Girondins de Bordeaux

FOOTBALL, L1 (24E JOURNÉE) : AVANT METZ / BORDEAUX : A Metz, la Grand'Messe ou...l'extrême onction pour les Girondins ?

08 février 2020 à 00h30 Par Dorian Malvesin & Christophe Monzie
Enock Kwateng, excellent depuis 3 matches, entend bien s'affirmer au poste de latéral droit et mener Bordeaux vers un succès en Lorraine
Crédit photo : Dorian Malvesin ARL

Montrer de la fierté ou capituler, tel sera le défi des Girondins ce samedi en Lorraine pour ce 3e match en 6 jours, et effacer la sale impression laissée à Brest. Une homme sera à surveiller, le buteur messin Habib Diallo, chez une formation devenue redoutable à domicile ces derniers mois et auteur d'un nul mérité à Montpellier ce mercredi (1-1). Mais pour ne pas complètement décrocher de la course à l'Europe, les Marine et Blanc, qui ont déjà trop gâché, savent qu'ils n'ont plus le choix...

Comme il brillera encore ce samedi (mais avec quelques degrés Celsius de moins), le soleil avait brillé de mille feux en cette soirée quasi-estivale du 19 mai 2018, consacrant le baisser de rideau d'un exercice où la bande à Gustavo Poyet, sur la lancée d'un printemps traversé pied au plancher avec une incroyable série de 6 victoires consécutives, était venue décrocher in extremis, démonstration de réalisme et grand'..Messe à l'appui (4-0 avec les derniers buts en Marine et Blanc de Malcom et Braithwaite, deux artisans de ce final magistral), un billet inespéré pour les tours préliminaires de l'Europa League, quand les Girondins étaient relégables cinq mois plus tôt au terme d'un décembre noir rappelant singulièrement celui de cette saison. Le FC Metz, lui, hors du coup du début à la fin de l'épreuve, en terminait avec un long chemin de croix (et elle n'était pas de Lorraine...), fixé depuis belle lurette sur son sort et sa descente en Ligue 2 où il n'allait pas moisir, remontant illico un an plus tard avec un titre de champion (photo additionnelle), titre qui s'ajoutait aux autres riches heures des Grenat, comme cette Coupe de France brandie en 1988 par Jean-Louis Zanon et Philippe Hinschberger (photo additionnelle) 4 ans après la précédente sous la férule d'un entraîneur presque canonisé, Marcel Husson, ou celle de la Ligue décrochée en 1996 par la formation du capitaine Sylvain Kastendeuch, sous le regard de Noël le Graët et Philippe Séguin. Des images éternelles qui trônent en bonne place sous la tribune Nord de l'enceinte, actuellement en rénovation...Aujourd'hui, 20 mois plus tard, la Moselle a coulé sous les ponts de l'antique cité marchande et militaire et beaucoup de choses ont changé : instruit de ses erreurs, le FC Metz est désormais assez loin de la Ligue 2, et Bordeaux est assez loin de la Coupe d'Europe...Pour ne pas la perdre totalement de sa ligne de mire, le FCGB, qui a grillé bêtement un énième joker à Brest, sait ce qu'il lui reste à faire : gagner chez une équipe dont les débuts furent laborieux cet été, mais qui a appris vite en se renforçant judicieusement (Pajot est également arrivé au mercato, prêté par St Etienne), qui reste sur 3 victoires consécutives en L1 et n'a plus perdu chez elle depuis le 4 décembre (0-1 contre Rennes), avec un buteur, un vrai, Habib Diallo (12 buts à ce jour) - du type que celui que les Girondins n'ont plus depuis Diabaté - qui a pris l'habitude de marquer à chaque fois ou presque que sa formation trouve le chemin des filets, sauf à Montpellier ce mercredi (1-1). Paulo Sousa, qui n'a pas aimé l'inefficacité et surtout la désinvolture affichée par certains de ses joueurs ce mercredi en Bretagne, a décidé de faire des coupes sombres et de convoquer des combattants. Quel que soit leur âge et leur expérience, pourvu que l'état d'esprit corresponde à ses exigences, d'où l'apparition dans le groupe des 20 des jeunes Zerkane et Sow, et un temps de jeu plus conséquent qui pourrait être donné à la dernière recrue Ruben Pardo. On se gardera bien d'en blâmer le technicien lusitanien. En passant par la Lorraine, Bordeaux, qui aura essayé tous les leviers et formules possibles, serait donc bien inspiré de n'en pas rentrer bredouille avec au final 2 misérables points sur ses 3 matches de la semaine, alors qu'il aurait pu ou dû battre l'OM et plus encore Brest. Faute de quoi, en matière de rêve européen cette année et à force de le voir toujours retomber dans les mêmes travers, il serait plutôt question d'une extrême onction, avant d'emballer dans les règles de l'art, entre quatre planches, une autre illusion perdue...Bref, si ce n'est pas encore le match de la dernière chance, cela y ressemble tout de même beaucoup. Ecoutez les réactions de Paulo SOUSA, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, d'Enock KWATENG (en photo principale) le défenseur droit du FCGB, au micro de Dorian Malvesin, et Vincent HOGNON, l'entraîneur du FC Metz, Dylan BRONN (en photos ci-dessous), le défenseur international tunisien du FC Metz, arrivé au mercato hivernal de La Gantoise (Belgique), au micro de Christophe Monzie. Rendez-vous ce vendredi 7 février 2020 dans Le Week-End en Sport à partir de 19h, puis samedi 8 février 2020 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h10. Coup d'envoi : 20h, commentaires de Christophe Monzie.

Match à suivre sur toutes nos fréquences, en direct intégral du stade Saint Symphorien à Metz, sur notre site internet et sur la nouvelle appli ARL (gratuite, à télécharger sur votre mobile), en duplex avec les meilleurs moments du derby de basket lot-et-garonnais de Nationale 2 Messieurs ASPTT Garonne BC / Agen BC en direct de Meilhan/Garonne, commentaires de Jérémy Cazemajou.

📻 Pour écouter Metz / Girondins de Bordeaux, ce samedi 8 février 2020 à 20h00.

96.2 FM à Bordeaux - 92.9 FM à Langon - 95.9 FM à Libourne - 98.1 FM à Agen/Nérac - 90.0 FM à Marmande/Tonneins 💻 arlfm.com 📱 L'appli : "ARL"

Paulo SOUSA

Enock KWATENG

Réaction de Vincent HOGNON

Réaction de Dylan BRONN

Photos