Mise en ligne le Dimanche 07 Mai 2017
écouter

Racing / UBB (22-20) : L'Union lâche encore en seconde période

L'UBB y aura cru une heure...et aura fait trembler le Racing jusqu'au bout, avec cette pénalité trop courte de Hickey (78e) qui eût pu le priver de phases finales, et offrir aux Girondins un succès purement honorifique. Car à cet instant de la partie, leur sort était réglé et les jeux étaient faits, malheureusement. Il aurait en effet fallu une victoire bonifiée à Colombes pour que l'UBB arrache in extremis la 7e place et que dans le même temps Brive ne gagne pas et le Stade Français rentre bredouille de son déplacement à Montpellier. Ce qui ne fut pas le cas sur ces deux rencontres. Pas de regrets à nourrir donc, si ce n'est de n'avoir pas été capable de préserver la victoire après avoir mené de 17 points en début de seconde période, après la transformation par Baptiste Serin du second essai bordelais du match inscrit par Blair Connor, auteur d'une inspiration géniale lui permettant d'intercepter une passe de Chavancy à Laulala (3-20, 52e). Ashley-Cooper ayant montré la voie dès la 14e minute par son dernier essai sous le maillot girondin, l'Union n'était donc pas loin du bonus offesnif à cet instant. Et les Franciliens, tourmentés par une saison galère à tous les niveaux aussi bien sportif qu'en coulisses, pas loin de l'implosion. Sauf que le coaching de Labit et Travers, qui faisaient entrer leur cadres et modifiaient toute leur première ligne, changea complètement la donne, et instantanément, les mouches changèrent d'âne face à des Unionistes redevenus trop vite spectateurs. En quinze minutes, pas davantage, le Racing avait rectifié le tir, par trois essais dont deux en force (Nyanga 56e, Nakarawa 66e) qui soulignaient surtout la porosité de la défense girondine. Carter allait lui-même mettre son équipe en tête pour la seconde fois du match (après sa pénalité initiale déflorant le score, 3-0, 3e), mais c'était la bonne, et le Racing, comme chaque année depuis son retour dans l'élite en 2009, compostait son billet pour les phases finales, le Stade Français, après un bonus défensif graté à Montpellier, héritant du barrage européen. On ne comptera pas le nombre de matches perdus par l'UBB cette année en seconde période, après qu'elle eut souvent viré en tête à la pause, la plupart du temps hors de ses bases. Si elle doit nourrir des regrets pour cette 11e place sans saveur, c'est surtout par rapport à son parcours à domicile (4 défaites, 1 nul), insuffisant pour espérer se mêler au Top 6. D'autant que l'accroc du 23 décembre contre Pau à l'ultime seconde (16-18) et le nul concédé à Clermont après la sirène le 29 janvier (23-23) auront donc été leur talon d'Achille, traîné comme un boulet depuis 4 mois. Petites causes, grands effets : si ces rencontres avaient duré 2 minutes de moins chacune, l'Union aurait compté 5 points de plus au final. Assez, sans doute, pour accrocher à minima ledit barrage...Au micro de Nicolas Fillon qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Yves-Du-Manoir à Colombes, écoutez une partie des réactions de Clément MAYNADIER le talonneur et capitaine de l'UBB, Laurent LABIT l'entraîneur des arrières du Racing, et Jacques BRUNEL l'entraîneur de l'Union Bordeaux Bègles. D'autres réactions à écouter ce lundi 8 mai dans nos journaux de 7h à 12h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h15.