Mise en ligne le Dimanche 14 Janvier 2018
écouter

TROYES / BORDEAUX (0-1) : Les Girondins la tiennent enfin...

C'était bien leur Promesse de l'Aube, et comme Romain Gary dans son autobiographie, ils l'ont honorée...Grâce à un but de la tête tout en finesse du revenant Gaétan Laborde à la réception d'une louche de Malcom au point de penalty, tête savamment placée qui a lobé le gardien troyen Samassa avant de finir dans le petit filet (0-1, 15e), les Girondins sont enfin parvenus à mettre fin à la terrible spirale qui a failli les conduire en Enfer par un succès fondateur et mérité dans l'Aube (1-0), succès dont on veut croire qu'il sonnera comme la promesse d'un renouveau. Quatre mois, presque jour pour jour, qu'ils ne s'étaient plus imposés hors de leurs bases (1-0 à Toulouse, le 15 septembre), et plus d'un et demi (6 matchs officiels, assortis d'autant de défaites) qu'ils espéraient une victoire, depuis le succès sur St Etienne (3-0) au Matmut le 28 novembre, qui eut longtemps les allures d'une timide ouverture vers la lumière, au milieu d'un tunnel long de quinze matches et trois mois et demi. Car il est évident que cette fois-ci, ce succès ne doit pas être une perf sans lendemain, contrairement au match de St Etienne. Il doit constituer le détonateur d'un redressement durable attendu autant par les supporters que par les propriétaires du club, M6 s'étant déplacé à Troyes avec tous ses cadres pour ce match dont l'importance n'échappait à personne. Cela tombe bien, deux autres matches se profilent en une semaine à peine, contre Caen puis à Nantes, pour continuer dans cette bonne voie. Car dans les comportements, on a revu enfin sur la pelouse d'un stade de l'Aube à moitié garni (10 822 spectateurs) une équipe solidaire et appliquée, revenue comme on l'espérait à ces fondamentaux défensifs qu'elle avait fâcheusement oubliés mais sans lesquels aucun succès n'est possible, et des garçons qui ont fait les efforts ensemble, refusant de reculer face au pressing troyen. Il est vrai que la position résolument avancée de Laborde, qui fut constamment jusqu'à sa sortie (75e) un poison pour la défense locale, obligée de commettre beaucoup de fautes sur lui qui valurent d'ailleurs à Vizcarrondo (39e) et Traoré (65e) deux cartons jaunes mérités, ne permit jamais aux Aubois de remonter leur bloc et de presser les Girondins aussi haut qu'ils l'auraient souhaité. Mais ceux-ci doivent quand même une fière chandelle à leur gardien de but, Benoît Costil, aussi décisif en première mi-temps qu'il l'avait d'ailleurs été à Toulouse lors du match cité plus haut, avant de passer un second acte des plus tranquille, les Troyens n'ayant plus cadré un seul tir après les citrons. Le portier breton dut d'abord aller chercher au ras de son poteau droit une frappe un peu dévissée de Darbion à la réception d'un centre en retrait de la droite de Deplagne (4e), mais il se distingua surtout en repoussant, comme à Granville six jours plus tôt, un penalty de Khaoui (d'ordinaire à l'ESTAC c'est l'expérimenté Benjamin Nivet qui les tire) pour une faute incontestable de Meïté sur Darbion à l'entrée de la surface, sur le flanc gauche de l'attaque locale (10e). Mais contrairement au match en Normandie où l'exploit de leur gardien avait eu sur leur moral l'effet d'un cautère sur une jambe de bois, les Marine et Blanc surent tirer la leçon de cet avertissement et frapper dans la foulée, dans les conditions décrites précédemment, après que Laborde eut hérité d'un premier ballon centré par Sankharé, mais que Samassa le portier troyen avait proprement bloqué (13e). Meïté, soucieux de faire oublier sa bévue, tentait à son tour sa chance de 20 mètres d'une frappe sèche à ras de terre mais Samassa s'interposait d'une main ferme (31e). A la pause, l'avantage au score des Marine et Blanc, qui après une entame délicate, avaient peu à peu pris la mesure des attaquants troyens, notamment par le néo-bordelais Paul Baysse à l'origine de la relance ayant amené le but des siens, et le jeune Jules Koundé, encore excellent ce samedi, dont le sens de l'anticipation et les interventions claires et propres avaient de quoi rassurer ses coéquipiers, était donc loin d'être immérité. Le second acte fut un peu moins enlevé que le premier, marqué tout de même par une occasion pour le coréen Suk (56e) conjointement contré au second poteau par Poundjé et Baysse réunis (une action révélatrice de l'envie de vaincre des Girondins), un but logiquement refusé à Sankharé pour hors-jeu sur un service de Laborde coté gauche (69e) par l'excellent M.Brisard, auteur d'un sans faute contrastant agréablement avec la guignolade du dimanche précédent (qui vaudra d'ailleurs à Plasil une aberrante suspension de cinq rencontres), et une dernière frayeur venue de Suk, heureusement trop court pour reprendre un centre fuyant de la gauche de Grandsir (81e). Les Girondins y firent preuve de maîtrise et de sang-froid, signant même une copie parfaite en ne concédant ni but ni le moindre carton jaune. A croire que les "voyous tueurs" supposés de Granville s'étaient brusquement acheté une conduite et étaient devenus des agneaux, malgré l'importance de l'enjeu, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement d'un arbitrage dans l'esprit dans un match par ailleurs très correct, appliqué avec intelligence par M.Brisard à la différence de son prédecesseur en Normandie... Bordeaux revient donc à la vie après un coma angoissant qui aura frôlé la mort clinique, et double sa victime du jour. Le repositionnement de Toulalan dans l'entrejeu à son vrai poste n'est pas non plus étranger à cet équilibre retrouvé au milieu du terrain, où Bordeaux s'est cette fois-ci montré à son avantage. On attend désormais une confirmation dès ce mardi avec la réception d'un SM Caen qui s'est compliqué la vie en trébuchant chez lui (0-1) dans un match pourtant capital contre Lille. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct du stade de l'Aube, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jocelyn GOURVENNEC (FCGB), Jean-Louis GARCIA (ESTAC), le buteur du match, l'attaquant des Girondins Gaétan LABORDE, et Nicolas DE TAVERNOST le président du FCGB. Pour entendre d'autres réactions bordelaises et troyennes d'après-match, rendez-vous dans nos journaux de ce lundi 15 janvier 2018 de 6h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.