Mise en ligne le Dimanche 25 Février 2018
écouter

Avant Bordeaux / Nice (27e journée) : Gagner, même sans Malcom, châtié par la com(mission) impossible...

Comment les Girondins vont-ils réagir ce dimanche après la première défaite concédée à Marseille (1-0) depuis la prise de fonctions du nouvel entraîneur Gustavo Poyet ? Comment surtout vont-ils réussir à gagner sans leur catalyseur Malcom, quand ils ne sont quasiment jamais parvenus à le faire jusqu'ici dès que le petit brésilien était absent ? Utile expérience en tout cas, qui arrive plus tôt que prévu mais permettra de voir ce que sera le quotidien des Marine et Blanc sans lui à partir du mois de juin prochain...Reste que le mobile de cette absence laisse pantois, tant l'injustice et l'incohérence le disputent au grand guignol..La probabilité de cette sanction s'est fait jour à une vitesse supersonique en tout cas, dès le lendemain de la rencontre entre Bordeaux et Lyon...Une célérité qui a pu étonner, quand il a fallu plus de 3 semaines à la même commission de discipline de la LFP pour étudier, le 8 février donc, le cas d'Ivan Santini et de sa beigne-cathédrale administrée sans autre forme de procès à la face de Paul Baysse le...16 janvier lors de Bordeaux / Caen, qui a plus ou moins directement conduit à l'éviction d'un entraîneur. Il semble donc que les voies (ou les voix) venues d'en haut, à défaut d'être impénétrables, n'aient pas toutes reçu le même écho... "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir", écrivait Jean de La Fontaine il y a quatre siècles. Que la justice soit civile ou sportive, rien n'a changé sur le fond depuis lors, uniquement la terminologie. D'un match ferme plus un avec sursis, l'attaquant bordelais, puni à postériori et avec l'aide de la vidéo (qui ne sert que quand certains le demandent...mais pas tout le temps, tout dépend de l'âge du capitaine) pour avoir simulé devant Morel une faute entraînant un penalty contre Lyon (une première dans l'histoire de la Ligue 1), attitude blasphématoire qu'il était - on n'en doute pas un instant -  le premier joueur à tenir dans l'histoire immaculée du football moderne, a finalement écopé en appel de deux matches ferme, après passage devant la commission d'appel de la FFF. Com(mission)...impossible ? Ce n'est pas exclu. Car, dans la lignée de cette décision qui, si elle est confirmée et prive de facto Malcom du match à Monaco le 2 mars, devra forcément faire jurisprudence pour être crédible et prendre un semblant d'impartialité, on ne doute pas davantage que de nombreux spécialistes du "plongeon simulatoire", discipline exigeante qu'ils pratiquent assidûment chaque semaine dans notre championnat, surtout au sein de clubs rompus aux joutes européennes (mais pas que...) puisqu'il est bien connu qu'on apprend plus vite en copiant sur les voisins, soient très prochainement frappés de la même sanction...Que ne l'ont-ils pas déjà été, d'ailleurs ? Mais que faisait donc cette commission...impassible jusqu'ici ? Il est vrai que dans la fameuse rencontre du 28 janvier de laquelle naquit le litige, l'élève bordelais était à bonne école puisqu'il n'avait plus qu'à suivre la Voix de son maître, qui évoluait en face et finit par obtenir l'expulsion ubuesque d'Otavio (76e) pour deux cartons jaunes, à la faveur d'un saut de l'ange qui, à contrario, est étrangement tombé aux oubliettes... Bref, du coup, ce match contre Nice, pourtant capital, passerait pour un peu au second plan. Ce qui serait une grave erreur, car les Girondins doivent garder bien à l'esprit qu'à domicile cette saison, avec déjà 4 revers, ils ont épuisé tous leurs jokers. Il s'agit bien d'un tournant qui doit les faire (re)basculer (ou pas) vers le premier tiers du tableau, face à un rival direct dans la course à l'Europa League, que ledit rival vient d'ailleurs de quitter ce jeudi, éliminé avec pas mal de regrets par le Lokomotiv Moscou (3-2 et 1-0). Diminué par les absences en défense (Le Marchand, Jallet...mais retour de Souquet) auxquelles s'ajoutera ce dimanche celle du buteur Mario Balotelli (courbatures) et celle pour suspension de son capitaine Dante, qui avait été le défenseur le plus utilisé par Lucien Favre jusqu'ici, comment l'OGC Nice du langonnais Pierre Lees-Melou aura-t-il digéré l'élimination moscovite, le voyage et les écarts de température, du froid sibérien aux douceurs de la côte d'Azur, avant de revenir aux frimas aquitains ? On l'a compris, entre le Dantesque défenseur azuréen et le farfadet Malcom, l'un et l'autre héros malgré eux de leur Divine Comédie, et qui de ce fait ne pourront apporter leur flamme infernale à la fête, ce sont bien les suppôts du Diable que l'on a bannis de cette explication bordelo-niçoise. Surtout depuis que les banderoles prennent trop facilement feu, justement... Gageons que ces louables précautions accoucheront d'une rencontre à la pureté angélique...Un bonheur n'arrivant jamais seul, félicitons-nous aussi que les chantres mondiaux de la discipline, du vieux guerrier bulgare Christo Bonev touché par la grâce devant Maxime Bossis en pleine surface de réparation de ses péchés un soir d'octobre 1976 au stade Vassil Levski jusqu'aux très ambidextres Vata, Maradona ou Thierry Henry, en passant, plus près de nous, par le voltigeur aux pieds ailés Luis Suarez, héros de la "miraculeuse" Remontada barcelonaise de l'an passé, ou Mariano, l'athlète "olympique" (...olympien, plutôt ?) inventeur du triple saut toulousain sous le soleil qui chante, n'aient pas été conviés à cette rencontre entre jeunes gens bien sous tous rapports. Cela aurait pu leur donner de mauvaises idées et altérer leur savoir-faire...Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie des réactions de Gustavo POYET l'entraîneur du FCGB qui commence par réagir à la suspension de son joueur, qui devrait être remplacé par Kamano sur le côté droit, de Nicolas DE PREVILLE l'attaquant du FCGB, et de Stéphane MARTIN (en photo) le président du FCGB qui annonce que le club va faire appel de la suspension frappant Malcom en saisissant le CNOSF. Pour entendre l'intégralité de ces réactions ainsi que des réactions niçoises d'avant-match, rendez-vous ce dimanche 25 février 2018 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 14h15. Coup d'envoi : 15 heures. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.



Match à vivre en direct intégral sur toutes nos fréquences, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" à télécharger (gratuit) sur votre téléphone !