Mise en ligne le Dimanche 24 Septembre 2017
écouter

BORDEAUX / GUINGAMP (3-1) : Bordeaux, patient, a su forcer le destin

Et de quatorze ! Quatorzième match de championnat consécutif sans défaite pour les Girondins, fin de saison dernière incluse. Si Monaco, qui a remporté 18 de ses 19 derniers matches, attire tous les regards et les éloges, la série bordelaise force elle aussi le respect, même si elle est nettement moins médiatisée. Et le choc attendu entre les deux seules équipes encore invaincues cette saison en Ligue 1 aura bien lieu au Parc des Princes le 30 septembre, avec des Marine et Blanc plus outsiders que jamais, l'esprit libéré par ce pécule de points amassé quand il le fallait et sans traîner en route (même si l'on peut regretter les 4 laissés à Angers et à Lille qui, sans qu'on crie au scandale au vu de ces deux matches, feraient des Girondins les...leaders de la Ligue 1 aujourd'hui). Pourtant, comme face à Toulouse où ils ont été secoués d'entrée de jeu par les Haut-Garonnais, les choses auraient pu tourner d'une tout autre manière en première période pour eux, et le résultat ne pas être aussi favorable. Car 2 minutes ne s'étaient pas écoulées que Toulalan taclait grossièrement Thuram en plein surface et M.Bastien, à 3 mètres de l'action, désignait logiquement le point de penalty. Mais Costil, parti du bon côté, bloquait le tir indolent de Briand (2e). Galvanisés par la réussite de leur gardien de but, les Girondins repartaient à l'assaut dans un début de match débridé où les deux équipes, portées résolument vers l'offensive, se rendaient coup pour coup et refusaient de reculer, comme prévu. Lancé par Kamano, De Préville de l'extérieur du pied voyait son ballon passer devant le but de Johnsson (5e), avant de manquer le cadre de quelques centimètres sur un tir en pivot instantané du gauche, au terme d'une action Kamano-Sankharé rondement menée (18e). L'arbitre, très zélé sur la première période (2 penalties, 6 cartons jaunes qui laissaient craindre le pire) autant qu'il fut discret sur la seconde, oubliait une main de Didot dans la surface (25e) sur un tir bordelais contré, avant que Kamano ne tire puissamment au-dessus (26e). Même si les occasions d'inquiéter Costil étaient rares, on sentait les Bretons prêts à s'engouffrer dans la moindre brèche laissée par les Girondins, qui consentaient parfois un peu trop de largesses aux véloces attaquants visiteurs. Kamano, très en vue en ce début de rencontre, entrait dans la surface coté gauche mais était crocheté par Kerbrat. Nouveau penalty, pour les bordelais cette fois, que De Préville frappait fort sur la droite de Johnsson...parti du bon côté et qui repoussait le tir du néo-bordelais...sur Kamano, lequel, avec sang-froid et précision, logeait le cuir dans le soupirail, hors d'atteinte du portier guingampais qui s'était relevé immédiatement (1-0, 30e). Mais à l'image d'un Malcom moins en vue que d'habitude, les Girondins semblaient plus hésitants qu'au cours de leurs dernières sorties au Matmut et ne brillaient que par intermittence, visiblement gênés par le pressing très haut des Costarmoricains. Et leur entame de seconde période, comme celle de la première, était catastrophique, puisque Salibur, bien trop libre de ses mouvements dans la surface, marquait trop facilement bien que sa frappe ait été déviée par Lerager, après 40 secondes de jeu à peine (1-1, 46e). Les sorties à la pause de Briand, hors du coup ce samedi, et Didot, blessé, donnaient à l'EAG une autre configuration. Bordeaux, sans s'affoler mais sans se montrer non plus très précis dans ses frappes, reprenait sa domination et Sankharé ratait une énorme occasion seul à 6 mètres sur un corner de Malcom remisé par Kamano (53e). Guingamp restait très menaçant sur un coup-franc de Salibur de 20 mètres en lucarne sur lequel Costil s'envolait magnifiquement (61e). Mais quasiment dans la foulée, De Préville, pas en réussite malgré sa volonté évidente de bien faire, réussissait un bon enchaînement terminé par une frappe du gauche au ras du montant de Johnsson, battu (63e). On commençait même à craindre que les Marine et Blanc perdent leur bonne étoile et lâchent leurs premiers points à domicile lorsque Mendy, entré à la place de Lerager pour doper l'attaque girondine en panne de rythme dans un second acte nettement moins enlevé que le premier, voyait sa reprise sauvée sur la ligne par Eboa Eboa après une première frappe de Malcom repoussée par le portier suédois sur le côté gauche de son but, puis un service idéal de Kamano qui aurait pu être sa 5e passe décisive (70e). Mais à force d'insister, et en trouvant - comme à Toulouse ou à Lyon - des ressources physiques qui lui permettaient de terminer la rencontre bien plus fort qu'il ne l'avait commencée, Bordeaux finissait par faire sauter le verrou breton quand une action Cafu-Malcom voyait le second nommé lancer idéalement Mendy. La frappe croisée et à l'aveugle, dans un angle fermé, de l'ex-guingampais terminait dans le petit filet de Johnsson (2-1, 75e). Sankharé échouait encore à quelques centimètres du poteau gauche (82e), et dans le temps additionnel, délivrait un caviar à Cafu parti dans le dos de la défense, qui prenait le temps de fixer le portier visiteur avant de l'ajuster (3-1). Coaching gagnant pour Gourvennec donc, avec cette fois-ci un banc qui a apporté le plus que l'on espérait et deux buts inscrits par deux joueurs - Mendy et Cafu - qui mentalement en avaient grand besoin pour prendre leurs repères dans cette équipe où la concurrence joue à plein. Pour leur retour au Matmut Atlantique après quasiment un mois d'absence, les Girondins engrangeaient, à l'énergie et avec opiniâtreté plus qu'avec panache, leur 3e succès à domicile en autant de matches (le 11e contre cet adversaire guingampais dans l'histoire de leurs confrontations), et ils grimpent sur le podium en attendant le résultat de St Etienne ce dimanche contre Rennes. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le Matmut Atlantique aux côtés de Michel le Blayo, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Antoine KOMBOUARE (EAG), Jocelyn GOUVENNEC (FCGB), puis les joueurs : Jimmy BRIAND et Yiannis SALIBUR, attaquants de l'En Avant Guingamp, François KAMANO le premier buteur bordelais, Alexandre MENDY, le second buteur bordelais et Benoît COSTIL, le gardien de but du FCGB auteur de cet arrêt décisif en début de rencontre (en photo, Cafu, auteur du 3e but bordelais). A écouter également dans nos journaux de ce lundi de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.