Football (Ligue 1, 13e journée) : Bordeaux / Brest (1-0) : Le tonnerre gronde aussi à Bordeaux, enfin...


06 décembre 2020

Ils sont donc entrés dans l'Histoire, enfin, mais l'histoire de cette saison 2020-2021 à nulle autre pareille se souviendra sans doute davantage du Coronavirus que de cette performance, hélas. Et pourtant...En battant fort logiquement Brest, mais à la force du poignet et sur un énième rush solitaire de leur joueur le plus incisif, les Girondins, privés en dernière minute de Laurent Koscielny (sciatique) remplacé au pied levé par un excellent Pablo, ont renoué avec le succès en Gironde face à une équipe qui leur dansait sur le dos depuis 1989, excusez du peu... Tout comme à Paris, où ils revinrent au score en seconde période, ou contre Nîmes au Matmut où la délivrance n'était venue qu'à 10 minutes de la fin, les Marine et Blanc, qui vont nettement mieux qu'il y a un mois, auront eu le grand mérite d'être patients et de ne pas déjouer au fil des minutes face à un sort qui leur semblait de plus en plus contraire. Stoppés dans leur élan après 3 nettes victoires consécutives, les Finistériens ont longtemps cru décrocher leur premier match nul de la saison, qui eût été flatteur, même si la volée victorieuse de l'ex-girondin Paul Lasne toujours efficace contre son club formateur, jaillissant dans le dos d'un Paul Baysse un peu court sur un coup-franc d'Honorat sanctionnant une faute de Zerkane loin d'être évidente, aurait sans doute changé la face de la rencontre (51e), quand bien même cette réussite des visiteurs serait-elle intervenue contre le cours du jeu. Mais l'ex-girondin et montpelliérain était en position de hors-jeu de quelques centimètres, le VAR sauvant les Girondins sur ce coup. Et tant mieux, car dans ce match pourtant ouvert, assez riche d'occasions et plutôt agréable à suivre, il fut vite évident que le premier qui marquerait prendrait une option quasi-décisive, tant les gardiens et les défenses semblaient décidés à se montrer intraitables. Un tournant pour les Bretons, donc, mais un autre était survenu aussi pour les Bordelais en tout début de match, quand sur un exploit de Hwang Ui-Jo déposant deux défenseurs en pleine surface, Maja au point de penalty avait vu sa talonnade repoussée dans l'axe par la défense bretonne. Zerkane, qui est en train peu à peu de se faire une place dans l'entrejeu girondin, avait repris sans contrôler au point de penalty, mais sa frappe ricochait sur...les deux poteaux du but de Larsonneur, battu sur ce coup de billard (4e). Avec un bloc positionné assez haut, les Girondins campaient dans la moitié de terrain finistérienne et conservaient la maîtrise du ballon. Sur une touche anodine mal contrôlé par Cardona, Maja s'en allait balle au pied, mais au lieu de servir Basic, écrasait sa frappe du gauche, inoffensive pour Larsonneur (14e). Ce qui n'empêchait pas les visiteurs de se montrer dangereux à chacun de leurs rares contres, comme celui de la 23e minute où Baysse, du talon, sauvait un centre fuyant de Faivre venu de la droite, sur un service en profondeur de Perraud. Bordeaux reprenait sa domination et Hwang, servi dos au but à 20 mètres par Benito, enroulait sa frappe instantanée en pivot qui frôlait la lucarne gauche du but breton (29e), après que Larsonneur, sur un des nombreux corners girondins tiré de la droite par Ben Arfa, eût été sauvé par Mounié quasiment sur sa ligne de but (27e). Mais Brest continuait de donner le change, sans jamais fermer le jeu, et Faivre, pas attaqué aux 20 mètres, obligeait Costil à un arrêt en deux temps sur une frappe à ras de terre (37e). Les Girondins ne parvenaient malheureusement pas à tirer profit de leurs nombreux coups de pied arrêtés, qu'il s'agisse de corners ou de coups-francs, le plus souvent obtenus par Ben Arfa. A la reprise, la recrue bordelaise lançait idéalement Hwang mais le Coréen, après avoir réussi le plus difficile (contrôle en extension) manquait le plus simple sur son lob sur Larsonneur qui, du bout des doigts, parvenait à dévier en corner (49e). Venait ensuite le but refusé aux Bretons dans les conditions précitées, qui avait le mérite de réveiller les Marine et Blanc. Leur plus nette occasion du second acte arrivait sur une nouvelle percée de Ben Arfa côté droit, mal repoussée dans l'axe par Perraud. Basic récupérait et réussissait l'enchaînement parfait contrôle/volée du gauche, mais ce diable de Larsonneur se détendait à l'horizontale pour dévier sur sa gauche le ballon en corner. Sur celui-ci, tiré par HBA, Cardona renvoyait à son tour dans l'axe, sur Sabaly dont la volée du gauche qui filait en lucarne était boxée par Larsonneur. Hwang se précipitait côté gauche mais frappait trop fort et largement au-dessus au lieu de placer son ballon en finesse, seul à 6 mètres du but (59e). Cette triple occasion consacrait la domination totale des Girondins à ce moment du match (65% de possession) face à des Brestois à la limite de la rupture, et Youssouf Sabaly, un des meilleurs bordelais en ce dimanche avec Ben Arfa, Pablo et Baysse, devançait Duverne sur son aile avant de centrer en retrait sur De Préville, tout juste entré en jeu en compagnie de Briand. Mais la reprise enroulée du droit de l'ex-Rémois venait mourir sur la transversale de Larsonneur, cette fois-ci battu (68e). Puis Ben Arfa donnait encore le tournis à Duverne avant d'expédier une frappe en feuille morte juste derrière la transversale (70e). L'ancien international remettait le couvert trois minutes après sans être plus précis (73e), mais la récompense allait finir par arriver. Adli, entré en jeu lui aussi à la place de Basic (68e) profitait d'un ballon perdu par Battocchio et chipé par Briand, puis décalait Ben Arfa sur la droite, qui contournait Perraud à l'entrée de la surface avant de repiquer dans l'axe. Sa frappe à ras de terre du gauche, loin d'être la plus belle de l'après-midi, mais savamment placée (et sans doute déviée au passage) surprenait enfin Larsonneur sur sa gauche, dans le soupirail (1-0, 84e). Amplement mérité pour des Girondins qui avaient tout tenté jusque là malgré une scoumoune tenace, et voulaient en finir avec la série noire plus haut citée. Un second but pour HBA qui ressemblait assez, dans sa préparation, à celui de la victoire à Rennes deux semaines plus tôt, avec une frappe d'une précision chirurgicale. Malgré une dernière frayeur dans la surface bordelaise et un télescopage au second poteau sur un ballon fuyant entre Chardonnet, monté aux avant-postes, et Poundjé, qui venait d'entrer en jeu (93e) qui incita les Bretons à faire pression pour réclamer en vain un penalty à M.Schneider, Bordeaux réalisait un nouveau clean-sheet et empochait sa 5e victoire de la saison, la 3e au Matmut Atlantique, dans la droite ligne des qualités affichées à Rennes et à Paris. Cette combativité retrouvée et cette belle série qui s'amorce (7 points en 3 rencontres, du jamais vu depuis un an), même si elle repose en grande partie sur un Ben Arfa qui monte en puissance et tire quelques-uns de ses coéquipiers vers le haut, ne seront pas de trop pour aller défier dans son antre le 13 décembre l'européen lillois (match à suivre en direct intégral sur nos ondes), second au classement après son succès sur Monaco (2-1) un peu plus tôt dans l'après-midi. Et c'est à la trêve de Noël, au lendemain du match face à une autre bête noire, Reims, que l'on saura avec un peu plus de précision ce dont Bordeaux peut raisonnablement rêver cette saison.

Ecoutez les réactions de Jean-Louis GASSET (en intégralité), l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, Gauthier LARSONNEUR, le gardien de but du Stade Brestois, OTAVIO, le milieu de terrain brésilien du FC Girondins de Bordeaux, et Olivier DALL'OGLIO (en photos additionnelles), l'entraîneur du Stade Brestois au micro de Christophe Monzie, qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le Matmut Atlantique à Bordeaux aux côtés de Laurent Brun.

Réaction de Jean-Louis Gasset

Réaction de Gauthier Larsonneur

Réaction d'Otavio

Réaction d'Olivier Dall'Oglio