Mise en ligne le Jeudi 20 Septembre 2018
écouter

Avant Slavia Prague / Bordeaux : Seront-ils Rois de Bohême...ou simples bohémiens ?

Capitale de l'ancienne Tchécoslovaquie dans la période des deux guerres puis sous l'ère communiste, Prague, 5e ville d'Europe la plus visitée, est aussi comme chacun sait la capitale du royaume de Bohême. Elle est connue pour avoir été la résidence principale de plusieurs souverains à l'époque gothique, Renaissance et Baroque, celle de la monarchie des Habsbourg dans l'âge d'or de l'empire austro-hongrois, mais aussi celle de plusieurs empereurs du St Empire, notamment Charles IV, dont le pont le plus célèbre de la ville qui enjambe la Vltava porte aujourd'hui le nom. Souverain, c'est aussi le mot qui conviendrait pour définir un autre illustre occupant actuel de cette cité magique, le Sportovni Klub Slavia Praha fotbal, leader incontesté du championnat de Ligue 1 tchèque avec un bilan qui fait frémir (7 victoires, 1 seule défaite). Une formation qui a pris pour l'instant le meilleur sur ses rivales de la ville, le Sparta ou encore le Dukla, promu et bon dernier pour l'instant en Liga 1, que Nantes croisa en Coupe d'Europe des Clubs Champions à la fin des années 70. La façade de l'Eden Arena rappelle aussi les grands noms du passé qui ont fait de ce club le plus titré du pays (152 matches européens dont 110 dans ce qui est devenu l'Europa League) derrière le Sparta. Et sur ces 110 rencontres, il y en eut deux face aux Girondins, dans ce qu'on appelait encore la Coupe de l'UEFA, il y a 22 ans. Vainqueur de la demi-finale Aller le 1er avril 1996 grâce à un but de Dugarry d'entrée de jeu au stadion Evzena Rosickeho (car l'Eden Arena n'existait pas) , Bordeaux, dans la dynamique d'une qualification historique face au Milan AC au tour précédent (0-2 et 3-0), remit le couvert au retour à Chaban-Delmas sur un but de Didier Tholot (1-0, 47e). Avant que le grand Bayern ne brise en Finale le fol espoir girondin par son froid réalisme (2-0 et 3-1). Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts de la Garonne et de la Vltava depuis cette époque, où Jaroslav Plasil, le capitaine girondin dont toute la famille sera ce jeudi soir dans les tribunes, n'était qu'un jeune adolescent de 14 ans au talent prometteur, talent qui allait lui valoir un peu plus tard la bagatelle de 103 sélections en équipe nationale tchèque. Une époque bien trop ancienne pour qu'on puisse considérer que les Girondins auront un ascendant psychologique sur leurs premiers hôtes de ce groupe C. D'autant que leur 19e place en championnat les oblige aussi à un résultat chez de pauvres guingampais ce dimanche dans un match aux accents de muerte, donc un second match capital dans la même semaine. Mais ils possèdent au moins l'expérience que leur a donnée leur marathon estival (6 matches européens déjà, ce qui n'est pas le cas du Slavia qui n'en a joué que 2 en barrage de Champions League contre le Dynamo Kiev), et les retours probable de Pablo (qui s'est entraîné normalement ce mercredi à Prague) et possible d'Otavio, pourraient rasséréner une défense qui en a passablement besoin depuis 3 ou 4 rencontres. Mais c'est bien en outsiders, face à 3 adversaires déjà leaders de leur championnat respectif, que Bordeaux aborde cette phase de poule, c'est Eric Bédouet qui le dit. Avec le secret espoir d'y exister davantage que lors de la précédente campagne (2015-2016) où Bordeaux avait terminé dernier de son groupe avec 4 petits points, derrière Liverpool, le Rubin Kazan et le FC Sion de...Didier Tholot ! De là à devenir l'espace d'une soirée les Rois de Bohême et s'emparer du célèbre château de Prague qui surplombe la ville, il y a un pas qu'un média n'oserait franchir, mais un défi que les joueurs ont bien envie de relever, ne serait-ce que pour oublier les avatars de l'épreuve domestique. Et pour ne pas rentrer au coeur de la nuit en Gironde fauchés comme des bohémiens. On ne voudrait pas avoir l'air d'insister ni d'y voir un symbole...Mais pendant que Bordeaux croisera le fer en Bretagne dimanche, le Slavia disputera un derby en championnat contre...les Bohemians 1905. Mais c'est sûrement une coïncidence...Au micro de notre envoyé spécial à Prague Christophe Monzie, écoutez la conférence de presse d'avant-match de Jaroslav PLASIL (en tchèque et en français), milieu de terrain et vice-capitaine des Girondins, et Eric BEDOUET, entraîneur des Girondins. Pour entendre toutes les réactions d'avant-match ainsi qu'une interview de l'ancien girondin et lillois Rio MAVUBA, rendez-vous ce jeudi 20 septembre dans le mag d'avant-match de Top Chrono en direct de Prague à partir de 20 heures 10. Coup d'envoi : 21 heures. Commentaires de Christophe Monzie.



Match à écouter en direct intégral sur toutes nos fréquences, sur notre site internet arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite)