Mise en ligne le Samedi 28 Octobre 2017
écouter

Racing / UBB (29-13) : L'Union régale, puis se saborde en 16 minutes

L'UBB peut réellement s'en vouloir d'avoir perdu ce match plus avec la tête qu'avec les jambes. Et d'avoir imaginé, même inconsciemment, qu'en supériorité numérique, elle finirait bien par l'emporter face à un adversaire qui avait pourtant maintes fois prouvé le contraire dans un passé récent, les Franciliens n'étant jamais aussi galvanisés que quand on les donne battus à cent contre un, Toulon, surpris en finale du Top 14 il y a deux ans à 15 contre 14, pourrait en témoigner. Ce regrettable à priori a coupé les jambes des Girondins qui ont commencé à tout faire à l'envers quand Vakatawa s'est retrouvé exclu, un peu sévèrement, pour un plaquage plus spectaculaire que réellement dangereux sur Dubié (30e). A cet instant, bien que  le Racing ait tiré le premier par Thomas (7-3, 24e), ce sont bien les Unionistes qui régalaient et maîtrisaient plutôt bien les débats, concrétisant logiquement leur domination en conquête et leur solidité défensive (qui n'allait hélas pas durer) par un essai de Nans Ducuing qui s'arrachait pour aplatir juste derrière la ligne (30e) pusi un autre, superbe, du jeune Espoir bordelais Mathieu Jalibert (7-13, 43e). Mais par la suite, la cabane est brusquement tombée sur le chien, allez savoir pourquoi, comme déjà à Lyon cette saison, et dans une moindre mesure, à Castres début septembre, alors que les entames béglaises avaient été bonnes là aussi. Mais l'Union n'a encore une fois pas tenu la distance. Et le Racing s'est mis à renaître, emmené par un Chat tellement bien botté qu'il courut deux fois en terre promise sans même avoir besoin de sortir ses griffes (48e, puis 63e). L'Union regardait passer les trains à Colombes (en photo, Maxime Machenaud à la relance sous les yeux de Baptiste Serin, impuissant) et Maka filer lui aussi à Dame (54e), perdait contenance avec un carton jaune à Dubié, 61e), puis un rouge à Taofifenua et Carizza réunis (le 2e ligne parisien n'ayant fait qu'un passage éclair de 3 minutes sur la pelouse d'Yves-Du-Manoir) pour une partie de bourre-pif bien en accord avec ce match d'hommes. En seize minutes très exactement, le Racing venait de passer un 22-0 pathétique qui n'était pas sans rappeler la Bérézina lyonnaise du 16 septembre dernier (49-17). Les 15 dernières minutes de jeu n'y changeaient rien, malgré la nouvelle supériorité numérique (14 contre 12) des unionistes après le jaune au demi de mêlée Iribaren (78e). Encore 30 points dans la musette alors que l'Union disposait de tous ses cadres, on s'inquiète légitimement de ce qu'il pourrait advenir d'elle lors du derby de la Garonne qui la mènera à Toulouse ce samedi 4 novembre (en direct intégral sur nos ondes) alors que près de 20 joueurs manqueront sans doute à l'appel à Ernest Wallon...Au micro de Nicolas Fillon qui commentait cette rencontre en direct du stade Yves-du-Manoir à Colombes, écoutez les réactions de Clément MAYNADIER le talonneur et capitaine de l'UBB, et Jacques BRUNEL le manager de l'UBB. D'autres réactions bordelo-béglaises et racingmen à écouter ce lundi 30 octobre dans nos journaux de 6h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.