Mise en ligne le Vendredi 03 Août 2018
écouter

BORDEAUX / VENTSPILS (2-1) : Le strict minimum, comme à l'aller...

Les Girondins ont composté leur billet pour le 3e tour préliminaire de l'Europa League et c'est bien là l'essentiel. Au vu du marathon qui les attend encore pour atteindre la phase de groupes en septembre, puis à fortiori de s'en extraire, il vaut mieux ménager sa monture pour voyager loin...Reste à savoir si cette apparente retenue et ce souci d'assurer le strict minimum sont voulus et maîtrisés, ou s'ils reflètent leurs limites du moment. Force est de constater que cette qualification contre les modestes Lettons de Ventspils, pour méritée qu'elle soit, n'a pas levé ces doutes. Bien que revenu pour ce match à un schéma tactique plus classique avec Sankharé au milieu et De Préville titulaire en attaque, mais sans Lerager, finalement pas rétabli de sa fracture du nez, Bordeaux continue d'évoluer en mode alternatif, et d'éprouver des difficultés offensives indéniables. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure, mais ce n'est pas encore rédhibitoire en raison du niveau de ses adversaires. Le démarrage prochain de la Ligue 1, si ces problèmes ne sont pas réglés, pourrait assombrir le tableau. En attendant, et comme au match aller à l'Olimpiskais Stadions, le salut est encore venu de coups de pied arrêtés et de l'arrière, les "minots" Tchouameni et Youssouf ne laissant pas leur part au chat. Heureusement, François Kamano, tellement rudoyé par les Lettons à l'aller, s'est illustré en reprenant de belle façon et sans contrôle une ouverture de Plasil pour ouvrir logiquement le score d'un lob savamment dosé sur le gardien Uvarenko (1-0, 9e), déjà pas irréprochable sur sa relance précédente assez hésitante qui avait bien failli profiter à Youssouf, lequel n'avait pu cadrer sa reprise dans le but vide hélas (8e). Si l'on ajoute une frappe de 25 mètres de Koundé bloquée par le gardien du FKV (6e), l'avantage des Girondins n'était que justice, même si dans le jeu, ils avaient beaucoup de mal à coordonner leurs actions. Après que Batista, surpris d'une offrande inattendue à la réception d'un coup-franc de Mendes, eut dilapidé l'unique occasion lettone, seul à 6 mètres au second poteau (19e), Bordeaux touchait du bois de façon involontaire quand un long centre (ou tir ?) de la droite de Youssouf, accompagné du regard par Kamano et le portier letton, venait mourir sur le montant (36e). Dès la reprise, les Girondins avaient la bonne idée d'enfoncer le clou quand un corner de Youssouf, redressé au second poteau par Pablo, était repris de la tête à bout portant par Koundé, qui emportait tout sur son passage (2-0, 48e). A partir de cet instant, la rencontre basculait dans l'anecdotique, même si Akineyemi, qjui fit passer un rude soirée à Lewczuk, se jouait du marquage du polonais puis de toute la défense girondine pour ajuster une frappe écrasée mais placée, qui laissait impuissant Costil, pourtant au chômage complet jusqu'alors (2-1, 65e). Il restait du temps et Vukicevic faisait alors entrer des hommes frais. Mais les Girondins, qui ne tenaient plus le ballon devant, resserraient leur garde afin d'éviter un second but et s'épargner ainsi une fin de match angoissante. Uvarenko claquait en corner une frappe enroulée de Youssouf, encore un des meilleurs bordelais (74e) avant qu'Otavio, d'un lob de 40 mètres lui aussi involontaire, ne soit à deux doigts de lober Uvarenko, le montant renvoyant sa tentative (91e). Les Girondins ont donc retenu la leçon de Videoton certes, mais il leur reste une petite semaine pour peaufiner ces réglages et monter en régime, car le lointain déplacement à Odessa (Ukraine) au stade du Tchernomorets (34 000 places) jeudi prochain 9 août s'annonce autrement périlleux que l'expédition lettone. Après ceux de la Baltique, ce sont en effet les bords de la Mer Noire que découvriront les Marine et Blanc puisque le FC Mariupol s'est qualifié ce jeudi après prolongation (2-1) face à Djugardens Stockholm sur un penalty de Fomin à la 97e minute, au terme d'un match serré disputé à...plus de 600 km de Mariupol, la région du Donbass étant actuellement secouée par des troubles politiques. Match à 20 heures locales (19 heures en France), à suivre en direct intégral sur nos ondes depuis Odessa. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions d'après-match : Dejan VUKICEVIC, coach du FK Ventspils, Gustavo POYET, coach du FCGB, Stéphane MARTIN, Président du FCGB, Jules KOUNDE, défenseur central et second buteur, Aurélien TCHOUAMENI et Maxime POUNDJE, joueurs du FCGB.