Mise en ligne le Mercredi 29 Novembre 2017
écouter

Bordeaux / Saint-Etienne (3-0) : Les Girondins ont retrouvé leur carte Vitale

Voilà plus de deux mois (dernière victoire le 23 septembre contre Guingamp 3-1) qu'ils étaient à la recherche de la bonne carte menant aux délices d'un succès en championnat, qu'ils avaient abattu presque tous leurs atouts sans succès, allant de désillusion en désillusion, ratant plusieurs situations immanquables quand l'adversaire n'avait pour ainsi dire besoin que d'une occasion de but pour les battre, parfois même d'une demie, comme au Havre face à Amiens...La patience et l'abnégation ont fini par payer, et le mieux constaté contre l'OM et à Caen s'est enfin concrétisé ce mardi soir au tableau d'affichage. Contre des Verts bien pâles enlisés dans le marasme et handicapés par de nombreuses absences (dont celles d'Hamouma et Cabella, déterminantes, mais Bordeaux n'était pas mieux loti avec celles de De Préville, Malcom et Lewczuk) , les Marine et Blanc ont retrouvé leur carte Vitale...verte, comme de bien entendu... mais sans Tiers payant à la clé, car c'est bien l'ASSE qui a réglé directement la note...3-0 et enfin un clean-sheet (le premier depuis le 15 septembre à Toulouse), c'est le succès le plus net de la saison pour une équipe bordelaise retrouvée, qui a su mettre de la diversité, du rythme dans son jeu et s'est montrée plus précise qu'à l'accoutumée dans ses frappes au but. Ceux que Gourvennec a appelés pour pallier les absences, en particulier Cafu, auteur d'un très bon premier acte, Mendy, auteur d'un doublé magistral, ou Vada, beaucoup plus à l'aise dans l'entrejeu à son poste originel de numéro 10, ont été les catalyseurs d'une groupe dont la joie de gagner enfin ne fut pas feinte, longtemps après la fin du match. Ce n'était pourtant pas une finale de Coupe de France ou d'Europe, mais au moins - il faut en tout cas l'espérer - la fin d'un tunnel qui sembla longtemps sans issue. Comme face à l'OM, les Marine et Blanc prirent le match par le bon bout et ouvrirent très vite le score, sur un exploit personnel de Mendy un peu comme celui de De Préville face aux Phocéens, quand l'ex-Guingampais, après une série de têtes sur un dégagement de Costil, enrhuma Pogba d'un sombrero parfait (en photo) à l'issue duquel il enchaîna par une demi-volée surpuissante du droit, de 16 mètres, sous la barre d'un Ruffier pétrifié (1-0, 5e). Une minute plus tôt, Vada avait été le premier à tenter sa chance mais sa frappe, trop écrasée, n'avait pas surpris le portier des Verts. Lesquels manquaient de peu revenir au score lorsqu'un coup-franc excentré d'Hernani, certainement l'un des rares stéphanois à n'avoir pas sombré, après une faute peu évidente de Gajic, termina sur le bas du poteau droit de Costil, qui n'avait placé aucun défenseur près de celui-ci (9e). Sur un corner renvoyé du poing dans l'axe du terrain par Ruffier, Sabaly de 30 mètres ne trouvait pas le cadre (16e), pas plus que Vada d'une belle frappe enroulée, un mètre à gauche du but forézien (19e). Le pressing haut des Girondins gênait considérablement les Verts, malgré quelques tentatives timides de Bamba sur le flanc gauche et Dabo sur la droite. Mais contrairement à ce qu'ul n'avait pas pu faire contre Marseille, Bordeaux allait cette fois-ci enfoncer le clou, quand Cafu renversait le jeu sur le flanc droit pour Malcom, laissé libre de ses mouvements. Le Brésilien s'avançait et enroulait une frappe limpide de 25 mètres qui venait mourir dans le petit filet de Ruffier, qui se détendait en vain (2-0, 31e). Son 6e but de la saison, le premier depuis un mois et demi et sa réussite contre Nantes (1-1). Si les Verts menaient aux corners (4 contre 2 sur la première période), ce sont bien les Girondins, en confiance, qui déroulaient et avaient les plus grosses opportunités, mais le penalty que Bordeaux attend et mériterait depuis des lustres était encore remis aux calendes, quand M.Lesage décidait de ne pas broncher sur une charge de Théophile-Catherine sur Cafu en pleine surface (40e). Il fallait attendre la 43e minute et un centre de la droite pour voir Pajot, d'une tête plongeante mais pas assez appuyée, inquiéter Costil qui se couchait impeccablement. Après les citrons, Diony faisait frémir le Matmut quand son lob astucieux et sans angle, dos au but, retombait juste derrière la barre, sur le petit filet de Costil, dangereusement avancé (51e). Les Verts venaient de rater l'occasion de revenir dans le match et allaient le regretter très vite, quand un ballon perdu sur l'aile gauche profitait à Vada qui lançait Sabaly. Le centre du latéral bordelais était repris comme à la parade au point de penalty par une tête piquée et décroisée de Mendy qui devançait Perrin et Ruffier réunis (3-0, 57e). En perdition, les Verts étaient à deux doigts d'exploser dans la foulée, mais Mendy, surpris de la toile de Diousse sur une relance de Ruffier, ne pouvait cadrer (59e). Les Girondins relâchaient ensuite quelque peu leur vigilance, le temps d'offrir à Bamba l'occasion de faire briller Costil sur deux lourdes frappes de 20 mètres ( 66e, 71e), Sabaly au premier poteau ayant entretemps sauvé sur la ligne une tête du norvégien Soderlund (69e), entré en jeu peu auparavant. Mais ils finissaient fort et le jeune Ervin Taha (19 ans) se voyait même offrir l'honneur d'une première apparition en Ligue 1 en remplaçant Cafu (81e), bientôt suivi par son coéquipier de la réserve Zaydou Youssouf (87e) à la place de Malcom. Comme un symbole, c'est encore Mendy qui héritait de la dernière occasion du match sur une passe du jeune Taha, mais sa frappe sèche à ras de terre flirtait avec le poteau (85e). Les Girondins, par ce net succès, rééquilibraient quelque peu leur différence de buts mise à mal par des défaites répétées, enfonçant un peu plus les Stéphanois dans le doute. Il reste maintenant à confirmer ce vendredi 1er décembre à Dijon ce début de renaissance, qui ne doit pas être qu'une péripétie sans lendemain. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le Matmut aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions des deux coaches, Julien SABLE (ASSE) et Jocelyn GOURVENNEC (FCGB). De nombreuses autres réactions bordelaises et stéphanoises à écouter ce mercredi 29 novembre dans nos journaux de 6h à 18h, puis dans Sports Express à partir de 19h02.