Accueil > sports

les sports


recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Ven. 05 Avr. 2019 : FOOTBALL - National 2 (Le Week-end en sport)

Football (National 2) : Avant Stade Bordelais / Trélissac

Présentation de ce match avec Alain FOURNIER, le président du Stade Bordelais.


écouter
Ven. 05 Avr. 2019 : FOOTBALL - Régional 2 (Le Week-end en sport)

Futsal Régional 2 : Présentation du FC Libourne Futsal avec Hugo Venayre

Réaction d'Hugo VENAYRE, le capitaine et co-fondateur du FC Libourne Futsal, ancien joueur du FC Libourne et du Stade ... [la suite...]
écouter

Réaction d'Hugo VENAYRE, le capitaine et co-fondateur du FC Libourne Futsal, ancien joueur du FC Libourne et du Stade Bordelais.

Ligue 1 (31e journée) : Avant Bordeaux / Marseille : Prolonger à tout prix les Quarante Glorieuses...

On la ressort chaque année en Gironde, du fond de l'armoire aux souvenirs glorieux, un peu comme un costume ou une robe qu'on ne ... [la suite...]
écouter

On la ressort chaque année en Gironde, du fond de l'armoire aux souvenirs glorieux, un peu comme un costume ou une robe qu'on ne porterait qu'une fois l'an...Elle ne sent pas encore la naphtaline, certes, mais elle n'a déjà plus son bouquet d'antan. Ce bien précieux et jalousement protégé au fil des décennies, c'est cette fameuse invincibilité des Girondins de Bordeaux à domicile contre l'Olympique de Marseille en Ligue 1. Depuis ce triste soir du 1er octobre 1977, à une époque où la Ligue 1 s'appelait encore la Division 1 sans sponsor et ne portait pas encore le nom d'un pays où la vie est - paraît-il - moins chère, où Bordeaux perdit non seulement le match (1-2) à Lescure mais aussi son attaquant international Daniel Jeandupeux, fauché en plein vol par un tacle de Marc Berdoll qui aujourd'hui vaudrait 6 mois de suspension à son auteur mais n'était à l'époque qu'une malheureuse fatalité liée aux risques du métier, jamais plus les Girondins ne cédèrent dans leur antre, même lorsqu'à l'été 2015, celui-ci se déplaça près d'un lac, celui de Bordeaux-Nord qui prit vite les allures du Lac Maudit de Flers, en Normandie, où les espérances de victoire des Phocéens continuèrent régulièrement de sombrer. Un peu comme si le club voulait préserver la mémoire de son talentueux attaquant Suisse, qui ne rejoua jamais au football, mais publia néanmoins un très beau livre sur sa carrière, "Foot ma vie". Le couperet passa parfois tout près certes, comme en décembre 2007 (2-2) où Bordeaux fut mené 2-0 au bout d'une demi-heure, ou en août 2010 où, mené au score pendant 76 minutes, il sauva l'essentiel in extremis par Anthony Modeste (1-1, 88e). Le temps est passé, les hommes de terrain et les présidents forts en gueule se sont rangés, ont vieilli, voire quitté ce monde, mais le challenge demeure, préservé dans un écrin qui fait partie de l'histoire du foot français, mais qui aveugle un peu ceux qui le brandissent et occulte d'autres séries dont le club girondin et ses supporters sont moins fiers et évitent de parler, comme par exemple celle de n'avoir jamais battu le grand Stade de Reims ni à Bordeaux ni en Champagne depuis janvier 1978 (2-0)...Contre les Olympiens, Cédric Yambéré, lui, fut le dernier buteur du stade du centre-ville, offrant au FCGB son dernier succès en date en Gironde (1-0 le 12 avril 2015, il y a quatre ans, presque jour pour jour). Depuis lors, Bordeaux n'a jamais perdu...ni gagné au Matmut contre son rival ancestral. Pas même la saison dernière où, menant très (trop ?) vite 1-0 sur une frappe imparable de De Préville, il s'était fait rejoindre au bout du temps additionnel (déjà...) par un coup-franc imaginaire, botté par Mandanda du milieu du terrain et une reprise de Sanson au terme d'un énorme cafouillage (1-1, le 19 novembre 2017). Sa grande fébrilité à domicile cette saison (6 nuls, 3 défaites, et 10e équipe à domicile) et sa dynamique actuelle (une victoire en dix matches de L1 et 5 buts marqués sur la même période) donnent à ces Quarante Glorieuses (on devrait même écrire 41 et demie...) des allures de chef d'oeuvre en péril, comparées à la série actuelle de l'OM, qui a d'ailleurs commencé...au match aller contre Bordeaux il y a pile 2 mois (1-0 le 5 février) dans un huis clos surréaliste. Depuis lors, une seule défaite en huit rencontres, à Paris (3-1) comme tout le monde, même si les Olympiens ont senti le vent du boulet contre Angers la semaine passée (2-2) en terminant à dix et en étant sauvés par leur transversale à l'ultime minute. Bref, si l'on ne s'appuyait que sur la pauvreté qu'ils affichent dans leur jeu depuis le début de l'année 2019, on n'aurait aucun mal à penser que jamais depuis longtemps les Girondins n'ont paru aussi vulnérables. Heureusement, il reste la fierté de ne pas être les premiers à rendre les armes devant l'ennemi héréditaire. Et la volonté d'être à la hauteur de ce match de gala comme ils surent l'être face au PSG afin de (re)conquérir (il n'est pas trop tard pour le faire) un public trop souvent douché cette saison dans un Matmut qui n'affichera pas complet. Pour le prestige bien plus que pour une quelconque opération au classement, si ce n'est celle d'assurer leur maintien, presque mathématique en cas de victoire. Et ceci au moment où le club Marine et Blanc annonce ce jeudi 4 avril l'arrivée officielle d'un Directeur du football, l'espagnol né à Valence Eduardo Macia, 45 ans. Si Jimmy Briand et Paulo Sousa, comme quelques autres fraichement débarqués cette année au Haillan, ignoraient ou sous-estimaient la symbolique de cette rencontre, on fait confiance aux supporters pour les avoir rapidement mis au parfum...Mais il faudra gagner sans Kalu, toujours indisponible, et peut-être sans Cornelius (incertain), l'OM étant pour sa part privé de Sarr (suspendu après son expulsion contre Angers), mais enregistrant le retour de l'excellent Sakai, l'un des meilleurs à l'aller, Balotelli et Ocampos étant eux aussi incertains, à moins qu'il ne s'agisse d'une "intox" de bonne guerre, échappée de quelque secrète marmite de bouillabaisse près du Vieux Port...Ecoutez les réactions de Jimmy BRIAND, l'attaquant des Girondins de Bordeaux, Paulo SOUSA (en photo), l'entraîneur du FCGB, au micro de Christophe Monzie, et Rudi GARCIA, l'entraîneur de l'OM. Pour entendre l'intégralité de ces réactions, rendez-vous ce vendredi 5 avril 2019 dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h20. Coup d'envoi : 20h45. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

Dès 18h30, ne manquez pas non plus Top Girondins, présenté par Jérémy Berrié et Philippe Osuna, avec un programme royal : Jacques "Pancho" ABARDONADO, ancien capitaine de l'OM, Benoît TREMOULINAS, ancien joueur du FCGB et consultant télé, René MALEVILLE, grand supporter de l'OM devant l'Eternel, Eric DI MECO, ancien défenseur de l'OM, consultant télé et radio, et Pierre MENES, consultant Canal Plus, seront en effet nos invités entre 18h30 et 19h40 (émission exceptionnellement rallongée de 25 minutes), avec également de nombreux points en direct avec les supporters des Marine et Blanc avant la rencontre. A ne pas manquer...

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du Matmut Atlantique de Bordeaux-Lac, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone !
Mer. 03 Avr. 2019 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches du SUALG Rugby)

TOP 14 (21e journée) : Avant Montpellier / Agen : Un autre poids lourd pour le SUA

Ecoutez les réactions de Valentin SAURS et Nicolas METGE, ailiers du SUALG, et Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen ... [la suite...]
écouter

Ecoutez les réactions de Valentin SAURS et Nicolas METGE, ailiers du SUALG, et Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, au micro de Mathieu Duffour. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et des réactions montpelliéraines d'avant-match, rendez-vous dans nos journaux de la semaine, puis ce vendredi 5 avril 2019  dans Le Week-end en Sport à partir de 19h40, et samedi 6 avril 2019 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 17h15. Coup d'envoi : 18 heures, commentaires de Francis Dal Zovo et Francis Lagleyze.

Match à suivre sur les fréquences lot-et-garonnaises d'ARL en direct intégral du GGL Stadium à Montpellier et sur notre site internet www.arlfm.com, cliquer sur "Ecouter ARL 47".
Mer. 03 Avr. 2019 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

TOP 14 (21e journée) : Avant Bordeaux-Bègles / Perpignan : Aucun droit à l'erreur pour l'Union...

Ecoutez une partie des réactions de Mahamadou DIABY, le troisième ligne de l'UBB, Joe WORSLEY, le manager de l'Union ... [la suite...]
écouter

Ecoutez une partie des réactions de Mahamadou DIABY, le troisième ligne de l'UBB, Joe WORSLEY, le manager de l'Union Bordeaux-Bègles, et Ulupano SEUTENI, le centre de l'UBB (en photo), au micro de Florian Rodriguez. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens et des réactions perpignanaises d'avant-match, rendez-vous dans nos journaux de la semaine de 7h à 18h, puis ce vendredi 5 avril 2019 dans Le Week-end en Sport à partir de 19h40, et samedi 6 Avril dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 17h15. Coup d'envoi : 18 heures, commentaires de Dorian Malvesin et Florian Rodriguez. Et toute cette semaine, gagnez vos invitations en places assises pour cette rencontre en jouant avec ARL au 05 56 63 35 52.

Match à suivre sur les fréquences girondines d'ARL en direct intégral du stade Chaban-Delmas à Bordeaux, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone.
Mar. 02 Avr. 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Ligue 1 (30e journée) : Amiens / Bordeaux (0-0) Toutes les réactions !

Analyse de Christophe Monzie sur ce match nul en Picardie (en photo, Monconduit s'infiltre entre Sankharé et Basic), et les ... [la suite...]
écouter

Analyse de Christophe Monzie sur ce match nul en Picardie (en photo, Monconduit s'infiltre entre Sankharé et Basic), et les réactions de Paulo SOUSA, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, Christophe PELISSIER, l'entraîneur de l'Amiens Sporting Club, Benoît COSTIL, le gardien de but et capitaine du FCGB, Régis GURTNER, le gardien de but de l'ASC, Maxime POUNDJE, le latéral gauche franco-camerounais du FCGB, Pablo CASTRO, le défenseur central international brésilien du FCGB.
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Départemental (Sports Magazine)

Football Départemental : Coupe du Lot-et-Garonne : Après Virazeil-Puymiclan / Marmande (1-1, tab 8-7)

Réaction de Jérémy COLIN, le co-président de l'US Virazeil Puymiclan.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : VOLLEY BALL - National (Sports Magazine)

Volley-Ball, Ligue B Masculine (Play-Off, 1/4 de Finale aller) : Après Saint Jean d'illac / Plessis Robinson (3-2)

Un excellent match aux multiples rebondissements et une première manche illacaise. Rencontre retour samedi 6 avril chez l'adversaire. ... [la suite...]
écouter

Un excellent match aux multiples rebondissements et une première manche illacaise. Rencontre retour samedi 6 avril chez l'adversaire. Au micro de Philippe Osuna, réactions de Romain BONON, passeur et d'Anisse GUECHOU, entraîneur de Saint Jean d'Illac Volley.
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Régional 2 (Sports Magazine)

Football (Régional 2) : Après Talence / Vallée-du-Lot (2-0)

Réaction de Cyriaque OTTA, l'entraîneur de l'USA Talence.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football Entreprise, Coupe Nationale : Union Bordeaux Métropole

Réaction de Rémy SPIEWAK, le président de l'Union Bordeaux Métropole, seul club qualifié de Nouvelle Aquitaine pour les quarts de finale de la ... [la suite...]
écouter

Réaction de Rémy SPIEWAK, le président de l'Union Bordeaux Métropole, seul club qualifié de Nouvelle Aquitaine pour les quarts de finale de la Coupe Nationale.
Lun. 01 Avr. 2019 : RUGBY - Championnat Honneur (Sports Magazine)

Rugby Régional (Honneur) : Après RC Cadaujac / RC Béarnais (26-17)

Réaction d'Eric MARROCQ, le président du RC Cadaujac.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Coupe De La Région Nouvelle-Aquitaine (Sports Magazine)

Football Régional, Coupe de Nouvelle Aquitaine : Après Tartas / Cestas (2-2, tab 3-4)

Réaction de Laurent ABRIBAT, l'entraineur du SAG Cestas.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : HANDBALL - National (Sports Magazine)

Handball (N1F) : Après le derby Mios Biganos / Mérignac B (31-35)

Réaction de Céline VILLOING, l'entraineure du Mérignac HB équipe B.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football National (U17) : Après Toulouse FC / Stade Bordelais (1-2)

Réaction de Bruno DA ROCHA, l'entraîneur des U17 du Stade Bordelais Football.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Coupe De La Région Nouvelle-Aquitaine (Sports Magazine)

Football Régional, Coupe de la Nouvelle Aquitaine : Après Lège-Cap-Ferret / Marmande (2-0)

Réaction d'Anthony MELKA, le capitaine de l'US Lège-Cap-Ferret.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : RUGBY - Championnat Reichel-Espoirs (Sports Magazine)

Rugby National, Reichel-Espoirs : Après-match, Agen / Bordeaux-Bègles (28-29)

Réaction de Jules GIMBERT, le demi de mêlée de l'Union Bordeaux-Bègles.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Féminin (Sports Magazine)

Football Féminin, Départemental 1 (Gironde) : Après Eysines / Gradignan (0-2)

Réaction de Soraya BOUKELOUA, Milieu de terrain du FC Gradignan.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : FOOTBALL - Football Régional (Sports Magazine)

Football Régional, Coupe de la Nouvelle Aquitaine : Après Bassin d'Arcachon / Bayonne (1-1, tab 3-2)

Réaction de Jérémy VIMES, l'attaquant du Bassin d'Arcachon.


écouter
Lun. 01 Avr. 2019 : BASKET - Régional (Sports Magazine)

Basket-Ball Régional (RF2) : Après Tartas / Saint Delphin (56-71)

Réaction de Marlyse BOURDEAU, l'entraineure de l'AS Saint Delphin, qui fait le point sur la saison des Féminines en ... [la suite...]
écouter

Réaction de Marlyse BOURDEAU, l'entraineure de l'AS Saint Delphin, qui fait le point sur la saison des Féminines en Régional et National.

AMIENS / BORDEAUX (0-0) : Les Girondins s'en tirent bien...

Evidemment, les éternels grincheux pourront toujours s'inquiéter de ce 6e match sans victoire des Girondins (une seule sur les ... [la suite...]
écouter

Evidemment, les éternels grincheux pourront toujours s'inquiéter de ce 6e match sans victoire des Girondins (une seule sur les 11 derniers matches, contre Toulouse 2-1 le 17 février) et de leur attaque toujours aussi anémique, pour ne pas dire anorexique. Mais ce premier clean-sheet depuis 5 rencontres et le très laxatif Bordeaux / Guingamp du 20 février (0-0) a permis de mettre à jour d'autres vertus qui sauveront peut-être les Girondins, face à une équipe picarde qui restait sur 3 victoires à domicile et 5 matches sans défaite. En d'autres temps plus fastes où son classement correspondait encore à ses ambitions annoncées, on aurait aisément pensé qu'un point pris par Bordeaux sur le terrain d'une équipe qui était encore en L2 il y a deux ans était un échec. Mais le moment est venu d'être réaliste et de comprendre qu'on ne peut pas être et avoir été. Dans l'état actuel des choses, ce 5e nul de la saison à l'extérieur pour une équipe qui a trop souvent lâché dans les dernières minutes des points servis sur un plateau est une très bonne opération (elle pouvait difficilement espérer mieux, sur ce que l'on a vu), qui la rapproche du maintien mathématique, lequel pourrait être quasiment acquis si elle avait la bonne idée de prolonger un an de plus son invincibilité à domicile contre l'OM par une victoire ce vendredi soir 5 avril. Pour cela, il faudra évidemment montrer tout autre chose sur le plan offensif que ce nul arraché avec les tripes dans un stade de la Licorne à guichets fermés pour cette première en Picardie depuis...1949. Jovanovic, excellent malgré son carton jaune injuste puisque ce n'était pas lui le fautif (48e) mais qui lui vaudra d'être suspendu à St Etienne le 14 avril, Pablo et Koundé, devant un Costil intraitable, auront encore tenu la baraque et supporté tout le poids du match ou presque, malgré les efforts louables mais désordonnés de Basic et Otavio au milieu, les autres joueurs des lignes offensives ayant été très loin du rendement qu'on est en droit d'espérer d'eux. Sousa ne s'y trompa d'ailleurs pas, en remplaçant Sankharé et Karamoh, transparents, par Kamano (63e) et Briand (75e), sans plus guère d'effets, d'ailleurs. Car si Bordeaux parvint tant bien que mal à donner le change au cours d'un premier acte plutôt rythmé et agréable, il recula de plus en plus après les citrons (on allait écrire : comme d'habitude), laissant très majoritairement la possession du ballon à des Amiénois très entreprenants, le plus souvent par Otero et Mendoza, leurs feux follets insaisissables qui multiplièrent les appels dans la profondeur, fers de lance d'un schéma de jeu finalement assez simple et prévisible, mais terriblement physique et usant pour l'adversaire. Le second acte, plus laborieux et nettement moins spectaculaire, fut donc une partie de gagne-terrain que les Amiénois terminèrent sans trouver la solution, malgré une collection de coups francs obtenus heureusement assez loin de la cage bordelaise, les deux plus grosses opportunités picardes intervenant dans des ultimes minutes qui parurent bien assez longues aux Girondins, déjà douchés plus souvent qu'à leur tour par des fins de matches cauchemardesques. Le nouvel entrant Gnahoré, buteur à l'aller, signa une tête retournée à la réception d'une très longue touche de Krafth dans la surface, que Costil partit enlever de sa lucarne (85e), puis il ne manqua que quelques centimètres à l'ex-toulousain Blin pour conclure d'une frappe tendue au ras du montant une invraisemblable panique dans la surface girondine de plus de 20 secondes sans qu'aucun girondin n'ait réussi à jeter le cuir sur l'hippodrome d'Amiens pourtant tout proche... Et Bordeaux dans tout cela ? Rien, strictement rien à signaler aux avant-postes, hormis une frappe de 25 mètres non cadrée de Basic (72e)...A peine moins mal en première période, où une tête de De Préville au-dessus, sur un centre de Poundjé, avait tout juste fait frémir les nombreux supporters girondins venus en Picardie (39e). Mais c'est surtout dès la 50e...seconde de jeu que les Marine et Blanc laissèrent passer une chance qui eût pu complètement modifier la face de la rencontre si Sankharé, lancé plein axe par Karamoh au milieu d'une défense amiénoise montée à contretemps, n'avait raté l'immanquable, seul à 8 mètres face à Gurtner en ouvrant trop son pied (1e). Pas la première fois cette saison que lui - et d'autres parmi ses coéquipiers - manquent un éléphant dans un corridor. La balle de match, peut-être, venait de passer pour les Girondins, qui n'allaient par la suite pas cadrer un seul tir de la rencontre...La première banderille sérieuse arrivait par Otero qui jaillissait au premier poteau mais ne pouvait cadrer sa reprise d'un centre à ras de terre du néerlandais Pieters venu de la gauche (23e). Les Girondins étaient ensuite à deux doigts de se tirer une balle dans le pied sur une relance trop courte et plein axe de Costil sur Koundé, puis sur Pablo qui perdait le ballon sous la pression de Konaté aux 16,50 mètres, mais le ballon piqué de Mendoza, dernier possesseur, fuyait le cadre de quelques centimètres (36e). Enfin, la troisième alerte sérieuse venait de l'aile droite par l'indéchirable Krafth dont le centre-tir tendu bien emballé mais sans angle avait obligé Costil à un arrêt au pied (38e). Si Amiens s'approche lentement mais sûrement du maintien lui aussi, Bordeaux, toujours convalescent, avait sans doute besoin de ce résultat obtenu à l'énergie pour se rassurer avant le lourd programme qui l'attend sur ce mois d'avril. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade de la Licorne à Amiens, écoutez les réactions des deux coaches PAULO SOUSA (FCGB, en photo après la rencontre) et Christophe PELISSIER (Amiens SC) ainsi que de Benoît COSTIL, gardien de but et capitaine des Girondins et Régis GURTNER, gardien de but de l'ASC. D'autres réactions à écouter ce lundi 1er avril dans nos journaux puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.

AVANT AMIENS / BORDEAUX (30e journée) : Perceront-ils le secret de la Licorne ?

A cette époque, la Licorne n'existait pas encore et l'Amiens SC, qui s'appelait encore l'Amiens Athlétic Club, ... [la suite...]
écouter

A cette époque, la Licorne n'existait pas encore et l'Amiens SC, qui s'appelait encore l'Amiens Athlétic Club, évoluait depuis 1921 dans son vieux stade Moulonguet. En ce 20 février 1949, les hommes du sud au maillot frappé du scapulaire, alors en Deuxième Division, allaient s'y imposer nettement 3-0. Une des nombreuses victoires qui, quelques mois plus tard, allaient permettre aux Girondins de Bordeaux de retrouver l'Elite...et de décrocher dans la foulée, la saison suivante, le premier titre de champion de France de leur histoire en 1950, emmenés par les De Harder, Kargulewicz et autres Depoorter. Un football d'un autre temps, dont seuls les grands-parents des joueurs actuels des Girondins se souviennent, peut-être. Par la suite, le hasard de la compétition fit que jamais plus Picards et Aquitains ne se croisèrent en Picardie dans le cadre d'un match officiel. 70 ans plus tard, presque jour pour jour, les Girondins vont revenir dans la belle cité nordiste fière de ses hortillonnages, ces merveilleux jardins flottants qui jouxtent sa cathédrale majestueuse. Ils auraient dû y venir l'an passé déjà, pour le retour des Picards dans l'élite, mais la barrière d'une tribune, qui avait cédé sous la pression de quelques supporters lillois excités, avait obligé l'ASC à décentraliser le match suivant au stade Océane du Havre. Et c'est Bordeaux qui s'était noyé en baie de Seine à l'issue d'un bien pauvre match (1-0), après avoir raté une ou deux fois l'immanquable, finalement surpris par un but de voleur de poules de N'Gosso en seconde période, glissant le ballon dans un soupirail. Un non-match qui marquait le début de la dégringolade des Girondins, avant un mois de décembre catastrophique qui allait conduire, mi-janvier, à l'éviction de leur entraîneur. En termes de médiocrité, les Girondins n'ont pas franchement fait mieux cette saison à l'aller au Matmut (1-1) juste avant les fêtes de Noël, rejoints en toute fin de match (encore une fois) par une formation qui flirtait déjà avec la zone rouge à l'époque, sur un but de Gnahore (1-1, 87e). Ils étaient alors 12es à la trêve, ils sont 13es aujourd'hui, deux éliminations en Coupes et trois mois plus tard. Sous le soleil exactement, seul l'entraîneur a changé entretemps...Un entraîneur, Paulo Sousa, porté par l'offensive et le beau jeu et qui affirme que l'équipe va retrouver un rang plus conforme à son standing. Certains ont déjà cru déceler une différence dans les comportements du groupe, lors de sa prise de fonctions puis sur le premier match face à Rennes, même si Bordeaux reconduisit in fine un scenario décevant vu et revu cette saison. Cette fois, et avant d'affonter quelques gros cubes (Marseille, Lyon, St Etienne) face à qui leur tâche sera autrement périlleuse, les Girondins, toujours privés de Cornelius, Kalu, Tchouaméni (opéré de sa fracture du péroné cette semaine) mais aussi de Palencia, revenu blessé de sélection avec les Espoirs espagnols, qui n'ont plus gagné hors de leurs bases depuis le 15 janvier à Angers (2-1), ont l'occasion de confirmer sur le terrain les promesses et les attentes nées ces deux dernières semaines, depuis l'arrivée du technicien portugais en Gironde, et par la même occasion de se rapprocher d'un maintien toujours pas acquis mathématiquement. Les Amiénois ne seront pas en reste au niveau des absences puisque Guirassy et Lefort (suspendus) et Ghoddos, opéré de l'appendicite cette semaine, manqueront à l'appel, Zungu et Cornette faiant leur retour après avoir été opérés des ligaments du genou. Percer le secret de la Licorne, de ce stade mystérieux où ils n'ont encore jamais joué en championnat sera l'une de leurs missions ce dimanche, avec espérons-le la même perspicacité que Tintin, le célèbre reporter à la houppe créé par Hergé. Un stade connu pour son architecture étonnante et sa verrière (photo), qui fut inauguré en juillet 1999 par...un concert de Johnny Hallyday. Cela ne s'invente pas. Au tour des Girondins d'y allumer le feu...Ecoutez une partie des réactions de Nicolas DE PREVILLE, l'attaquant du FCGB, Paulo SOUSA, l'entraîneur du FCGB, Christophe PELISSIER, l'entraîneur du SC Amiens, et Bakaye GUIRASSY, le défenseur central international malien du SCA, au micro de Christophe Monzie. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens, rendez-vous ce dimanche 31 Mars dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 14h10. Coup d'envoi : 15 heures. Commentaires de Christophe Monzie.

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du Stade de la Licorne à Amiens, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone !