Accueil > Réécoutez tous les sons diffusés sur ARL

Nos Podcasts

ECOUTEZ LE SON

mise en ligne le Samedi 12 Janvier 2019

NICE / BORDEAUX (1-0) : Un penalty imaginaire abat des Girondins consternants d'impuissance

19 tirs, pour seulement 4 (timides) cadrés...La statistique, accablante, résume à elle seule les déboires des Girondins sur la Cote d'Azur ce samedi soir et situe bien l'endroit où le bât blesse. 3 heures de jeu supplémentaires n'y auraient sans doute rien changé, même avec 53% de possession de balle et une kyrielle de corners. Dans la tradition déjà bien assez longue, des chocs entre Azuréens et Aquitains qui établit qu'à la fin, ce sont toujours les niçois qui gagnent et les bordelais qui ruminent leur frustration, ce premier match de la phase Retour n'aura pas échappé à la règle, dans la droite ligne du match aller le 28 octobre (0-1), du 0-0 invraisemblable concédé au Matmut la saison passée (4 poteaux pour les Girondins) ou de cette incompréhensible défaite (2-1) concédée le 2 avril 2017 après qu'ils eurent gâché une douzaine d'occasions franches voire immanquables face à Cardinale, auteur d'un sans faute ce soir-là. On ne peut pas dire que cette fois, Walter Benitez le portier argentin des Aiglons, ait eu à s'employer et se montrer décisif comme il l'avait fait à Bordeaux l'an dernier. L'insigne maladresse des Girondins ne l'aura jamais poussé dans ses derniers retranchements. Et pourtant, Dieu sait si cette formation azuréenne, quelque peu secouée en interne par l'annonce du départ prochain du président Rivère, semblait bonne à prendre, tant elle commit des imprudences et perdit nombre de ballons à 20 ou 30 mètres de ses buts, en première comme en seconde période, sous l'effet du haut pressing girondin. Il ne fallut d'ailleurs que 50 secondes pour qu'elle fasse la première gaffe, quand Tameze risqua une passe en retrait dans le néant, que Karamoh, seul à 8 mètres mais voulant frapper fort au lieu de placer, expédia dans les nuages. L'éléphant manqué dans le corridor remontrait le bout de sa trompe une demi-heure plus tard quand Otavio, servi idéalement par Briand après un bon travail préparatoire de Karamoh et à peu près du même endroit, réussit lui aussi une...pénalité d'un joli plat du pied à 10 mètres que n'aurait pas désavouée Baptiste Serin, le demi de mêlée de l'UBB (32e). Entretemps, sur la seule vraie incursion niçoise de la première demi-heure, les Aiglons avaient trouvé le moyen d'aller à Dame, bien aidés par la mansuétude d'abord, puis l'incompétence (après le recours au VAR) de Monsieur Rainville qui avait préféré persister dans sa décision quand les images révélaient à l'évidence son erreur. Pas moins de 3 gestes sujets à caution sur la même action entachaient en effet ce penalty abracadabrant accordé par le référé aux niçois, conforté dans son jugement par l'arbitre vidéo qui n'était autre que le zélé Mr Schneider, ceci expliquant (peut-être) cela...Le ballon contrôlé du haut du bras par le jeune Sacko au départ de l'action, d'abord, puis son plongeon en dehors de la surface, et surtout le joli croc-en-jambe qu'il se fit lui-même, plantant son pied droit dans la pelouse avant de s'affaler quand Mr Rainville y vit un contact de Jovanovic...Parti du bon côté, Costil ne pouvait repousser la frappe sèche de St Maximin, de loin le meilleur acteur de cette soirée (1-0, 15e). Rageant et injuste, sans doute, mais il restait une heure et quart pour revenir au score. Hélas, la suite, toute la suite, n'allait être qu'un long monologue girondin stérile et consternant, devant des niçois guettant la moindre occasion de contre, dont deux faillirent bien tuer le suspense : d'abord quand Sacko, parti à l'extrême limite du hors-jeu, voire plus, perdit son duel face à un Costil bien resté sur ses appuis (57e), puis quand le jeune niçois hérita d'un caviar de St Maximin bien lancé par Walter, mais qu'il galvauda exactement dans les mêmes conditions que Karamo et Otavio et à peu près du même endroit (69e). Bordeaux, lui, accumula les corners, les coups-francs à proximité du but qui trouvèrent régulièrement le mur ou une tête niçoise, les tirs dans les nuages (Karamoh 30e, Basic 53e, 65e), les loupés à bout portant sur des gestes improbables (Jovanovic d'un retourné à 5 mètres du but, 72e), et même les parties de billard quand Briand détourna une première volée non cadrée de Karamoh pas loin du poteau gauche de Benitez, très loin du ballon sur ce coup (43e). Réduit à des escarmouches, l'OGCN avait quand même fait trembler les Girondins quand un coup de bélier de Sarr, sur un corner de Cyprien, avait frôlé la lucarne de Costil (40e), puis profité de l'analyse à deux vitesses de Mr Rainville quand un coup d'épaule "énergique" de Dante en pleine surface sur Briand n'avait entraîné que...les vivats du virage sud, antre des supporters locaux (50e). Finalement, dans les actions jouées avec justesse comme il l'aurait fallu, on ne retiendra que cette belle tête décroisée de Briand, hélas sur Benitez, à la réception d'un corner de la droite de Karamoh (67e). L'ampleur du chantier incite à se gratter la tête et ne manque pas, à la longue, d'agacer quelque peu Eric Bédouet, lassé de faire de semaine en semaine le même constat. On le comprend. On a envie d'écrire que quoi qu'il advienne de l'avenir de Kamano, réintégré dans le groupe et qui joua la dernière demi-heure après avoir remplacé Plasil, qu'il parte ou pas, Bordeaux a grand besoin de se renforcer - encore - dans le domaine offensif. Les 3 attaquants de valeur qu'il a perdus - Malcom, Braithwaite, Laborde - n'ont de toute évidence pas été remplacés, une moitié de saison (et plus de 30 matches à la clé) est désormais suffisante pour qu'on s'autorise à l'affirmer. Si leur valeur intrinsèque n'est pas forcément en cause, leur complémentarité, bien trop épisodique quelle que soit la formule choisie, pose problème. Dans l'état actuel des choses, on se demande quelle équipe de L1 les Girondins pourraient bien battre, eux dont le jeu devenu trop lisible ne ferait pas de mal à une mouche. La préparation des actions fut très correcte, et leur bonne volonté manifeste, il n'y a rien à redire là-dessus, ils manifestèrent bien plus d'implication que lors du premier match face au Havre. Mais leur incroyable déchet à la finition reste rédhibitoire à ce niveau de la compétition. St Etienne ayant gagné à Guingamp grâce à un but du dernier vrai meneur de jeu en date que les Girondins aient connu - Wahbi Khazri - la 5e place est à onze points désormais. Parler présentement d'Europe via le championnat ou de victoire en Coupe de la Ligue ressemblerait à une boutade, à un poisson d'avril avant l'heure. Regarder derrière soi au classement hic et nunc serait plus pragmatique. Il n'y a pas encore le feu certes, mais il ne sera pas loin si jamais mardi soir à Angers, les Girondins remettent le couvert et ressortent cette vaisselle de mauvais goût. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral de l'Allianz Riviera à Nice, écoutez les réactions des deux entraineurs Eric BEDOUET (FCGB) et Patrick VIEIRA (OGCN). D'autres réactions niçoises à écouter ce lundi 14 janvier dans nos journaux puis dans Sports Magazine à partir de 18h30, mais pas de réaction bordelaise malheureusement, tous les joueurs étant sortis par une porte annexe sans passer devant les médias.

Voir tous les autres sons "sport"

Vous recherchez un son diffusé dernièrement ?



informations

Lun. 21 Janv. 2019
Journal Midi
écouter
Ven. 18 Janv. 2019
Journal Midi
écouter
Jeu. 17 Janv. 2019
Journal Soir
écouter
Jeu. 17 Janv. 2019
Journal Midi
écouter

sports

Dim. 20 Janv. 2019
BORDEAUX / DIJON (1-0) : Trois points c'est tout...
écouter
Dim. 20 Janv. 2019
Football, Ligue 1 : Girondins de Bordeaux / Dijon (1-0)
écouter
Dim. 20 Janv. 2019
Ligue 1 (22e journée) : Bordeaux / Dijon : Une entrecôte bordelaise saignante, et sans moutarde, svp...
écouter
Sam. 19 Janv. 2019
Challenge Européen (Poule 3) : Avant UBB / Connacht
écouter

interviews

Jeu. 17 Janv. 2019
On a passé un cap - La révélation The Pirouettes en interview sur ARL !
écouter
Jeu. 17 Janv. 2019
Participez et vivez le tremplin des Noctambules !
écouter
Lun. 14 Janv. 2019
Heureux d'en être là - Bordeaux Rock fête ses 15 ans avec du beau monde !
écouter
Jeu. 10 Janv. 2019
Notre pire cauchemar a toujours été de faire le même album - Kemar de No One Is Innocent, premier invité de 2019 sur ARL !
écouter

les Podcasts des émissions

Carte blanche
Réécouter l'émission du Dimanche 20 Janvier 2019
Ballade d'accordéon
Réécouter l'émission du Dimanche 20 Janvier 2019
Planète Swing
Réécouter l'émission du Jeudi 17 Janvier 2019
Carte blanche
Réécouter l'émission du Dimanche 13 Janvier 2019
Ballade d'accordéon
Réécouter l'émission du Dimanche 13 Janvier 2019
Planète Swing
Réécouter l'émission du Jeudi 10 Janvier 2019

CHRONIQUES

Lundi 21 Janvier 2019
Météo avec Gamm Vert
le matin de 7h, 8h et 9h, puis à 12h et 18h