trop à droite (25e). Banderilles qui prient ensuite la forme de vraies menaces juste avant la pause, quand Sabaly, bien décalé par Malcom, centrait en retrait pour Kamano dont la reprise de plein fouet trouvait miraculeusement le talon de Lima pour mettre en corner (40e). Sur celui-ci, tiré de la gauche par Vada, la tête décroisée de Laborde faisait briller Maxime Dupé et sa manchette ferme. Malgré un pressing souvent désordonné, le FCNA n'avait mis le nez à la fenêtre que sur un coup-franc latéral de Lima repris joliment de volée et victorieusement par Djidji, mais logiquement invalidé pour une position de hors-jeu (17e) et une frappe instantanée de Gillet dans le petit filet, sur un corner joué en retrait par Lima (23e). Bordeaux défendait bien et avec compacité, même quand Gajic dut remplacer au pied levé et poste pour poste Diego Contento (entorse à la cheville) percuté de plein fouet par l'autobus Nakoulma (33e). En seconde période, les Girondins continuaient de bien quadriller le terrain, malgré l'entrée en jeu à la pause de Touré à la place de Rongier. C'est d'ailleurs le remplaçant nantais, après une frappe en pivot un peu trop timide de Laborde au ras du poteau gauche (57e), puis une main incontestable de Lima en pleine surface sur un centre de Vada, mais oubliée par M.Letexier (59e), qui allait précipiter la chute des siens par un ballon perdu dans le rond central sous le pressing de Vada ; le contre bordelais se développait et Sankharé exploitait la supériorité numérique et le bon service de Kamano pour expédier une frappe lourde du gauche, à ras de terre, entre les jambes de Djidji, qui filait sous Maxime Dupé, lequel ne pouvait que la freiner (0-1, 65e). Le plus dur était fait, les Nantais perdaient alors de la lucidité dans le geste final, à l'image de Pardo qui tergiversait au lieu de tirer (80e), ne mettant jamais à contribution Carrasso, et en fin de match, il s'en fallut de peu que Malcom ne double la mise, quand son tir, repoussé par Dupé fut sauvé de la tête sur la ligne par Lima (88e) puis quand Rolan, fraîchement entré en jeu, n'appuya pas assez sa frappe, relâchée par le gardien nantais sans que personne n'ait suivi (90e). Qu'importe : les Girondins, avec 4 tirs cadrés contre zéro à leurs hôtes, tenaient logiquement leur 6e victoire à l'extérieur, la première depuis le 25 février à Lille (3-2) et consolidaient leur 5e place, quel que soit le résultat de l'OM contre St Etienne, à l'issue d'une rencontre qui, sur le plan défensif, fut certainement l'une des plus abouties de la saison. Au micro de Christophe Monzie qui commentait ce derby depuis le stade de la Beaujoire à Nantes, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB) et Sergio CONCEICAO (FCNA) ainsi que celle du nouveau président des Girondins Stéphane MARTIN. D'autres réactions bordelaises et nantaises à écouter ce lundi 17 avril 2017 dans Sports Magazine à partir de 18h15.