Accueil > sports

les sports


recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Sam. 27 Avr. 2019 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches du SUALG Rugby)

TOP 14 : Agen / Lyon (25-15) : Le meilleur du direct !

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie et Jean-Pierre Delserre, en direct du stade Armandie à ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie et Jean-Pierre Delserre, en direct du stade Armandie à Agen.
Sam. 27 Avr. 2019 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches du SUALG Rugby)

TOP 14 (23e journée) : Agen / Lyon : Gagner pour garder son destin en mains

Réactions d'Antoine MIQUEL (en photo), le troisième ligne du SUALG, Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen ... [la suite...]
écouter

Réactions d'Antoine MIQUEL (en photo), le troisième ligne du SUALG, Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, et Mathieu LAMOULIE, l'arrière du SUALG, au micro de Mathieu Dufour. Pour entendre l'intégralité de ces réactions et des réactions lyonnaises d'avant-match, rendez-vous ce samedi 27 avril dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 18h10. Coup d'envoi : 18h45. Commentaires de Christophe Monzie et Jean-Pierre Delserre. 

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du stade Armandie à Agen, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" de votre téléphone !
Ven. 26 Avr. 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 ()

Top Girondins : Emission du vendredi 26 Avril 2019

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par ... [la suite...]
écouter

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les invités de la première partie étaient : Pascal OLMETA (en photo), le gardien de but de l'Olympique Lyonnais de 1993 à 1996 (entre autres), et Manu LONJON, journaliste et spécialiste du mercato en Ligue 1.

BORDEAUX / LYON (2-3) : Sur une bien mauvaise pente

Les Girondins sont en chute libre, au moins sur le plan comptable. 3 défaites consécutives, 6 points pris sur 21 possibles et 7 buts ... [la suite...]
écouter

Les Girondins sont en chute libre, au moins sur le plan comptable. 3 défaites consécutives, 6 points pris sur 21 possibles et 7 buts concédés sur les 3 dernières rencontres...On a connu des fins de saisons plus exaltantes. Un vrai rythme de relégables, même si l'on veut croire, à les entendre, que ce risque-là est écarté. Pourtant il ne le sera avec certitude que s'ils ne gaspillent pas leur joker suivant contre Angers samedi prochain, faute de quoi leur fin de parcours risque de leur valoir quelques angoisses, des nervous- breakdowns comme on dit de nos jours.... En attendant, ils sont dans le dur jusqu'au cou, et on ne peut pas dire qu'on ne le voyait pas venir, lorsqu'il apparut que l'Europa League se limiterait pour eux cette année à construire un château en Espagne. Contre un OL offensif certes, car condamné à l'emporter, mais pourtant bon à prendre, car toujours tenaillé par ses absences intermittentes et loin d'être serein derrière, ils ont failli faire mentir la statistique, qui révélait qu'en marquant le premier but du match quand il est à l'extérieur, l'OL ne perdait jamais. Mais finalement, encore une fois, ils n'ont pas tenu la distance ni le score et se sont effondrés en seconde période face aux incessantes vagues rhodaniennes. Les Girondins n'ont pas réussi la passe de cinq à domicile (Paris, Lille, St Etienne et Marseille étaient tombés ou avaient calé face à eux cette année) et les Gones se sont imposés pour la première fois dans un Matmut Atlantique nettement moins rempli (27 450 spectateurs) qu'au début de ce mois pour la venue de l'OM. L'expulsion sévère de Jovanovic pour propos déplacés après un arbitrage à fort retardement de M.Bastien invalidant un but de Traoré entâché d'un hors-jeu de longues secondes après qu'il eut été marqué (74e) a sans doute fait basculer la rencontre du mauvais côté, comme l'avait fait la décision, tout aussi sévère et contestable de M.Buquet à St Etienne sifflant une main de Palencia que beaucoup d'autres ne sifflent pas et un penalty qui précipita la chute des Bordelais, douloureux point final à un mois d'avril médiocre au cours duquel rien ne leur aura été épargné, mais alors rien du tout. Des faits de jeux et d'arbitrage parfois sujets et caution jusqu'aux coups durs et blessures (Pablo et son nez cassé en toute impunité, puis Maja touché à Nîmes et pour qui la saison est terminée, comme pour Cornelius et Tchouaméni). La loi des séries, sans doute, qui permet d'apprendre, de grandir et de s'endurcir. Autant profiter de cette saison blanche pour le faire, histoire de n'avoir pas tout perdu. Pour compenser peut-être son carton rouge hâtif que la réaction tardive de son juge de touche, levant son drapeau en revenant à hauteur du rond central comme si le but lyonnais avait été valable, aurait dû tempérer, M.Bastien distribua ensuite quelques cartons jaunes aux lyonnais, pas toujours justifiés (Fékir 88e, Traoré 90e+3). Mais l'OL tenait sa 7e victoire à l'extérieur, et force est de constater qu'il n'y avait pas grand'chose à y redire, tant son emprise avait été majoritaire sur la rencontre. Majoritaire, certes, mais pas constante, même si le début de match, avec des Bordelais dépassés sur presque tous les coups, laissait craindre le pire pour et une rossée du même calibre que celle de 2014. En 5 minutes, les premières, l'OL avait déjà été dangereux deux fois, par une frappe de 20 mètres à ras de terre de Tete, pas attaqué, à quelques centimètres du poteau gauche girondin (3e), puis par une belle panique créée par Fekir, puis Depay dans la surface dont la frappe lobée rebondissait sur le dessus de la barre (5e). Aouar trouvait ensuite Costil sur sa frappe trop molle (12e), et l'international néerlandais sur un centre de Teté ne cadrait ensuite pas sa tête plongeante (13e), mais il n'allait pas continuer longtemps à se tromper, devant des Girondins qui ne tenaient aucun ballon devant. Sur un ballon perdu par Otavio à 40 mètres, Cornet filait sur l'aile droite avant de délivrer un long centre fuyant devant le but, action qui avait déjà mis au supplice la défense locale une minute plus tôt. Personne n'en coupait la trajectoire et Depay, seul au second poteau à bout portant, marquait comme à la foire (0-1, 14e). La suite était du même acabit jusqu'à la demi-heure de jeu, avec des Girondins parant au plus pressé qui avaient souvent le tort de relancer sur des actions bien trop complexes et aléatoires quand ils avaient le bonheur de s'extirper du pressing très haut de leurs hôtes, rendant du même coup de nombreux ballons aux lyonnais. Ce fut miracle si Teté, seul sur l'aile à 8 mètres de Costil, croisa trop sa frappe à ras de terre et ne plia pas l'affaire et le suspense (29e). Mal lui en prit, car sur leur première action offensive digne de ce nom, les Girondins allaient trouver l'ouverture, profitant de la passivité de Marcelo, surpris par une tête lobée de Pablo après un coup-franc mal renvoyé par sa défense, qui voyait Briand surgir dans son dos et ajuster Lopes d'une volée placée de l'intérieur du pied (1-1, 33e). Un but inespéré qui donnait du coeur à l'ouvrage à des Bordelais alors transfigurés. Sur une action d'école côté gauche, et un relais de Basic pour De Préville, l'ex-Rémois s'enfonçait sur la gauche avant de solliciter un une-deux parfait avec Briand dans la surface, et de terminer le travail d'un pointu qui surprenait Lopes malgré l'angle fermé (2-1, 37e). Les abeilles avaient changé de tartine et c'est Bordeaux qui finissait fort ce premier acte. Hélas, le feu de paille bordelais allait vite s'éteindre après les citrons, Lyon reprenant sa domination et ses séquences de jeu à plus de vingt passes afin de faire courir et d'user l'adversaire. De fait, les occasions d'inquiéter Lopes redevenaient peau de chagrin pour les hommes de Sousa et la menace rhodanienne restait bien réelle. Fekir du gauche trouvait Costil (63e), et Lyon commençait à s'impatienter à ne pas trouver la solution, face à des Girondins qui défendaient mieux qu'en début de rencontre. Mais c'est encore un cadeau qui allait remettre les Gones dans le match, Koundé (en photo, à la relance) commettant une énorme gaffe par un dribble improbable et inutile à 20 mètres de son but. La sanction et le surnombre ne tardaient pas, Fekir qui avait intercepté son dribble débordait et centrait en retrait pour Cornet, seul au second poteau (2-2, 67e). Venait ensuite l'épisode du but refusé et son cortège d'incohérences, avant que l'OL, qui accentuait sa pression sentant la victoire à sa portée, ne porte l'estocade sur un nouveau dribble inutile de Youssouf à un moment où Bordeaux, à la limite de la rupture, aurait dû simplifier son jeu autant que possible et ressortir de son camp sur des actions basiques. Le cafouillage qui s'ensuivait, parti d'une frappe contrée de Ndombelé, était repris de volée dans la surface par Dembélé qui fusillait Costil sous la barre (2-3, 84e). Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions de Paulo SOUSA, l'entraineur du FCGB, Bruno GENESIO, l'entraineur de Lyon, Benoit COSIL, le gardien de but du FCGB, et Anthony LOPES, le gardien de but de Lyon.D'autres réactions bordelaises et lyonnaises à écouter ce lundi 29 avril dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.

Ligue 1 : Bordeaux / Lyon (2-3) : Le meilleur du direct !

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo, en direct du stade du Matmut Atlantique ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo, en direct du stade du Matmut Atlantique à Bordeaux-Lac.

Ligue 1 (34e journée) : Avant Bordeaux / Lyon : La dernière occasion de briller un peu...

Les feux de la rampe vont bientôt s'éteindre sur une saison 2018-2019 qui ne restera pas dans les annales pour les Girondins, ... [la suite...]
écouter

Les feux de la rampe vont bientôt s'éteindre sur une saison 2018-2019 qui ne restera pas dans les annales pour les Girondins, sauf peut-être par le fait qu'ils auront changé de gouvernance et connu 3 entraîneurs en dix mois de compétition. Il leur reste encore, pour cette antépénultième réception au Matmut (Angers et Reims suivront), une ultime occasion d'orienter les projecteurs de l'actualité sur eux et de faire de nouveau parler d'eux en bien, ce qui, convenons-en, n'est arrivé que très rarement depuis le début de cette année 2019. Une seule fois, pour dire le vrai, lorsque, en jouant enfin sur leur valeur et avec des qualités qu'on eut souhaité leur voir afficher autrement que les seuls soirs où du caviar était au menu, ils battirent logiquement l'ancestral rival olympien le 5 avril dernier (2-0). Cela tombe bien, voilà que l'autre Olympique de notre championnat, solide troisième certes, mais pas à l'abri de la pression de ses poursuivants St Etienne et Marseille dans la course à la Champions League, vient les défier dans leur antre. Un Olympique qui avait dangereusement tangué au Groupama Stadium au match aller le 3 novembre 2018 (1-1), sauvant un nul heureux au terme de ce qui fut, et de loin, le meilleur match de championnat de Bordeaux à l'extérieur cette saison, Sankharé puis Briand ayant manqué deux occasions énormes d'infliger aux Gones leur second revers à domicile après leur défaite inaugurale contre Nice fin août (0-1). Si la bande à Genesio, qui va donc passer la main après plus de 13 ans dans la capitale des Gaules comme entraîneur adjoint, puis principal, a par la suite réussi globalement sa campagne européenne avant d'exploser contre le Barça (5-1) en 8es de finale, elle a connu un gros trou d'air sur ce mois d'avril, avec 3 défaites consécutives, Coupe de France incluse, dont une invraisemblable contre Dijon (1-3 avec deux autogoals) avant de rectifier le tir contre Angers la semaine passée (2-1). Les Girondins, qui récupèrent Pablo après sa suspension ubuesque, mais sans doute pas Maja (touché à Nîmes), restent sur deux pauvres sorties à vide, à St Etienne puis à Nîmes où, les deux fois, ils sombrèrent en seconde période, après un bon début de match. D'aucuns affirment que leur maintien est déjà assuré - Paulo Sousa lui-même en est persuadé -  bien que la mathématique ne le leur garantisse pas pour l'instant, ni le rythme auquel ils avancent (6 points pris sur 18 possibles, sur leurs 6 derniers matches). Mais l'opération Séduction à l'intention du public, souhaitée par la direction du club et qui a déjà commencé par le biais de diverses innovations, passe aussi par une performance face à des Rhodaniens qui n'ont pas encore gagné au Matmut (mais qui s'y rendent avec cette intention clairement affichée), leur dernier succès en Gironde remontant à cette mémorable déculottée juste avant Noël au stade Chaban-Delmas le 21 décembre 2014 (0-5) avec l'expulsion de Pallois et un doublé de Lacazette, un affront qui peina autant les inconditionnels des Marine et Blanc que la disparition du rocker anglais Joe Cocker le lendemain. Quatre ans et demi après ce carnage, il ne serait toujours pas trop tard pour les Girondins, dans la droite ligne de cette opération Séduction, de proposer à leurs supporters (qu'on attend nombreux) sur le rectangle vert une version Live de "Unchain my heart" (libère mon coeur) ou de "You are so beautiful"...Ecoutez les réactions de Jules KOUNDE (en photo), le jeune défenseur central des Girondins, qui devrait retrouver Pablo en défense centrale ce vendredi et qui explique qu'il y avait bien faute sur lui à Nîmes sur le penalty qu'il provoque, et Paulo SOUSA, l'entraineur du FCGB, au micro de Christophe Monzie. Pour entendre la totalité de ces réactions et des réactions lyonnaises d'avant-match, rendez-vous ce vendredi 26 avril dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h15. Coup d'envoi : 20h45. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

A noter qu'une fois de plus, comme pour la venue de Marseille au début de ce mois, ARL met les petits plats dans les grands à l'occasion de cette affiche :  les invités de Jérémy Berrié et Philippe Osuna dans Top Girondins à partir de 18h30 seront Manu LONJON, journaliste spécialiste du mercato sur les réseaux sociaux, Pascal OLMETA, ancien gardien de but de l'OL, de l'OM et de Bastia (entre autres), fondateur de l'association "Un sourire, un espoir pour la vie" et organisateur du Match des Légendes le 27 mai 2019 au stade Chaban-Delmas à Bordeaux et Tony VAIRELLES, ancien attaquant de l'OL et des Girondins. 

Match à suivre sur toutes nos fréquences, en direct intégral du Matmut Atlantique de Bordeaux-Lac, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" de votre téléphone (gratuite).

Ligue 1 (33e journée) : Nîmes / Bordeaux (2-1) Toutes les réactions !

Analyse de Christophe Monzie et les réactions de Paulo SOUSA, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, Bernard BLAQUART, ... [la suite...]
écouter

Analyse de Christophe Monzie et les réactions de Paulo SOUSA, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, Bernard BLAQUART, l'entraîneur du Nîmes Olympique (ici en photo sous le maillot des Girondins en 1979-80, en bas, second en partant de la droite, entre Gérard Soler et Michel Le Blayo consultant ARL attitré pour tous les matches des Girondins à domicile), François KAMANO, l'attaquant des Girondins, Renaud RIPART, le capitaine et arrière latéral droit auteur du but de la victoire de Nîmes, et le jeune (21 ans) arrière latéral gauche du Nîmes Olympique Faitout MAOUASSA.
Lun. 22 Avr. 2019 : HANDBALL (Sports Magazine)

Handball, (Coupe de France) : Après Belin Beliet / Mettray (28-22)

Réaction de Denis AUDEBERT, l'entraîneur du handball club de Belin Beliet. Moment unique inédit dans l'histoire du ... [la suite...]
écouter

Réaction de Denis AUDEBERT, l'entraîneur du handball club de Belin Beliet. Moment unique inédit dans l'histoire du club de Belin Beliet qui se qualifie pour la finale de la Coupe de France qui aura lieu le samedi 25 mai à Bercy.
Lun. 22 Avr. 2019 : FOOTBALL - National 3 (Sports Magazine)

Football (National 3) : Après Cestas / Lège-Cap-Ferret (0-3)

Réactions de Laurent ABRIBAT, entraîneur de Cestas et de Jean-Luc GAUTIER, entraîneur de Lège Cap Ferret, au micro de ... [la suite...]
écouter

Réactions de Laurent ABRIBAT, entraîneur de Cestas et de Jean-Luc GAUTIER, entraîneur de Lège Cap Ferret, au micro de Philippe Osuna. 1/8è de finale de la Coupe Nouvelle Aquitaine: Cestas / Lège-Cap-Ferret (0-5). Réactions de Laurent ABRIBAT, l'entraîneur du SAG Cestas, Jordan MIGNON, le capitaine de l'US Lège-Cap-Ferret et Jean-Luc GAUTIER, l'entraîneur de l'US Lège-Cap-Ferret.
Lun. 22 Avr. 2019 : CYCLISME (Sports Magazine)

Cyclisme : 38è édition du Grand Prix Cycliste Lucien FOUCHY

Présentation de la 38è édition du Grand Prix Cycliste Lucien FOUCHY par Francis FOUCHY. L'événement se ... [la suite...]
écouter

Présentation de la 38è édition du Grand Prix Cycliste Lucien FOUCHY par Francis FOUCHY. L'événement se déroulera le dimanche 28 avril en partenariat avec ARL.
Lun. 22 Avr. 2019 : FOOTBALL - National 2 (Sports Magazine)

Football, National 2 : Après-match, Bergerac / Blois (2-1)

Réaction de Christophe FAUVEL, le président du Bergerac Périgord FC.
écouter
Lun. 22 Avr. 2019 : VOLLEY BALL - National (Sports Magazine)

Volley-Ball, Ligue B Masculine (Play-Off, 1/2 Finale Retour: Après Paris Volley / Saint Jean d'illac

Réaction de Stéphane HASSOUN, le président de Saint-Jean d'illac.


écouter
Lun. 22 Avr. 2019 : FOOTBALL - Coupe De La Région Nouvelle-Aquitaine (Sports Magazine)

Football, Coupe de la Région Nouvelle-Aquitaine : Après Limoges / Bassin d'Arcachon (1-2)

Réaction de Jérémy VIMES, l'attaquant et buteur du FC Bassin d'Arcachon.


écouter
Lun. 22 Avr. 2019 : FOOTBALL - National 2 (Sports Magazine)

Football, National 2 : Après-match, Stade Bordelais / Andrézieux (2-1)

Réactions d'Alexandre TORRES, l'entraineur du Stade Bordelais, et Alain FOURNIER, le président du Stade Bordelais.
écouter
Lun. 22 Avr. 2019 : RUGBY - Championnat Promotion Honneur (Sports Magazine)

Rugby Régional, 1/2 Finale de Promotion Honneur : Après-match, Saint Astier / Sainte Livrade (19-20)

Réaction d'Anthony TARRIT, l'entraineur-joueur du Stade Saint Livradais.
écouter

NIMES / BORDEAUX (2-1) : De l'espoir aux larmes...de Crocodile

Bordeaux n'en finit plus de chuter... Glanera-t-il d'autres points sur les cinq matches qui restent ? Il n'est pas interdit d'en ... [la suite...]
écouter

Bordeaux n'en finit plus de chuter... Glanera-t-il d'autres points sur les cinq matches qui restent ? Il n'est pas interdit d'en douter, vu le programme qui l'attend. Même lorsqu'ils mènent au score et que les stats semblent être en leur faveur (ils n'avaient jamais perdu cette saison en scorant les premiers hors de leurs bases et Nîmes n'avait jamais gagné chez lui en encaissant le premier but), les Marine et Blanc trouvent le moyen de rentrer chocolats de leurs expéditions, ce qui était cependant assez prévisible un week-end de Pâques...On plaisante certes, pour tenter de dédramatiser une situation pourtant pathétique, avec un terrible sentiment d'impuissance offensive une énième fois ressenti qui continue de poser problème. Les expériences et les repositionnements ont beau se succéder (Sousa avait à cet effet tenté quelques coups à Nîmes avec Sabaly à gauche, Lauray et Kamano sur le couloir droit), rien n'y fait, Bordeaux avance toujours au rythme d'un gastéropode et ne ferait pas de mal à une mouche, l'exception marseillaise mise à part, seul rayon de lumière dans une phase Retour désespérément insignifiante. Il est vrai qu'à leur décharge, la chance leur a résolument tourné le dos, dans un stade des Costières joliment garni, exception faite d'une tribune dont le quart avait été réservé au parcage des supporters girondins, nombreux à s'être déplacés pour cette première dans le Gard depuis 27 ans. Deux fois en effet le montant gauche de Paul Bernardoni a renvoyé les tentatives bordelaises, d'abord un coup franc monumental de 25 mètres magnifiquement enroulé par le régional de l'étape Nicolas De Préville (18e), né dans les Cévennes près d'Alès, puis une frappe à l'entrée de la surface très travaillée du pied droit d'Otavio vingt minutes plus tard (38e), à la conclusion d'un beau mouvement collectif orchestré côté gauche par Maja et De Préville, puis relayé intelligemment par Kamano. D'autant plus rageant qu'à ce moment-là du match, c'est bien Bordeaux qui avait l'emprise sur le jeu et accumulait les corners, sans pour autant en faire un usage très dangereux pour l'arrière garde des Crocodiles. Mais la rencontre était plaisante et assez rythmée, avec une nette opposition de styles, le Nîmes Olympique ayant retrouvé son 4-2-4 souvent utilisé cette année par Bernard Blaquart. Sur une action d'école côté gauche où les Girondins passaient assez souvent, Otavio avait lancé Sabaly, promu latéral gauche puisque le jeune Lauray avait de nouveau été titularisé à droite, dont le centre au cordeau trouvait Josh Maja, bien plus prompt que Miguel et Libohy réunis pour fusiller Bernardoni d'un plat du pied au premier poteau (0-1, 13e) et signer son premier but sous le maillot girondin pour sa première titularisation. Mais la joie bordelaise, comme à l'aller et comme trop d'autres fois cette année, allait être de courte durée quand, sur un coup-franc latéral de Bobichon, Koundé commettait une main, visiblement volontaire puisque le référé M.Batta lui infligeait illico un carton jaune. Pour la seconde fois en six jours et comme à St Etienne, Bordeaux commettait la même gaffe, sanctionnée de la même façon par une Panenka osée du métronome gardois Teji Savanier, meilleur joueur sur le terrain ce samedi (1-1, 16e, en photo). A la pause, la partage des points restait quand même un moindre mal pour les locaux, qui avaient surtout profité de l'imprécision bordelaise dans la dernière passe, malgré des contres plutôt bien amorcés, mais toujours aussi mal terminés. Après la pause agrumes en revanche, le décor changeait singulièrement, après la sortie sur blessure de Maja dans le temps additionnel de la première mi-temps, remplacé par Briand. Le rythme tombait sensiblement et les accrochages se faisaient un peu plus nombreux, Jovanovic étant déjà passé tout près du carton rouge sur une grosse faute sur Bozok en première période (28e). Nîmes ne mettait le nez à la fenêtre que sur des coups de pied arrêtés, tendon d'Achille des Girondins, et pourtant cela allait suffire aux Gardois pour rafler leur 4e succès en cinq sorties aux Costières. Un ballon mal dégagé devant la surface et le remplaçant Valls, fraîchement entré en jeu, tentait sa chance de 20 mètres, Costil sortait son unique arrêt du second acte en mettant le ballon en corner. Mais le second corner qui suivait cette action était le bon, quand Renaud Ripart, latéral droit pour ce match mais attaquant de formation, surgissait au milieu d'une défense aux abonnés absents, entre Lauray et Briand qui se faisaient des politesses, pour reprendre de la tête l'offrande de Savanier. Costil avait beau se détendre, le ballon entrait avec la complicité...du poteau (2-1, 62e). C'en était trop pour une formation bordelaise alors quelque peu démobilisée et incapable de redonner du rythme au jeu, malgré quelques appels ou efforts isolés de Briand ou de Kamano aux avant-postes, le Guinéen s'offrant une percée de 70 mètres contrée in extremis par Maouassa avant que le ballon ne revienne au second poteau sur Poundjé dont la volée instantanée était déviée par Ripart en corner (72e). La dernière chance girondine de ne pas subir une 10e défaite à l'extérieur (la 13e au total sur l'exercice) venait de passer. Pourtant moins souverain et inspiré qu'au match aller au Matmut, le Nîmes Olympique s'imposait pour la 8e fois sur sa pelouse et décrochait un succès presque historique sur les Girondins, le premier acquis à domicile face à cette équipe depuis quasiment 40 ans. Bordeaux, après avoir espéré un 3e succès hors de ses bases qui n'arrivera donc probablement pas cette année, n'avait plus que des larmes de crocodiles à verser sur cette défaite, qu'il n'aurait jamais dû concéder avec simplement un peu plus de rigueur défensive sur les phases où il reste d'une faiblesse criante, Nîmes lui ayant inscrit ses 20e et 21e buts de la saison encaissés sur coups de pied arrêtés. Plus qu'une faiblesse, un véritable syndrome, puisqu'aucune autre équipe de L1 n'a fait pire, et l'on se demande si un jour, cette formation apprendra enfin de ses erreurs et parviendra à rectifier le tir, tant elles se repètent au fil des mois, voire des saisons, comme si elles s'inscrivaient dans son ADN... Les mal classés continuant de mener la révolte (sauf Guingamp, grand perdant du jour et désormais en situation critique), les Girondins, que l'on a un peu trop vite déclaré assurés du maintien mais qui n'ont marqué que 3 points en 3 matches quand Dijon, barragiste, en prenait 7 sur la même période et Caen 6 sur ses 4 derniers matches, ont tout de même intérêt à surveiller leur rétroviseur sur les 15 unités qui restent à distribuer...Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade des Costières à Nîmes, écoutez les réactions des deux coaches, Paulo SOUSA (FCGB) et Bernard BLAQUART (Nîmes Olympique), François KAMANO, l'attaquant des Girondins, le capitaine et arrière latéral droit auteur du but de la victoire Renaud RIPART, attaquant de formation, et le jeune (21 ans) arrière latéral gauche du Nîmes Olympique Faitout MAOUASSA. D'autres réactions et le debrief du match à écouter ce lundi 22 avril dans Sports Magazine à partir de 18h30.

Ligue 1 (33e journée) : Nîmes / Bordeaux (2-1) Le meilleur du direct !

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie en direct du stade des Costières à ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match ! Avec les commentaires de Christophe Monzie en direct du stade des Costières à Nîmes.

Ligue 1 (33e journée) : Avant Nîmes / Bordeaux : Après le Chaudron, les Crocodiles...

En se rendant à Amiens le 31 mars dernier, les Girondins, on s'en souvient, réalisaient une première en allant ... [la suite...]
écouter

En se rendant à Amiens le 31 mars dernier, les Girondins, on s'en souvient, réalisaient une première en allant défier cet adversaire chez lui pour la première fois depuis 70 ans. Le déplacement en terre gardoise ne sera certes pas aussi historique ce samedi, mais il faut tout de même remonter 26 ans en arrière pour trouver trace de la dernière opposition entre Nîmois et Bordelais dans la cité de la Maison Carrée (30 janvier 1993). Ce soir-là, le Bordeaux de Rolland Courbis, Gaétan Huard, Bixente Lizarazu et de deux jeunes qui débutaient sous le maillot au scapulaire, Dugarry et Zidane (20 ans chacun) avait tenu tête à la formation de Michel Mézy (0-0), au sein de laquelle évoluait déjà un certain Laurent Blanc. C'était dans le nouveau stade des Costières fort de ses grilles anti-panique, inauguré 3 ans et demi plus tôt en mai 1989. Et il faut remonter beaucoup plus loin dans le temps pour la dernière défaite girondine dans le Gard, le 17 août 1979, dans le vieux stade Jean Bouin flanqué de sa tribune en bois antédiluvienne, traquenard redouté de toutes les équipes de D1 à l'époque, où le Bordeaux de Luis Carniglia, Lacombe, Giresse, Gemmrich et du regretté Omar Sahnoun, disparu au terme de cette saison-là, le 21 avril 1980 (il y aura donc ce samedi 39 ans, quasiment jour pour jour) avait lui aussi cédé en fin de match sur un doublé de Gilbert Marguerite (2-0). Cuits à point dans le chaudron stéphanois, les Girondins éviteront-ils maintenant les crocs des Crocos nîmois, ou joueront-ils encore les tendres agneaux qu'ils ont été trop souvent cette saison loin de leurs bases ? Le challenge de ne pas être la première équipe à perdre dans le Gard depuis près de 40 ans devrait bien constituer une aussi belle carotte que celui de rester invaincus chez eux contre l'OM depuis aussi longtemps. Or, on sait quel coeur ils mirent à l'ouvrage il y a une quinzaine de jours, pour prolonger cette série d'une année. Les retours de suspension de De Préville et Jovanovic devraient redonner à cette formation un peu de la rigueur défensive et de la percussion offensive qui leur ont tant fait défaut à St Etienne, même si Kalu et Pablo manqueront encore à l'appel, comme Tchouameni et Cornelius, bien sûr, dont la saison est terminée. Mais les partenaires de Paul Bernardoni et de l'excellent Teji Savanier (suspendu au match aller le 16 septembre dernier au Matmut où Bordeaux, menant deux fois au score, avait été incapable de battre ce promu aux dents de crocodiles bien assez longues) restent dans leur antre des Costières sur une série impressionnante de 3 victoires et un nul, alors que Bordeaux n'a gagné aucun de ses sept derniers matches à l'extérieur...Alors, les Girondins caleront-ils devant le Pont du Gard, ou auront-ils la peau de leurs hôtes, pour les transformer en...sac à main ? Ecoutez les réactions du milieu de terrain croate Toma BASIC (en photo), pour sa première interview en français, et Paulo SOUSA, l'entraineur du FCGB, au micro de Christophe Monzie. Pour entendre également des réactions nîmoises d'avant-match, rendez-vous dans nos journaux de ce vendredi 19 avril, puis dans Le Week-End en Sport à partir de 18h30 (où les invités d'honneur de Top Girondins au micro de Jérémy Berrié seront le gardien de but des Crocodiles, Paul BERNARDONI, qui appartient au FCGB, et le journaliste de RMC Jean-Jacques BOURDIN), puis ce samedi 20 avril dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h15. Coup d'envoi : 20 heures, commentaires de Christophe Monzie.

Match à suivre sur toutes nos fréquences, en direct intégral du stade des Costières à Nîmes, ainsi que sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) à télécharger sur votre téléphone !
Ven. 19 Avr. 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 ()

Top Girondins : Emission du vendredi 19 Avril 2019

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les ... [la suite...]
écouter

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les invités de la deuxième partie étaient : Nando CHACHALANA et Alexandre POIRIER.
Ven. 19 Avr. 2019 : FOOTBALL - Ligue 1 ()

Top Girondins : Emission du vendredi 19 Avril 2019

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les ... [la suite...]
écouter

"Top Girondins", chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié et Philippe Osuna. Les invités de la première partie étaient : Paul BERNARDONI, le gardien de but du FC Girondins de Bordeaux de 2015 à 2017 et cette saison au Nîmes Olympique, et Jean-Jacques Bourdin, journaliste RMC.
Ven. 19 Avr. 2019 : ROLLER HOCKEY - National (Le Week-end en sport)

Roller Hockey, Nationale 2 : Avant Saint-Médard / Anglet

Présentation de ce match avec Philippe CHAMON, le président de Saint-Médard.


écouter