Actualités régionales

Covid-19 : le point en Nouvelle-Aquitaine

23 mars 2020 à 05h34 Par Gwladys Lescouzères

Un mort et 87 nouveaux cas en Nouvelle Aquitaine : l’ARS a dévoilé son nouveau bilan quotidien hier. Le nombre de cas confirmés grimpe à 593 et la région compte désormais 8 décès depuis le début de l’épidémie. C’est dans les Deux-Sèvres qu’une femme est décédée. Elle était âgée de 86 ans. En Lot-et-Garonne, on compte désormais 65 cas, 106 en Gironde.

Sur le plan national : le nombre de morts a bondi, pour atteindre 674. Ce bilan ne prend en compte que les patients décédés à l’hôpital, pas ceux morts en Ehpad ou chez eux. Le nombre de patients hospitalisés a atteint 7 240, dont 1 746 cas graves en réanimation.

Verdict confinement aujourd'hui

Le Conseil Scientifique créé pour répondre à la crise sanitaire doit se prononcer sur "la durée" et "l’étendue" du confinement aujourd'hui. Il devrait être prolongé au delà du 31 mars et les mesures devraient être renforcées et clarifiées concernant notamment les activités physiques et les marchés. Le Parlement, lui, a adopté hier soir, par un ultime vote de l’Assemblée Nationale, le projet de loi permettant l’instauration d’un "état d’urgence sanitaire" de deux mois face à l’épidémie du coronavirus.

A Marmande notamment, hier lors d'un Facebook Live le maire Daniel Benquet, qui est aussi médecin généraliste, a annoncé la mise en place d'un couvre-feu à partir de mercredi matin.

Écouter le podcast

Les mobilisations et actions de solidarité se multiplient

Exemple avec la député Véronique Hammerer. Elle lance un appel aux mairies qui auraient garder des masques de la crise H1N1 de 2009. La maison des services au public située à Blaye a un stock limité et en a vraiment besoin pour équiper son personnel.

Autre secteur qui se retrouve en première ligne : les pompes funèbres. Secteur où exerce Alain. Bordelais, il travaille dans une célèbre enseigne. Alors, pour l'instant lui et ses collègues sont équipés mais la situation n'est pas facile à gérer, ces professionnels se sentent oubliés.

Écouter le podcast

Les ambulanciers sont aussi en première ligne, c'est le cas de Pierre. Il réside à Eysines et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il se sent abandonné par l'Etat et les médias.

Écouter le podcast

Le personnel soignant du CHU de Bordeaux lance une cagnotte pour récolter des fonds afin de pouvoir s'équiper en matériel et notamment en respirateurs pour mieux lutter contre le virus. RDV ici.

La solidarité s'organise aussi pour les sans domicile fixe. Une auberge de jeunesse vient d'ouvrir pour héberger des familles à la rue. Elles sont sept, accompagnées aussi par dix-sept personnes isolées. Nous vous rappelons qu'en Gironde, la fin de la trêve hivernale a été reportée de deux mois permettant de conserver 166 places d'hébergement d'urgence. Elles s'ajoutent aux 1587 lits disponibles dans le département pour l'accueil des personnes à la rue.