Football (Ligue 1, 19e journée) : Avant Bordeaux / Lorient : Ce serait le crime de Lorient, express...


09 janvier 2021

Alors, imaginons justement. Imaginons qu'à l'amorce de la nouvelle année se produise ce déclic que Jean-Louis Gasset, et avec lui l'ensemble du club et des supporters, appellent de tous leurs voeux (c'est encore le moment d'en formuler). Imaginons que Bordeaux réalise l'entame idéale face à des Bretons encore tout estourbis par le coup de tabac monégasque de ce mercredi soir sur leur pelouse synthétique du Moustoir, qui prit forme et violence surtout après l'expulsion sévère de Delaplace pour un tirage de maillot, dès la reprise, alors que les deux équipes se neutralisaient (1-1 à cet instant). Imaginons que les attaquants retrouvent la mire et que dix minutes, les premières, suffisent aux Marine et Blanc pour occire l'opposant du jour, en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Ce serait le crime de Lorient, express...en toute sportivité, bien entendu. Vite fait, bien fait. Du travail de pro(s), en somme...

Sombres perspectives économiques...

Ce serait surtout la première victoire à domicile depuis le 6 décembre, après deux soirées de bienfaisance, où St Etienne puis Reims, deux mendiants à la barbe rèche, au profil hirsute, à l'escarcelle bien creuse et sans festin depuis plusieurs Lunes, s'en sont repartis de Gironde rasés de frais, le cheveu lisse et la bouche vermeille, sans avoir bourse délié, ragaillardis comme jamais, par la seule grâce de leurs hôtes du soir, coiffeurs gratis comme on n'en trouve plus. Depuis lors, les consignes sur la conduite à tenir ont sensiblement évolué, presque aussi vite que celles venues de l'Elysée. Même si l'heure du coup d'envoi de cette rencontre dépassera largement celle du couvre-feu, ce ne sera pas une raison pour remiser les flingues au râtelier...Le seul virus que les Girondins aient intérêt à attraper désormais est celui de la gagne (aussi connu sous le nom de "casta" dans sa version languedocienne mutante), de préférence à domicile, même s'il n'y a toujours, pour l'heure, aucun supporter ni aucune banderolle dans leur grand stade pour les en remercier, ceci expliquant peut-être cela... La prolongation de 3 ans de Paul Baysse, premier des 7 joueurs en fin de contrat à avoir paraphé de nouveau son avenir en Marine et Blanc ce vendredi, et qui n'a sûrement pas oublié où il en était il y a un an à pareille époque, résonne - ou doit en tout cas résonner - comme un appel à une plus forte implication de tous ses coéquipiers vers un but commun, qui devra mener les Girondins lors de la phase Retour : remettre Bordeaux à la place qui est la sienne dans le football français et que, sur le papier, il semble avoir les moyens de retrouver. Même sans Hatem Ben Arfa, son Monsieur Plus, out pour au moins les deux prochaines semaines (mais il y a eu une vie et aussi des victoires avant lui), et quelques autres joueurs blessés à des degrés divers, dont la liste s'allonge bien assez vite. Bref, en d'autres termes, on ne doit plus désormais revoir les gabegies de St Etienne, de Reims, ou les démissions de Lens ou de Monaco. Et ceci quand bien même les perspectives économiques plutôt peu réjouissantes (26 licenciements en vue, annoncés ce 8 janvier, pour tenter d'endiguer le déficit quasi-structurel du club, pire aujourd'hui que l'été dernier quand King Street l'avait épongé devant la DNACG à hauteur de près de 28 millions d'euros) annoncées par Alain Roche pourraient légitimement inciter des joueurs à réfléchir à un autre plan de carrière. Sportivement parlant, en tout cas, s'il parvient à se reconcentrer sur les urgences du moment, l'allure modérée de ses rivaux du ventre mou fait que malgré tout ce gâchis et les 15 points laissés au Matmut jusqu'ici, Bordeaux dispose encore d'un énième joker, peut sauver sa saison et surtout lui donner du sens. En attendant son entrée début février, face à l'un des voisins Toulouse ou Niort (L2) dans un autre challenge aux contours tellement inédits qu'on n'ose plus l'appeler par le nom qu'elle porte depuis 1919, dans une Coupe qui n'aura jamais été aussi biseautée que cette saison.

Lorient dressera-t-il des remparts ?

A la lumière du camouflet de ce mercredi, il est permis de supposer que Christophe Pellissier le coach breton déclenchera le plan Orsec pour ce voyage en Gironde afin d'enrayer l'hémorragie défensive avec une défense renforcée (sans Delaplace, automatiquement suspendu, mais également sans son défenseur central Julien Laporte, positif au Covid). L'attaque des Merlus sera elle aussi décimée par le virus puisque Adrian Grbic, Pierre-Yves Hamel et le meilleur buteur Yoane Wissa (5 buts) devront rester en isolement et ne seront pas du voyage, dans un effectif jusqu'ici plutôt épargné par la pandémie. Mais la plus grosse erreur des Girondins (privés de leur côté de Ben Arfa, Poundjé et Zerkane) serait de croire que le FCL sera du coup une proie facile, même s'ils ont battu les Merlus 11 fois au cours des...12 dernières réceptions (un seul nul, 1-1 en mars 2013 où Ludovic Obraniak avait évité aux siens une première défaite à domicile dans l'Histoire, à 2 minutes de la fin). Ce serait la meilleure façon de se prendre encore une fois les pieds dans le tapis. 

Un tapis venu de L'Orient, cela va sans dire...

Ecoutez les réactions de Jean-Louis GASSET, l'entraîneur du Football Club des Girondins de Bordeaux, et Youssouf SABALY, le défenseur latéral droit du FC Girondins de Bordeaux au micro de Christophe Monzie.

Réaction de Jean-Louis Gasset

En direct du Matmut Atlantique à Bordeaux-Lac, suivez la rencontre FC GIRONDINS DE BORDEAUX / FC LORIENT, 19e et dernière journée Aller de Ligue 1. Juste après le match de Top 14 Castres / SU Agen en direct de Castres, ne manquez pas le mag d'avant-match dans Top Chrono à partir de 20h20, avec des invités bordelais et lorientais, puis le coup d'envoi à 21h, commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

Sont pour l'instant à l'infirmerie : BEN ARFA, ZERKANE, POUNDJE, MEXER, JOVANOVIC et MANDANDA.

Match à suivre en direct intégral sur toutes nos fréquences, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli " Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone.