Accueil > sports

les sports


recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Lun. 11 Mars 2019 : FOOTBALL - Régional 1 (Sports Magazine)

Football, Régional 1 : Après-match, Libourne / Orthez (5-1)

Réaction de Laurent DAURIAC, l'entraineur du FC Libourne.
écouter
Lun. 11 Mars 2019 : HANDBALL - Régional (Sports Magazine)

Handball, Pré-Nationale Masculine : Après-match, Marmande / Pessac (18-25)

Réaction de Guilhem BENHAROUN, l'entraineur de Pessac.
écouter

MONACO / BORDEAUX (1-1) : Cohérence et solidarité, enfin, pour un nul mérité

Il fallait bien qu'un jour, la roue tourne enfin en leur faveur (comme aurait dit Ribery...), et l'on ne demandait qu'à ce que ... [la suite...]
écouter

Il fallait bien qu'un jour, la roue tourne enfin en leur faveur (comme aurait dit Ribery...), et l'on ne demandait qu'à ce que la réalité du terrain le démontrât. Il fallait bien aussi qu'un jour, ils finissent un match sans encaisser un but sur coup de pied arrêté. A ce double titre, la soirée monégasque aura été celle des premières pour des Girondins à l'aube d'un renouveau qui demande à être confirmé. Après les amères sorties à Lyon (but de Karamoh refusé) et Dijon (2 buts refusés) en novembre, Nice et Angers (2 penalties imaginaires) en janvier, Marseille (expulsion de Kalu) et Paris (faute imaginaire de De Préville) en février, le recours au VAR aura enfin souri aux bordelais en Principauté et ce n'est que justice, tant il apparut que M.Letexier, à l'inverse de ses congénères sur les stades précités qui s'enferrèrent dans leurs erreurs malgré l'évidence des images, aura su prendre les bonnes décisions dans un match qu'il dirigea avec autorité et discrétion à la fois. Oui, au regard de nouvelles lois pas forcément pertinentes puisqu'elles défient la physique (faut-il rappeler aux ignorants de la loi de pesanteur qu'un bras décollé du corps permet aussi à un corps humain de garder l'équilibre et que c'est un réflexe conditionné, pas volontaire) ni en accord avec l'esprit du jeu, mais qui ne visent qu'à augmenter le spectacle à tout crin en multipliant les situations de marquer, il y avait bien penalty sur ce corner de la gauche de De Préville où Falcao au second poteau, tout à fait involontairement, toucha le ballon du haut du bras, ce qui permit à Jimmy Briand - très discret jusqu'alors, mais dont le pied ne trembla pas pour son 6e but personnel - de remettre Bordeaux dans le match, d'un contrepied imparable (1-1, 64e) qui constituait lui aussi une autre "première" : celle d'un penalty en faveur des Girondins cette saison à l'extérieur en Ligue 1...Jamais en effet Bordeaux n'avait eu droit à cette faveur jusque là. Non, au grand dam des monégasques et d'un stade Louis II qui crièrent à l'injustice, il n'y avait pas penalty quand Pablo détourna de la hanche - pas du bras - une frappe du très offensif Sidibé (81e). Et oui (acceptons-en l'augure...) il y avait hors-jeu (puisque le juge assistant maintint son drapeau levé dès le départ de l'action) de Vinicius quand le longiligne portugais reprit de volée à bout portant une remise de la tête de Falcao sur un centre de la droite de Gelson (86e, en photo, entre Koundé et Sabaly), même s'il a presque fallu un pied à coulisse pour juger du hors-jeu, Koundé semblant sur la même ligne. Le même pied à coulisse qui avait permis d'invalider le but de Kamano à Dijon le 24 novembre, par exemple, faut-il le rappeler à des monégasques amnésiques qui se sont soudain sentis persécutés...En tout cas, ce 10e point de pris et ce 4e nul de la saison à l'extérieur pour les Girondins est un résultat qui a du sens, parce que la réaction d'orgueil, devant celui qui fut sept mois leur coach et celui qui va le devenir dès ce lundi et avait fait le déplacement en Principauté, vient confirmer que le groupe a sans doute enfin pris conscience de l'urgence d'une situation de plus en plus inquiétante au fil d'une série de défaites certes minimalistes, mais pleines de néant. Comme aucune des 10 unités de ce maigre pécule (Bordeaux reste la 16e équipe au classement à l'extérieur) ne fut acquis dans la facilité ni le fruit du hasard, il fallut aussi d'autres paramètres précieux pour le glaner, au premier rang desquels un Costil une fois de plus impérial, comme il l'avait été à Angers, Reims, Dijon, Lyon ou Guingamp, autres stades d'où Bordeaux ne revint pas bredouille cette année. Si le capitaine bordelais n'eut qu'un seul arrêt délicat à effectuer en première mi-temps, d'entrée de jeu sur une frappe sèche à ras de terre du russe Golovin (2e) et trembla sur une autre, à peine trop croisée de Rony Lopes qui avait réussi à prendre de vitesse Pablo sur l'aile droite (40e), il vit ses gants monter sérieusement en température sur les vingt dernières minutes, devenues étouffantes dans un match disputé jusqu'alors au petit trot, tant l'ASM mit la pression pour essayer d'aligner un 4e succès de suite à domicile. Alors que les 5 minutes qui avaient suivi son égalisation avaient laissé croire que les mouches changeraient d'âne tant Monaco sortit alors du match, prenant deux cartons justifiés coup sur coup (Gelson 68e, Jemerson 69e pour des fautes d'agacement) et frôla le pire quand Karamoh, sur un centre fuyant de De Préville (le joueur offensif bordelais le plus actif sur ce match) au second poteau rata l'immanquable seul à 6 mètres (67e) pour la plus grosse occasion bordelaise de la soirée, Bordeaux eut peut-être le tort de ne pas insister, puis de reculer, comme souvent cette saison hors de ses bases. L'entrée de Vinicius y fut pour beaucoup, et le ballon sembla brûler les pieds des Girondins, qui le rendaient trop vite à leurs hôtes aussitôt après l'avoir récupéré. C'est alors que Costil joua les pompiers de service, un peu comme à Angers le 15 janvier (1-2) en écoeurant les attaquants monégasques (Vinicius 73e, 85e, Silva 75e sur une frappe enroulée, Golovin 77e, Gelson 81e avec un arrêt au pied). Finalement, ce n'est que sur la première offensive monégasque du second acte que le portier bordelais avait dû s'avouer vaincu, quand l'intenable Ballo-Touré, constamment aux avant-postes sur son flanc gauche car bien trop libre de ses mouvements, avait délivré un centre millimétré pour Falcao, plus prompt que Pablo, dont le timing et la tête décroisée parfaits avaient secoué le petit filet bordelais (1-0, 49e). Mais pour une fois, Bordeaux cédait sur une action "classique" et en mouvement, pas sur un coup de pied arrêté où les étourderies de marquage à répétition, jamais commises par les mêmes joueurs, sont beaucoup moins pardonnables. Il reste certes convalescent et s'est encore montré bien timide sur le plan offensif, malgré les entrées de Kalu et Karamoh pour remplacer un Kamano encore décevant. Mais après avoir tenu l'OL en échec et perdu à Paris sur une erreur d'arbitrage, il a une nouvelle fois prouvé que face aux gros cubes de la L1, il tenait la route et restait capable de faire preuve de cohérence, de consistance et de solidarité. Bref, d'un peu de caractère. Autant de qualités qui lui avaient manqué à Nantes ou à Marseille, ou contre Guingamp au Matmut, pour ne citer que les exemples les plus récents. Avec 33 points au compteur, il lui faut encore au moins deux victoires et quelques miettes glanées ici et là pour assurer son avenir dans l'élite. Dans l'envie en tout cas, on a vu des choses encourageantes et des comportements qu'on n'avait plus guère vus depuis plus d'un mois. Sousa aura sûrement apprécié, et Bédouet aussi, qui part sur une bonne note et avec l'élégance du gentleman charismatique qu'il a toujours été. Dommage seulement qu'en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, Tchouameni et surtout Maja...14 secondes après son entrée en jeu (un record) aient pris deux cartons jaunes stupides, fruit sans doute de leur jeune âge et de leur tempérament impétueux. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Louis 2 à Monaco, écoutez les réactions des deux entraîneurs Eric BEDOUET (pour sa dernière à la tête de l'équipe fanion du FCGB) et Leonardo JARDIM (ASM) ainsi que la réaction du capitaine des Girondins Benoît COSTIL. Pour entendre d'autres réactions d'après-match, rendez-vous ce lundi 11 mars dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.

Ligue 1 (28e journée) : Avant Monaco / Bordeaux : Etat d'urgence au pied du Rocher

Nonobstant les apparences d'un classement de L1 en trompe-l'oeil, qui place - pour l'instant - l'AS Monaco derrière les ... [la suite...]
écouter

Nonobstant les apparences d'un classement de L1 en trompe-l'oeil, qui place - pour l'instant - l'AS Monaco derrière les Girondins, il ne faut pas se faire d'illusions. Le déplacement des Marine et Blanc au pied du Rocher ce samedi, comme tous ceux qui suivront jusqu'à la fin du présent exercice qui sonne déjà comme un immense gâchis, s'annonce extrêmement compliqué. Entre une équipe monégasque auteur d'un mercato hivernal pharaonique, qui ne perd plus depuis 5 matches (dont 3 victoires consécutives à domicile) et n'a plus rien à voir avec l'ectoplasme des matches Aller, et une formation girondine qui n'a remporté - aux forceps 1-0 contre Dijon - qu'un seul des huits derniers siens, coupe de la Ligue incluse, il ne devrait même pas y avoir photo. La performance serait, en fait, que Bordeaux réussisse un truc sur la Côte d'Azur et rééquilibre ainsi un bilan à l'extérieur plus que médiocre (2 victoires, 16e équipe de L1 au nombre de points pris). Ce serait aussi l'occasion rêvée, pour un groupe de joueurs en plein doute et surtout en plein brouillard quant à leur avenir sportif en fin de saison, d'offrir un beau cadeau d'adieu à Eric Bédouet, celui qui a une énième fois joué le pompier de service près de 7 mois durant depuis sa prise de fonctions à Toulouse le 19 août dernier, et pour qui on ose espérer que le club manifestera un peu plus de reconnaissance qu'il n'en a eu à l'égard de Ricardo. Si les Girondins, toujours privés de Cornelius et Lewczuk, mais qui enregistrent les retours de Kalu et Sankharé, veulent réussir leur premier coup d'éclat et performance significative depuis le début de l'année 2019, ce sera sans doute le moment ou jamais. Ecoutez une partie des réactions de Benoît COSTIL, le gardien de but et capitaine du FCGB, et d'Eric BEDOUET, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux qui dirigera à cette occasion son dernier match sur le banc girondin avant l'arrivée du portugais Paulo Sousa, 48 ans, officialisée par le club ce vendredi soir 8 mars pour un contrat jusqu'en juin 2022. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et des réactions monégasques d'avant-match, rendez-vous ce vendredi 8 mars dans Top Girondins et Le Week-end en Sport à partir de 18h30, puis samedi 9 mars dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h10. Coup d'envoi : 20 heures. Commentaires de Christophe Monzie. A noter que les invités de Top Girondins de ce vendredi seront Nicolas Maurice-Belay et Frédéric Piquionne.

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du stade Louis II à Monaco, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite).
Ven. 08 Mars 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 (Top Girondins)

Top Girondins : Emission du vendredi 08 Mars 2019

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les ... [la suite...]
écouter

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les invités de la première partie étaient : Nicolas MAURICE-BELAY, l'ancien milieu de terrain du FC Girondins de Bordeaux de 2011 à 2017, et Julien CHAPUT journaliste.
Ven. 08 Mars 2019 : RUGBY (Le Week-end en sport)

Rugby : Orange Rugby Challenge le 09 Mars 2019

Présentation au micro de Philippe Osuna de la nouvelle édition de l'ORANGE RUGBY CHALLENGE par Jean Maurice BENTOLILA, responsable de la ... [la suite...]
écouter

Présentation au micro de Philippe Osuna de la nouvelle édition de l'ORANGE RUGBY CHALLENGE par Jean Maurice BENTOLILA, responsable de la communication externe, direction Orange Sud-Ouest.
Cet événement rugby est réservé aux moins de 14 ans. 2 rendez-vous en particulier à La Réole et à Dax ce samedi 9 mars après-midi. Avec en apothéose pour les finalistes, la chance d'assister à la finale du Top 14 au Stade de France. La finale nationale se déroulera le 15 juin prochain au siège de la FFR, à Linas Marcoussis.
Ven. 08 Mars 2019 : FOOTBALL - Régional 3 (Le Week-end en sport)

Football (Régional 3) : Avant Belin-Beliet / Lormont

Présentation de ce match avec Christophe BARSACQ, le président du FC Belin-Beliet.


écouter
Ven. 08 Mars 2019 : RUGBY - Championnat Promotion Honneur (Le Week-end en sport)

Rugby (Promotion Honneur) : Avant Martignas / Fouras

Présentation de ce match avec Alain RIEU-BEILLAN, le président de l'AS Martignas.


écouter
Ven. 08 Mars 2019 : HANDBALL - National (Le Week-end en sport)

Handball (N1F) : Avant Mérignac B / Pessac

Présentation de ce match avec Céline VILLOING, l'entraineure de Mérignac HB.


écouter
Ven. 08 Mars 2019 : FOOTBALL - Régional 3 (Le Week-end en sport)

Football (Régional 3) : Avant Montesquieu / Aire-sur-Adour

Présentation de ce match avec Romain BONNIN, l'entraineur de Montesquieu FC.


écouter
Ven. 08 Mars 2019 : ROLLER HOCKEY - National (Le Week-end en sport)

Roller Hockey, Nationale 1 : Avant-match, Saint-Médard / Cholet

Présentation de ce match avec Philippe CHAMON, le président des Bugs de Saint Médard.


écouter
Ven. 08 Mars 2019 : BASKET - Nationale Masculine 2 (Le Week-end en sport)

Basket-Ball (NM2) : Avant Garonne / Pornic

Présentation de ce match avec Serge CASAGRANDE, le président de Garonne Asptt Basket.


écouter

Ligue 1 : Bordeaux / Montpellier (1-2) : Ils y vont tout droit...

How deep can they go ? En français dans le texte, "jusqu'où peuvent-ils tomber" ? C'est bien la question que ... [la suite...]
écouter

How deep can they go ? En français dans le texte, "jusqu'où peuvent-ils tomber" ? C'est bien la question que l'on se pose désormais pour des Girondins encore une fois pathétiques d'impuissance qui, après avoir relancé Guingamp, puis Nantes, jusqu'alors en panne sèche de victoire, ont poussé la générosité jusqu'à réaliser la passe de trois face à des Montpelliérains qui ne gagnaient plus depuis cinq matches...Avant les Héraultais, Amiens, Caen ou Nice déjà au Matmut avaient aussi pu profiter de ces fins de soldes où l'on rase gratis. Faméliques à l'extérieur (2 victoires en 13 matches), et à peine moins dans leur antre avec cette 3e défaite à domicile et un seul succès glané sur les 8 derniers matches (coupe de la Ligue incluse) qui les place sur les mêmes standards calamiteux que ceux du décembre noir de 2017 (5 matches, 5 défaites), les Girondins, autant le dire sans ambages, filent droit vers la Ligue 2 s'ils continuent à afficher la même transparence dans les deux surfaces. A croire que les erreurs passées ne servent à rien, que les leçons n'en sont jamais retenues, entrent par une oreille pour sortir par l'autre, tant les mêmes causes continuent de produire toujours les mêmes effets, le succès glané par le MHSC ce mardi en étant le dernier canonique exemple. Le moins qu'on puisse écrire est que le huis-clos imposé à l'entraînement au cours de la semaine écoulée afin de "protéger" les joueurs (mais de quoi ?) aura eu l'effet d'un cautère sur une jambe de bois, tout comme le fameux "choc psychologique" espéré après le licenciement de Ricardo, à l'égard de qui le club aura eu, semble-t-il, la mémoire courte et pas même la reconnaissance des efforts que le Brésilien avait accepté de faire pour se libérer de son club précédent, en septembre dernier pour rejoindre un club au recrutement estival duquel il n'avait en aucune façon participé...A force de faire toujours le même constat, de voir cette équipe plier comme un roseau dès l'instant que l'adversaire s'avise d'appuyer un peu sur l'accélérateur, on se gardera donc de détailler ce match, tant il apparut que les Girondins, même après l'égalisation de Toma Basic - l'un de seuls à surnager dans cette équipe depuis déjà plusieurs semaines, peut-être parce qu'il est l'un des derniers arrivés, a peu joué donc envie de ballon, et n'a pas encore été rattrapé par la léthargie ambiante - buteur presque malgré lui sur une frappe non cadrée de De Préville (1-1, 35e), ne pouvaient pas échapper à une nouvelle désillusion, face à des Héraultais pourtant pas irrésistibles et diminués par les absences eux aussi, mais autrement plus déterminés. La détermination, voilà ce qui fut l'unique clé de ce match qui ne restera pas dans l'histoire, sauf peut-être celle du MHSC, qui a donc refait le coup de la saison dernière (victoire 2-0 le 20 décembre 2017). Car il y eut, une énième fois, cette possession de balle majoritaire en première période des Girondins, mais qui ne les mène jamais à rien et surtout pas à la concrétiser au tableau d'affichage, il y eut une énième fois ce but - désormais quasi-hebdomadaire - concédé sur coup de pied arrêté sur un errement de marquage (Congré, 2-1, 51e, sur une remise de Cozza de la tête après un corner de Mollet) et ce vide sidéral sur l'ouverture du score de Paul Lasne, l'ancien Girondin, inexplicablement seul à 8 mètres sur un centre de Delort, comme dans du football de plage (0-1, 20e). Il eut une énième fois cette imprécision dans la dernière passe et dans les tirs au but (4 cadrés sur 12, contre 5 sur 7 pour Montpellier) et cette stérile collection de corners (12) qui finissent par installer dans un fauteuil l'adversaire, à qui on ne la fait plus. Il y eut surtout une équipe sans âme et sans solutions, qui fait peine à voir et n'a maintenant plus que 11 matches et au moins 12 points à prendre pour sauver une saison chaotique et décevante, marquée par des décisions dont le timing fut pour le moins inopportun, le départ de deux entraîneurs, et l'inquiétante impression d'une gestion à vue, en attendant des jours meilleurs sans que pour autant le minimum indispensable semble fait pour cela. Gustavo Poyet et son passé sulfureux avait sans doute eu le tort de vouloir tout manager "à l'anglaise'" dans un club pas habitué, culturellement parlant, à confier les clés du camion à un seul homme. Mais au moins ne pourra-t-on pas lui enlever un mérite, celui d'avoir - parfois à grand coups de gueule, c'est vrai - bâti une machine à gagner en créant un vrai collectif sur la fin de saison dernière. Bordeaux avait alors probablement, au creux de sa main, tous les atouts pour refaire une belle saison, si la Direction avait accepté de faire l'effort de les conserver, hormis Malcom, dont la vente était une nécessité économique. Mais elle a préféré l'innovation à une continuité qui crevait les yeux, avant de passer au suicide sportif en se séparant de son régulateur Lerager il y a un mois et demi. Depuis son départ en prêt au Genoa, Bordeaux est régulièrement en perdition dans l'entrejeu, qui pourrait le nier ?... L'accumulation de rencontres, les reports innombrables qui déstabilisent et perturbent la préparation des matches, les multiples décisions défavorables du VAR et les erreurs d'arbitrages, auront incontestablement pesé sur le moral d'un groupe jeune et donc vulnérable. Mais elles n'expliquent pas tout, dans un effectif devenu très hétéroclite où trop de joueurs sont obligés d'évoluer dans un registre qui n'est pas le leur à l'origine. Au micro d'Anthony Ricarte qui commentait cette rencontre en direct intégral du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions de Benoît COSTIL le gardien de but et capitaine du FCGB, Benjamin LECOMTE le gardien de but du Montpellier HSC, Pablo CASTRO le défenseur central du FCGB, Paul LASNE le milieu de terrain du MHSC,Eric BEDOUET l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, et Michel DER ZAKARIAN l'entraineur de Montpellier.

Ligue 1 (27e journée) : Avant Bordeaux / Montpellier : Une question d'honneur...et de survie

Privés de Kalu, dont la mère a été kidnappée, Cornelius et Lewczuk, toujours blessés, et Jovanovic, ... [la suite...]
écouter

Privés de Kalu, dont la mère a été kidnappée, Cornelius et Lewczuk, toujours blessés, et Jovanovic, suspendu pour avoir reçu contre Toulouse un carton jaune surréaliste, les Girondins accueillent Montpellier dans un contexte pour le moins tendu, avec une pression certaine. Et la volonté d'effacer un match aller transparent à la Mosson le 21 octobre (2-0), même si un penalty leur avait été oublié juste avant la mi-temps sur une action de Briand. A cette époque, les Héraultais étaient troisièmes et quasiment intouchables à domicile. Ce n'est plus tout à fait le cas aujourd'hui, avec 5 derniers matches de championnat sans victoire, mais tout de même trois nuls, qui ont fait glisser le MHSC à la 8e place. Et surtout, deux lourdes défaites à Paris (5-1) puis à domicile contre Reins (2-4) où la défense languedocienne, jusqu'alors intraitable, s'est brusquement liquéfiée. Défense qui sera encore amoindrie ce mardi avec les absences de Pedro Mendes et Aguilar, blessés, alors que Ristic est incertain. Mais Gaétan Laborde, le meilleur buteur héraultais (10 buts), l'homme que Bordeaux n'a jamais qualitativement remplacé cette saison par qui que ce soit, sera, lui, bel et bien présent sur cette pelouse girondine qu'il connaît comme sa poche. Outre la probable première apparition sur la feuille de match du jeune Cissokho, le seul retour côté girondin, au sortir d'une semaine verrouillée à double tour avec l'instauration d'un huis clos total aux entraînements après la mise à l'écart de Ricardo, sera celui de Pablo, rétabli de sa déchirure contractée au Parc des Princes le 9 février. Sankharé sera en effet absent lui aussi, à la suite de complications de santé relatives à la pose...d'implants de barbe. De là à penser que ce match freporté sera aussi rasoir pour les supporters que le fut le précédent contre Guingamp (0-0 le 20 février), il n'y a qu'un poil qu'on se gardera bien de titiller. Gageons au contraire que vu l'urgence de la situation, les Girondins sauront apporter à cette rencontre décisive pour leur avenir tout le piquant qui manque au jeu de cette équipe depuis le début de l'année...Ecoutez les réactions de Jules KOUNDE le défenseur central du FCGB (en photo), et d'Eric BEDOUET l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et des réactions montpelliéraines d'avant-match, rendez-vous ce lundi 4 mars dans Sports Magazine à partir de 18h30, puis mardi 5 mars dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 18h20. Coup d'envoi : 19 heures. Commentaires d'Anthony Ricarte et Michel Le Blayo. Gagnez vos invitations pour cette rencontre en jouant avec ARL au 05 56 63 35 52.

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral depuis le Matmut Stadium et sur notre site internet www.arlfm.com, ainsi que sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite).
Lun. 04 Mars 2019 : ATHLéTISME (Sports Magazine)

Athlétisme : Après le Bazas-Langon

Compte rendu de la 36è édition du semi marathon BAZAS LANGON en compagnie de Laurent SOUQUES, directeur sportif du Stade Langonnais, club ... [la suite...]
écouter

Compte rendu de la 36è édition du semi marathon BAZAS LANGON en compagnie de Laurent SOUQUES, directeur sportif du Stade Langonnais, club organisateur.
Lun. 04 Mars 2019 : FOOTBALL - Régional 3 (Sports Magazine)

Football, Régional 3 : Après-match, FC Graves / Confluent 47 (1-2)

Réaction d'Abdellah BENDAHO, l'entraineur de Confluent 47.
écouter
Lun. 04 Mars 2019 : HANDBALL - National (Sports Magazine)

Handball, Nationale 2 Féminine : Après-match, Floirac-Cenon / ROC Aveyron (31-28)

Réaction d'Etienne CHAUMEL, l'entraineur du CM Floirac-Cenon.
écouter
Lun. 04 Mars 2019 : RUGBY - Top 14 (Sports Magazine)

Rugby National, TOP 14 : Après-match, Pau / Agen (27-17)

Analyse et réactions de Yoan TANGA le troisième ligne du SUALG, Mauricio REGGIARDO le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, et Quentin ... [la suite...]
écouter

Analyse et réactions de Yoan TANGA le troisième ligne du SUALG, Mauricio REGGIARDO le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, et Quentin LESPIAUCQ le talonneur de la Section Paloise, au micro de Théo Chevalier qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade du Hameau à Pau.
Lun. 04 Mars 2019 : FOOTBALL - Départemental (Sports Magazine)

Football, Départemental 1 (Gironde) : Après-match, Chanteclerc / Cadaujac (1-2)

Réaction de Ludovic DUBUC, l'entraineur du SC Cadaujac.
écouter
Lun. 04 Mars 2019 : BASKET - National (Sports Magazine)

Basket-Ball (NM2) : Après Gardonne / Val d'Albret (94-102)

Réaction de Christian ORTEGA, l'entraineur du Val d'Albret Basket.


écouter