Girondins de Bordeaux

Toujours invaincus, les Girondins méritaient encore mieux...

02 septembre 2019 à 16h00 Par Christophe Monzie
Crédit photo : C.Monzie

La belle série continue pour les Girondins, invaincus ces 4 dernières saisons en terre rhodanienne. Comme lors de leurs 3 dernières sorties face aux Gones, ils ont pourtant été menés au score. Mais une fois de plus, dans la tourmente locale (elle n'a duré qu'une mi-temps, ce samedi, pas davantage), ils ont plié mais n'ont pas craqué ni concédé ce second but qui aurait sans doute scellé le sort du match. Repassé à une défense à quatre autour d'un Koscielny impeccable, Pablo étant laissé sur le banc à la surprise générale, Paulo Sousa a été à deux doigts de réussir son premier coup de maître depuis qu'il est arrivé en Gironde. L'impression d'inachevé, et la question de la bouteille à demi-vide ou a demi-pleine sont d'ailleurs exactement les mêmes que lors de la précédente explication en novembre 2018 qui s'était terminée sur un score identique, Bordeaux héritant des occasions les plus nettes après la pause. Parti très fort, l'OL a d'abord donné l'impression de croquer tout crus les Marine et Blanc, marquant non sans une certaine réussite, avant de s'étioler au fil des minutes, et de ne plus exister du tout offensivement en seconde période (aucune frappe cadrée), même avant l'expulsion logique de Thiago Mendes pour deux fautes grossières sur Otavio assorties d'un jaune mérité à chaque fois (13e, puis 61e minute), distribué par l'excellent M.Gautier. Dominés et contraints de parer au plus pressé pendant la première période, malgré quelques contres bien sentis menés le plus souvent par Kalu, les Girondins ont alors compris que les Lyonnais payaient peut-être, sur le plan physique, le fait d'avoir joué 3 jours après eux à Montpellier, ajouté à la chaleur suffocante (36 degrés au coup d'envoi, même si la pluie s'invita en fin de match).Toutes les statistiques (possession, frappes au but cadrées, corners, duels gagnés...) s'inversèrent et parlèrent alors en faveur des Bordelais. Restait à trouver le geste juste pour inquiéter Lopes et répondre à cette ouverture du score assez heureuse de Memphis Depay, lancé côté gauche à l'extrême limite du hors-jeu par Terrier et auteur d'une frappe croisée du gauche passablement dévissée qui vint mourir contre l'intérieur du poteau opposé de Costil (1-0, 31e) pour son 4e but en championnat, le 5e en trois sorties au Groupama Stadium. Cette action décisive girondine, elle arriva donc à la 66e minute quand Kalu, très actif quoique toujours aussi brouillon dans le geste final, décala parfaitement Benito pour un centre du Suisse, légèrement dévié au départ, qui mit la défense des Gones au supplice, Lopes se fendant d'une claquette improbable qui faillit faire le bonheur de De Préville au second poteau. La frappe de l'ex-Rémois et Lillois fut contrée, mais par bonheur revint au premier poteau sur Briand qui reprit sans contrôler à 6 mètres et dans un trou de souris (1-1). Dans la foulée, profitant des errements d'un OL qui perdit alors, pendant plus de quinze minutes, un nombre incalculable de ballons dans son propre camp, les Girondins continuèrent d'appuyer leur pression, mais par 3 fois Lopes s'interposa avec autorité. Ils sont peut-être passés à coté d'une très grosse performance face à un OL fatigué et très nerveux, auteur de beaucoup de fautes inutiles. Mais ils enchaînent par un 3e match consécutif sans défaite, ce qui n'était jamais arrivé sous l'ère Sousa. Au micro de Christophe Monzie qui commentait ce match en direct du Groupama Stadium de Décines-Charpieu, écoutez les réactions de Benoît COSTIL, le gardien de but et capitaine bordelais, au chômage technique toute la 2e période (Lyon n'a pas cadré un seul tir), Jeff REINE-ADELAÏDE, titulaire pour la première fois en milieu de terrain sous le maillot de l'OL après son transfert d'Angers, Jimmy BRIAND, attaquant du FCGB, Anthony LOPES, le gardien de but de l'OL qui a sauvé les meubles en seconde période, Paulo SOUSA l'entraineur du FC Girondins de Bordeaux, et SILVINHO l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais.

OL / FCGC réactions