Accueil > sports

les sports



Les prochains matchs en direct sur ARL

recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Ven. 18 Janv. 2019 : FOOTBALL - Régional 1 (Le Week-end en sport)

Football (Régional 1) : Avant Marmande / Arcachon

Présentation de ce match avec Jérome LEBOUC, l'entraîneur du FC Marmande 47. A noter que des ... [la suite...]
écouter

Présentation de ce match avec Jérome LEBOUC, l'entraîneur du FC Marmande 47. A noter que des réactions d'après-match sur cette rencontre vous seront proposées ce lundi 21 janvier dans Sports Magazine, avec un reportage complet de notre correspondant Jérémy Colin.
Ven. 18 Janv. 2019 : VOLLEY BALL - National (Le Week-end en sport)

Volley-Ball (Ligue B Masculine) : Avant Saint Jean d'illac / Saint-Quentin

Présentation de ce match avec Anisse GUECHOU, l'entraineur de l'ASI.


écouter
Ven. 18 Janv. 2019 : FOOTBALL - Départemental (Le Week-end en sport)

Foot Entreprise (Départemental 1) : Avant Sécucaf / Thalès

Présentation de ce match avec Olivier LAFFONT, l'entraineur de Sécucaf.


écouter
Ven. 18 Janv. 2019 : HANDBALL - National (Le Week-end en sport)

Handball (N2M) : Avant ASPOM Bègles / Poitiers

Présentation de ce match avec Rémy PUYAU, l'entraineur de l'ASPOM Bègles.


écouter

Angers / Bordeaux (1-2) : En bleu de chauffe, les Girondins s'offrent une belle première à Angers !

Le football est curieusement fait, quelquefois. Dominateurs à Nice, les Girondins ont trouvé le moyen de perdre un match cent ... [la suite...]
écouter

Le football est curieusement fait, quelquefois. Dominateurs à Nice, les Girondins ont trouvé le moyen de perdre un match cent fois à leur portée et auraient pu jouer une éternité sans marquer...72 heures plus tard à Angers, sans leur meilleur buteur François Kamano resté à Bordeaux et en partance pour Monaco, avec moitié moins d'occasions qu'à l'Allianz Riviera, et en passant le plus clair de leur temps - surtout en seconde période - à repousser tant bien que mal les assauts d'une équipe angevine survoltée au fil des minutes et du scenario de ce match spectaculaire, ils ont trouvé le moyen de scorer 2 fois et de rafler la mise avec un réalisme qu'on désespérait de leur voir afficher de nouveau. Et ils ont signé une jolie première, à double titre : première victoire en Ligue 1 de l'année 2019, et surtout première victoire sur une pelouse qui ne leur avait jamais souri jusqu'ici en championnat depuis la remontée du SCO dans l'élite.Un succès qui, pour Eric Bédouet, enfant du pays puisque c'est dans ce club qu'il débuta sa carrière professionnelle, revêt une dimension particulière. Il est des rencontres qu'il faut savoir gagner avec le couteau entre les dents, ou en enfilant le bleu de chauffe, fût-il bleu marine, voire avec les "cojones", question de langue et de culture.... C'est exactement ce que les Girondins ont fait, servis par une certaine réussite (cette fois) sur le but de la victoire inscrit par Karamoh au bout d'une longue percée solitaire plein axe et d'une frappe tendue du droit de 20 mètres qui surprit l'arrière-garde locale - un peu statique sur le coup - avec la complicité du bas du poteau gauche de Butelle (90e + 2). Mais on ne peut pas dire en revanche que l'arbitrage leur fut favorable, car pour la seconde fois en 3 jours fut sifflé contre eux, et à postériori cette fois-ci, un penalty rocambolesque après le recours au VAR. Pas de doute, les Girondins sont en train de décrocher le pompon en matière d'utilisation erratique du VAR dont on commence à se demander à quoi il peut bien servir, si les arbitres continuent à faire preuve de cécité à ce point, malgré la technologie. Il n'y a pas deux équipes à l'heure actuelle en France à avoir connu la même double injustice en si peu de temps...Pas plus qu'à Nice il n'y avait de faute de Jules Koundé lorsqu'il dégagea le ballon in extremis devant sa ligne avant que le défenseur Romain Thomas ne vienne planter son pied dans la pelouse et tomber dans les 6 mètres (59e), exactement comme l'avait fait Sacko samedi soir pour les Niçois. Mais on eut la nette impression que c'étaient les angevins qui arbitraient tant ils mirent la pression au référé M. Wattellier pour qu'il recoure à la vidéo, alors que le principal intéressé, Thomas lui-même, était reparti se replacer sans rien dire, après avoir été relevé par Costil...Etrange, car à Guingamp le 23 septembre, quand ils avaient demandé la même faveur au référé après une prétendue faute de Pablo sur Thuram, les Girondins avaient juste été priés d'aller se rhabiller...Qu'importe : contrairement à Nice, il y eut une justice, puisque Benoît Costil, déjà impérial d'une parade sur sa ligne sur une tête de N'Doye à la réception d'un corner de Mangani (19e), puis en repoussant du pied une frappe de l'intenable Tait au sortir d'un slalom entre 4 bordelais (50e), bloquait le penalty quelque peu téléphoné de Reine-Adelaïde. A cet instant de la partie, les Girondins menaient 1-0 depuis la fin de la première demi-heure, quand Samuel Kalu avait surgi avec malice dans le dos d'un Capelle bien naïf pour reprendre d'un extérieur du pied droit en demi-volée un centre de la gauche de Poundjé, dans la stupeur générale (0-1, 31e). Car jusque là, force est de constater que toutes les actions dangereuses avaient été à l'actif des locaux, comme ce centre brûlant de la gauche de Capelle passant devant le but sans trouver preneur (22e), ou cette interviention délicate mais décisive de Poundjé entre N'Doye et Bahoken une minute plus tôt, sur un énième ballon en profondeur mettant régulièrement la défense girondine sur le grill. Kalu, par ce 3e but personnel en Ligue 1, concrétisait donc la première frappe cadrée girondine du match, qui allait avoir pour effet de remettre les siens en selle, au moins jusqu'à la mi-temps. Car c'est Bordeaux qui terminait plus fort ce premier acte, avec une nouvelle frappe tendue de Kalu bien démarqué par une passe en retrait de Cornelius, que Butelle claquait en corner d'une manchette énergique (40e). Face à une formation privée de son capitaine habituel Traoré (convalescent) qui jouait avec ses valeurs habituelles et imprimait à l'arrière garde bordelaise une forte pression physique, Bordeaux pliait mais ne rompait pas, à l'image d'un Koundé et d'un Jovanovic intransigeants et plutôt bons dans l'anticipation, Otavio se chargeant de jouer le rôle de la voiture-balai en ratissant beaucoup de ballons. Mais Bordeaux avait du mal à tenir ces ballons devant, avec notamment des ailiers très effacés sur ce match, qu'il s'agisse de Briand ou De Préville. Et malgré les prouesses de Costil, il cédait quand même, encore sur un coup de pied arrêté, quand un corner de Tait de la gauche, pas forcément tiré là où le voulait son auteur, surprit tout le monde et longea la ligne de but avant d'être repris à bout portant derrière tout le monde par le grand Pavlovic (1-1, 64e), Poundjé ayant déserté le second poteau. Mais malgré les entrées de ses attaquants Manzala et Fulgini et une présence quasi-constante dans la moitié de terrain girondine, le SCO ne parvenait pas à marquer un second but, perdait en lucidité et ne se créait plus de franches occasions, Pavlovic héritant de la plus intéressante quand sa tête fut déviée par Costil, encore à la suite d'un corner (84e). Il allait amèrement le regretter dans le temps additionnel (4 minutes) dans les conditions que l'on sait, Karamoh signant lui aussi, comme son compère Kalu, son 4e but de la saison. Pas très efficace loin de ses bases jusqu'ici où sa moisson de points restait modeste, Bordeaux, par ce second succès de la saison à l'extérieur, remonte à la onzième place et s'éloigne de la zone dangereuse, avant de recevoir le barragiste Dijon ce dimanche. Un petit hold-up peut-être, car il fut acquis à l'ultime seconde, comme le dernier en date en Ligue 1 face à St Etienne (3-2) le 5 décembre. Mais trois jours plus tôt, c'est bien Nice qui pouvait se targuer d'avoir connu cette chance. La roue ne peut tout de même pas tourner éternellement dans le mauvais sens... Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Raymond Kopa à Angers, écoutez les réactions du meneur de jeu angevin, le milieu de terrain Flavien TAIT, d'Eric BEDOUET (en photo), l'entraîneur des Girondins de Bordeaux, de Stéphane MOULIN, l'entraîneur du SCO d'Angers, et de Benoît COSTIL, gardien de but et capitaine du FCGB, excellent sur cette rencontre et à qui ses coéquipiers doivent une fière chandelle. D'autres réactions à écouter dans nos journaux de cette semaine de 7h à 18h, et ce vendredi 18 janvier dans Le Week-End en Sport à partir de 18h30. Prochain match à vivre en direct sur nos ondes, Bordeaux / Dijon, finalement décalé à ce dimanche 20 janvier au Matmut à 19 heures.

Ligue 1 (match en retard 17e journée) : Angers / Bordeaux (1-2) Revivez le meilleur du direct !

Revivez les meilleurs moments du Match en direct du stade Raymond Kopa à Angers ! Avec les commentaires de Christophe Monzie (en photo, ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du Match en direct du stade Raymond Kopa à Angers ! Avec les commentaires de Christophe Monzie (en photo, Lukas Lerager à la lutte avec Jeff Reine-Adelaide)..

Ligue 1 (17e journée) Angers / Bordeaux : Ne plus jouer les anges à Angers...

Battus à Nice contre le cours du jeu et sur une injustice il y a 72 heures, mais désolants de maladresse comme rarement ils le ... [la suite...]
écouter

Battus à Nice contre le cours du jeu et sur une injustice il y a 72 heures, mais désolants de maladresse comme rarement ils le furent cette saison (sans doute parce qu'ils évoluaient non loin de la Baie des Anges et de ce fait, ont cru bon de faire des cadeaux à leur hôtes azuréens), les Girondins n'ont désormais plus le choix pour ne pas s'enliser dans la crise. Il leur faut absolument décoller enfin en 2019, après 3 premiers matches médiocres, et ne pas rentrer bredouilles de ce déplacement en terre angevine (où ils n'ont pourtant jamais gagné en championnat depuis le retour du SCO dans l'élite) pour le compte du match en retard de la 17e journée de Ligue 1, reporté le 9 décembre dernier. Car ils ne comptent plus que 5 points d'avance sur Dijon, le barragiste qu'ils recevront en fin de semaine. Pas encore le plan Orsec, donc, mais il pourrait être déclenché plus tôt que prévu en cas de nouvelle désillusion dans le Maine-et-Loire. Les Angevins, eux, qui restent sur deux nuls à domicile contre Caen puis l'OM et n'ont plus gagné depuis 6 rencontres, toutes compétitions confondues (dernière victoire le 10 novembre contre Montpellier 1-0), savent qu'en cas de succès, ils dépasseraient leur victime du jour au classement. Le temps des cadeaux est révolu pour les Girondins. Il n'y a pas de baie des Anges à Angers, donc à priori pas de raison pour les Marine et Blanc de céder à de nouveaux élans de générosité ni de nous resservir l'indigeste ratatouille niçoise de samedi dernier...encore mois d'offrir à leur hôtes un point inespéré comme ils le firent l'an passé (2-2) à 2 minutes de la fin après avoir eu plusieurs balles de break. Ecoutez la réaction de Benoît COSTIL (en photo), le gardien de but et capitaine des Girondins de Bordeaux, au micro de Christophe Monzie. Pour entendre d'autres réactions bordelaises et des réactions angevines d'avant-match, rendez-vous ce lundi 14 janvier dans Sports Magazine à partir de 18h30, puis ce mardi 15 janvier dans nos journaux de 7h à 18h, et dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 18h20. Coup d'envoi : 19 heures, commentaires de Christophe Monzie.

Match à suivre sur toutes nos fréquences, en direct intégral du stade Raymond Kopa à Angers, ainsi que sur notre site internet arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite).
Lun. 14 Janv. 2019 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football Futsal : Finale Régionale à Pessac

Qualification des 3 clubs de Gironde pour les 32è de finale de la Coupe Nationale de Futsal (une grande première). A savoir, Balle ... [la suite...]
écouter

Qualification des 3 clubs de Gironde pour les 32è de finale de la Coupe Nationale de Futsal (une grande première). A savoir, Balle au Pied de Saint Médard en Jalles, Pessac Chataigneraie et le FC Libourne. Réaction de Rémi POUJARDIEU dit "T-rex", attaquant du FC Libourne.
Lun. 14 Janv. 2019 : BASKET - National (Sports Magazine)

Basket-Ball National (NM3) : Après-match, Castelnau Médoc / Choltière (76-39)

Au micro ARL de Frédéric Bellette, réactions de Castelnau Médoc avec Gregory CORINUS (ailier), Aurélien ANDRIEU ... [la suite...]
écouter

Au micro ARL de Frédéric Bellette, réactions de Castelnau Médoc avec Gregory CORINUS (ailier), Aurélien ANDRIEU (Ailier), et Karima MEDJEDED, marraine du club de Castelnau.
Lun. 14 Janv. 2019 : FOOTBALL - Régional 1 (Sports Magazine)

Football, Régional 1 : Après-match, La Brède / Stade Montois (1-1)

Au micro ARL de Bernard Soulié, les réactions de Christophe MARCHET, l'entraîneur de La Brède, et du capitaine ... [la suite...]
écouter

Au micro ARL de Bernard Soulié, les réactions de Christophe MARCHET, l'entraîneur de La Brède, et du capitaine Brédois Kevin SALIGUE.
Lun. 14 Janv. 2019 : HANDBALL - National (Sports Magazine)

Handball National (N1F) : Après-match, Mérignac / CA Bègles (22-23)

Réaction de Sandra BARRUS, l'arrière du CA Béglais.
écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : FOOTBALL - National 3 (Sports Magazine)

Football (National 3) : Après Cestas / Bayonne (0-4)

Face à une belle cylindrée de la poule, les Cestadais encaissent une lourde défaite à la maison malgré leur ... [la suite...]
écouter

Face à une belle cylindrée de la poule, les Cestadais encaissent une lourde défaite à la maison malgré leur solidarité et leur engagement. Au micro ARL de Philippe Osuna, réactions d'Aurélien POUEY, attaquant et de Patrick PLANTEY, président du SAG Cestas.
Lun. 14 Janv. 2019 : RUGBY - Championnat Honneur (Sports Magazine)

Rugby Régional, Honneur : Après-match, Saintes / Gradignan (14-38)

Réaction de Bastien SIMONPIETRI, l'entraineur du RC Gradignan.
écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : VOLLEY BALL - Volley-Ball Elite (Sports Magazine)

Volley-Ball National, Elite Féminine : Après-match, IFVB / Bordeaux-Mérignac (2-3)

Réaction d'Emma FRANCASTEL, la passeuse des Burdis de Bordeaux-Mérignac.
écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : FOOTBALL - National 2 (Sports Magazine)

Football, National 2 : Après-match, Stade Bordelais / Sète (2-1)

Réaction d'Alexandre TORRES, l'entraîneur du Stade Bordelais.Belle opération des Stadistes qui débutent au mieux l'année 2019 en l'emportant ... [la suite...]
écouter

Réaction d'Alexandre TORRES, l'entraîneur du Stade Bordelais.Belle opération des Stadistes qui débutent au mieux l'année 2019 en l'emportant à domicile face à une solide formation.
Lun. 14 Janv. 2019 : HOCKEY SUR GLACE (Sports Magazine)

Hockey sur Glace Féminin : La France, Championne du Monde

Réaction de Bertrand POUSSE, le sélectionneur de l'équipe de France Féminine qui est Championne du Monde.
écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : BASKET - National (Sports Magazine)

Basket-Ball National (NM1) : Après-match, Vitré / JSA Bordeaux (82-84)

Réaction de Jérémy SARRE, le directeur des JSA Bordeaux.
écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Nice / Bordeaux (1-0) : Toutes les réactions !

Analyse de Christophe Monzie et toutes les réactions d'après-match (en photo, l'Allianz Riviera de Nice) !


écouter
Lun. 14 Janv. 2019 : RUGBY - Championnat Fédérale 3 (Sports Magazine)

Rugby National, Fédérale 3 : Après-match, Mussidan / Blaye (12-20)

Réaction de Jean CHABOZ, le président du Stade Blayais.
écouter

NICE / BORDEAUX (1-0) : Un penalty imaginaire abat des Girondins consternants d'impuissance

19 tirs, pour seulement 4 (timides) cadrés...La statistique, accablante, résume à elle seule les déboires des ... [la suite...]
écouter

19 tirs, pour seulement 4 (timides) cadrés...La statistique, accablante, résume à elle seule les déboires des Girondins sur la Cote d'Azur ce samedi soir et situe bien l'endroit où le bât blesse. 3 heures de jeu supplémentaires n'y auraient sans doute rien changé, même avec 53% de possession de balle et une kyrielle de corners. Dans la tradition déjà bien assez longue, des chocs entre Azuréens et Aquitains qui établit qu'à la fin, ce sont toujours les niçois qui gagnent et les bordelais qui ruminent leur frustration, ce premier match de la phase Retour n'aura pas échappé à la règle, dans la droite ligne du match aller le 28 octobre (0-1), du 0-0 invraisemblable concédé au Matmut la saison passée (4 poteaux pour les Girondins) ou de cette incompréhensible défaite (2-1) concédée le 2 avril 2017 après qu'ils eurent gâché une douzaine d'occasions franches voire immanquables face à Cardinale, auteur d'un sans faute ce soir-là. On ne peut pas dire que cette fois, Walter Benitez le portier argentin des Aiglons, ait eu à s'employer et se montrer décisif comme il l'avait fait à Bordeaux l'an dernier. L'insigne maladresse des Girondins ne l'aura jamais poussé dans ses derniers retranchements. Et pourtant, Dieu sait si cette formation azuréenne, quelque peu secouée en interne par l'annonce du départ prochain du président Rivère, semblait bonne à prendre, tant elle commit des imprudences et perdit nombre de ballons à 20 ou 30 mètres de ses buts, en première comme en seconde période, sous l'effet du haut pressing girondin. Il ne fallut d'ailleurs que 50 secondes pour qu'elle fasse la première gaffe, quand Tameze risqua une passe en retrait dans le néant, que Karamoh, seul à 8 mètres mais voulant frapper fort au lieu de placer, expédia dans les nuages. L'éléphant manqué dans le corridor remontrait le bout de sa trompe une demi-heure plus tard quand Otavio, servi idéalement par Briand après un bon travail préparatoire de Karamoh et à peu près du même endroit, réussit lui aussi une...pénalité d'un joli plat du pied à 10 mètres que n'aurait pas désavouée Baptiste Serin, le demi de mêlée de l'UBB (32e). Entretemps, sur la seule vraie incursion niçoise de la première demi-heure, les Aiglons avaient trouvé le moyen d'aller à Dame, bien aidés par la mansuétude d'abord, puis l'incompétence (après le recours au VAR) de Monsieur Rainville qui avait préféré persister dans sa décision quand les images révélaient à l'évidence son erreur. Pas moins de 3 gestes sujets à caution sur la même action entachaient en effet ce penalty abracadabrant accordé par le référé aux niçois, conforté dans son jugement par l'arbitre vidéo qui n'était autre que le zélé Mr Schneider, ceci expliquant (peut-être) cela...Le ballon contrôlé du haut du bras par le jeune Sacko au départ de l'action, d'abord, puis son plongeon en dehors de la surface, et surtout le joli croc-en-jambe qu'il se fit lui-même, plantant son pied droit dans la pelouse avant de s'affaler quand Mr Rainville y vit un contact de Jovanovic...Parti du bon côté, Costil ne pouvait repousser la frappe sèche de St Maximin, de loin le meilleur acteur de cette soirée (1-0, 15e). Rageant et injuste, sans doute, mais il restait une heure et quart pour revenir au score. Hélas, la suite, toute la suite, n'allait être qu'un long monologue girondin stérile et consternant, devant des niçois guettant la moindre occasion de contre, dont deux faillirent bien tuer le suspense : d'abord quand Sacko, parti à l'extrême limite du hors-jeu, voire plus, perdit son duel face à un Costil bien resté sur ses appuis (57e), puis quand le jeune niçois hérita d'un caviar de St Maximin bien lancé par Walter, mais qu'il galvauda exactement dans les mêmes conditions que Karamo et Otavio et à peu près du même endroit (69e). Bordeaux, lui, accumula les corners, les coups-francs à proximité du but qui trouvèrent régulièrement le mur ou une tête niçoise, les tirs dans les nuages (Karamoh 30e, Basic 53e, 65e), les loupés à bout portant sur des gestes improbables (Jovanovic d'un retourné à 5 mètres du but, 72e), et même les parties de billard quand Briand détourna une première volée non cadrée de Karamoh pas loin du poteau gauche de Benitez, très loin du ballon sur ce coup (43e). Réduit à des escarmouches, l'OGCN avait quand même fait trembler les Girondins quand un coup de bélier de Sarr, sur un corner de Cyprien, avait frôlé la lucarne de Costil (40e), puis profité de l'analyse à deux vitesses de Mr Rainville quand un coup d'épaule "énergique" de Dante en pleine surface sur Briand n'avait entraîné que...les vivats du virage sud, antre des supporters locaux (50e). Finalement, dans les actions jouées avec justesse comme il l'aurait fallu, on ne retiendra que cette belle tête décroisée de Briand, hélas sur Benitez, à la réception d'un corner de la droite de Karamoh (67e). L'ampleur du chantier incite à se gratter la tête et ne manque pas, à la longue, d'agacer quelque peu Eric Bédouet, lassé de faire de semaine en semaine le même constat. On le comprend. On a envie d'écrire que quoi qu'il advienne de l'avenir de Kamano, réintégré dans le groupe et qui joua la dernière demi-heure après avoir remplacé Plasil, qu'il parte ou pas, Bordeaux a grand besoin de se renforcer - encore - dans le domaine offensif. Les 3 attaquants de valeur qu'il a perdus - Malcom, Braithwaite, Laborde - n'ont de toute évidence pas été remplacés, une moitié de saison (et plus de 30 matches à la clé) est désormais suffisante pour qu'on s'autorise à l'affirmer. Si leur valeur intrinsèque n'est pas forcément en cause, leur complémentarité, bien trop épisodique quelle que soit la formule choisie, pose problème. Dans l'état actuel des choses, on se demande quelle équipe de L1 les Girondins pourraient bien battre, eux dont le jeu devenu trop lisible ne ferait pas de mal à une mouche. La préparation des actions fut très correcte, et leur bonne volonté manifeste, il n'y a rien à redire là-dessus, ils manifestèrent bien plus d'implication que lors du premier match face au Havre. Mais leur incroyable déchet à la finition reste rédhibitoire à ce niveau de la compétition. St Etienne ayant gagné à Guingamp grâce à un but du dernier vrai meneur de jeu en date que les Girondins aient connu - Wahbi Khazri - la 5e place est à onze points désormais. Parler présentement d'Europe via le championnat ou de victoire en Coupe de la Ligue ressemblerait à une boutade, à un poisson d'avril avant l'heure. Regarder derrière soi au classement hic et nunc serait plus pragmatique. Il n'y a pas encore le feu certes, mais il ne sera pas loin si jamais mardi soir à Angers, les Girondins remettent le couvert et ressortent cette vaisselle de mauvais goût. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral de l'Allianz Riviera à Nice, écoutez les réactions des deux entraineurs Eric BEDOUET (FCGB) et Patrick VIEIRA (OGCN). D'autres réactions niçoises à écouter ce lundi 14 janvier dans nos journaux puis dans Sports Magazine à partir de 18h30, mais pas de réaction bordelaise malheureusement, tous les joueurs étant sortis par une porte annexe sans passer devant les médias.