Mise en ligne le Samedi 12 Mai 2018
écouter

Avant Bordeaux / Toulouse (37e journée) : Un derby de la Garonne cornélien

Evidemment, un derby de la Garonne, ça ne ressemble à aucun autre match de la saison. Evidemment, tant d'années que les deux riverains du long fleuve du Sud-Ouest croisent le fer en tout bien tout honneur, on avait fini par croire que ces derbies seraient éternels, comme les nuages dans le ciel, le cassoulet à Toulouse ou l'entrecôte à Bordeaux, pour pimenter au moins deux fois par saison les conversations des chaumières de Gascogne et du Frontonnais que traverse l'autoroute des Deux Mers...Mais le football va vite et la compétition en a décidé autrement. Malgré quelques belles roustes données sans vergogne au voisin bordelais ces derniers temps au Stadium (4-0  en mars 2016, 4-1 cinq mois plus tard dans la saison suivante avec 2 buts d'un certain Braithwaite...), une qualification cette saison en Coupe de la Ligue (2-0) le 12 décembre et aussi quelques succès acquis à Bordeaux en 2014 ou 2010, le Téfécé est aujourd'hui au bord du gouffre, quand les Girondins ont toujours l'Europe dans leur viseur.  A force de fréquenter d'un peu trop près la zone rouge et de se sauver sur une partie de roulette russe à la dernière journée comme ils le firent à Angers (3-2) en mai 2015 avec un effectif qui, petit à petit, s'est appauvri au fil des années, le club du président Sadran va finir par se brûler pour de bon. La défaite de trop contre Lille (2-3) du week-end passé, avec un final cauchemardesque (à 10 minutes de la fin du match, les Violets avaient un pied et demi en L1, avec 5 points d'avance sur le barragiste et un nul leur suffisait sur les 2 derniers matches, avant de se saborder en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire et de perdre, de surcroît, Moubandjé expulsé) qui les met à la merci de leurs rivaux désormais, n'a été que la énième occasion manquée au Stadium de prendre les points quand il l'aurait fallu, dans des matches décisifs, contre Dijon (0-1) le 7 avril, mais surtout Strasbourg (2-2) le 17 mars, avec une égalisation concédée à la 95e minute sur un autogoal...Difficile de faire pire. Même le remplacement en cours d'année de Pascal Dupraz par l'homme du cru Mickaël Debève n'a pas réussi à enrayer la lente glissade vers un enfer tout proche. C'est donc une équipe avec le couteau entre les dents que les Marine et Blanc vont affronter ce samedi pour leur dernière de la saison au Matmut. Exactement le profil des équipes qui les ont régulièrement fait déjouer cette saison - et les précédentes - et gaspiller, eux aussi, des points précieux qui vont peut-être les priver d'Europe in fine (on pense cette année à Caen, Strasbourg ou Angers)...ou pas. Sauf que ce n'est vraiment pas le moment de reproduire ces non-matches pour des Girondins qui, par deux grosses performances à Montpellier puis à St Etienne, viennent de s'octroyer de haute lutte ce droit de prolonger le suspense, mais qui risquent d'être privés de Sankharé, incertain. Quelle que soit la sympathique rivalité qui existe entre les rivaux de la Garonne, et les passerelles qui ont toujours existé (beaucoup de joueurs étant passés par les deux clubs, y compris Alain Giresse qui entraîna en Haute-Garonne), et aussi peu rancuniers que puissent être les Marine et Blanc des fessées sus-mentionnées, il ne pourra pas être question de cadeaux cette fois. N'empêche que le problème reste cornélien, car on n'est pas sûrs que les Girondins préfèrent aller jouer à Ajaccio  qu'à Toulouse la saison prochaine... Cornélien aussi pour Martin Braithwaite, l'attaquant girondin, qui pourrait, s'il marque contre son ancien club qui lui a même donné l'occasion de rencontrer son épouse, contribuer à sa perte. Mais il ne s'agira que de football, et aussi de professionnalisme pour les acteurs de ce qui ressemble fort à un drame classique...racinien peut-être, finalement ? Au micro de Christophe Monzie, écoutez une partie des réactions de Gustavo POYET, entraîneur, et Soualiho MEITE, milieu de terrain du FCGB prêté par l'AS Monaco, qui jouera peut-être son dernier match au Matmut s'il n'est pas conservé en Gironde cet été. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et des réactions toulousaines d'avant-match, rendez-vous ce vendredi 11 mai 2018 dans nos journaux de 6h à 18h, puis dans Le Week-End en Sport à partir de 18h30, et samedi 12 Mai 2018 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h10. Coup d'envoi : 21 hures. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.



Match à écouter en direct intégral du Matmut Atlantique sur toutes nos fréquences, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite).