Sports

Football, Ligue 1 (2e journée) : Angers / Bordeaux (0-2) : Vite fait, bien fait, la "casta" en plus...

30 août 2020 à 19h01 Par Dominique Darriet & Christophe Monzie
Crédit photo : ARL Christophe Monzie

"Castatrophiques" peut-être, mais assurément pas catastrophiques, et tant mieux ; réalistes et dominateurs dans presque tous les secteurs du jeu sous la pluie angevine, les Girondins ont plié l'affaire en deux minutes, par Maja (25e) puis Basic (27e). Un KO dont le SCO, malgré une 2e période courageuse ne s'est jamais remis. Le plus net succès bordelais en terre angevine depuis une éternité, qui concrétise la montée en puissance des Girondins.

Jean-Louis Gasset tient donc sa première victoire depuis son arrivée en Gironde aux commandes de l'équipe fanion. Une victoire acquise en terrain hostile avec la fameuse "casta", cette détermination et cette force mentale qu'il appelait de tous ses voeux en conférence de presse deux jours plus tôt, et que Bordeaux a su afficher, à l'inverse du match disputé un an plus tôt sur ce même terrain au cours duquel, menant au score comme en ce dimanche, il s'était liquéfié en un peu moins de 20 minutes (défaite 3-1). Preuve que quelque chose est sans doute - déjà - en train de changer dans les têtes girondines. Mais la combativité n'aura pas été la seule vertu qui a offert aux Girondins ce premier succès de la saison. Ils ont en effet affiché aussi une maîtrise technique incontestable, hormis lors d'une entame un peu laborieuse où le SCO n'a pas su saisir sa chance, le capitaine Traoré seul dans la surface mais mal positionné par rapport au ballon, frappant heureusement au-dessus sur une passe en retrait de Thioub qui venait d'enrhumer trois bordelais (6e). Par la suite, le diesel girondin s'est mis en marche, a commencé à trouver des espaces dans la profondeur, profitant des montées répétées mais parfois imprudentes des deux latéraux Bamba et Doumbia, et à accumuler les corners, le plus souvent sur le coté droit. Le plus chaud d'entre eux survient à la suite d'une ouverture de Koscielny plein axe pour De Préville, parti dans le coeur de la défense défier Bernardoni du plat du pied droit (17e), mais le portier angevin, qui retrouvait son ancien club sortit vainqueur de son duel, puis s'interposa encore dans les airs sur le corner qui suivit. Mais Bordeaux insistait et une montée décidée de Sabaly sur le flanc droit permettait à De Préville d'obtenir un nouveau corner concédé par Bamba, le premier du match tiré de la gauche...qui allait être le bon. Koscielny, encore impérial en ce dimanche, s'élevait plus haut que tout le monde pour redresser le ballon de la tête sur Maja, seul à 3 mètres du but, dont la reprise de plein fouet faisait mouche (0-1, 25e). A peine le temps de réengager et le haut pressing bordelais faisait encore merveille quand le SCO perdait le ballon au milieu du terrain, Hwang menait le contre côté droit, mais Thioub en taclant le Coréen, offrait bien involontairement une passe décisive à Basic, excellent lui aussi, qui parvenait à éviter Traoré avant d'ajuster posément Bernardoni du plat du pied, resté bloqué sur ses appuis (0-2, 27e). Le 4e but du Croate en Ligue 1, plus un autre inscrit à Dijon en Coupe de la Ligue il y a deux saisons. En deux minutes, pas davantage, Bordeaux venait de réussir le KO parfait. Un KO dont les Scoïstes, malgré une réaction immédiate (2 corners sans résultat) mirent du temps à se remettre. La seule réelle menace angevine avant la pause arriva sur ce centre de Kanga de la gauche, dévié au départ par Baysse, qui loba Benito au second poteau. Mais Fulgini, certainement l'angevin le plus actif de ce premier acte, tergiversa au lieu de frapper, et préféra servir en retrait Thioub qui glissa sur la pelouse, compieusement arrosée il est vrai lors des 45 minutes initiales (32e). A la reprise, les Blanc et Noir se remirent à l'ouvrage, mais le quadrillage parfait des Marine et blanc et leur faculté à mener des contres incisifs (quand ils n'étaient pas brisés dans l'oeuf par une multitude de petite fautes des angevins à 60 mètres de leur but dès l'amorce du contre, que M.Abed ne sanctionna pas assez sévèrement) maintenait la menace d'un troisième but girondin qui aurait définitivement scellé le sort du match. Hwang fut à deux doigts de l'inscrire quand sa reprise de plein fouet seul au second poteau à la réception d'un centre de la gauche d'Oudin, trouva Bernardoni sur la trajectoire (53e). Bordeaux relâcha alors quelque peu sa vigilance, ce qui offrit à Fulgini, d'une tête guère appuyée sur un centre de Mangani, l'occasion d'adresser la première tentative angevine cadrée de la rencontre (62e). L'alerte fut plus sérieuse la minute suivante quand Costil ferma bien l'angle et repoussa des deux poings un tir tendu d'El Melali (63e). Vint ensuite le carton jaune surréaliste infligé à Basic pour une peccadille sur sa seule faute du match (65e), à peine moins scandaleux que celui reçu par Oudin (37e) coupable de s'être vengé sur Thioub après une grosse faute non sifflée sur lui, alors que les Angevins, largement en tête dans ce domaine à cet instant (De Préville passa par exemple de longues minutes le nez dans le gazon), continuaient de bénéficer de la clémence de M.Abed, même Santamaria pourtant auteur d'un tacle appuyé sur Sabaly (41e) autrement plus dangereux...C'est encore une faute nette de ce même Santamaria sur De Préville non sanctionnée au milieu de terrain qui offrit à Angers une occasion sur la continuité de l'action, mais la frappe enroulée de Thioub lécha le poteau de Costil (69e). Jean-Louis Gasset fit alors entrer Pardo et Kalu à la place de De Préville et Hwang, Briand étant quant à lui entré un peu plus tôt à la place de Maja (65e), pendant que côté angevin, Cho, jeune joueur de tout juste 16 ans, connaissait son baptême du feu en L1 en remplaçant Thioub (80e). La dernière frayeur pour les Marine et Blanc arrivait à la 87e quand Bobichon au second poteau redressait un centre de Bamba repoussé du bout des gants par Costil, mais Bahoken, gêné par le retour de Baysse, ne cadrait pas son pointu qui frôlait le poteau. Pour la 100e de Maxime Poundjé en Ligue 1 (entré en jeu dans le temps additionnel à la place d'Oudin), les Girondins, toujours sans but concédé en deux matches, pouvaient laisser éclater leur joie pour un succès qu'ils n'avaient pas volé, face à des Angevins en grande difficulté dans le secteur offensif, car privés de plusieurs titulaires, dont Manzala (sur le départ) et surtout Pereira-Lage (blessé et out pour 6 semaines). Les voilà virtuels deuxièmes du classement, derrière l'étonnant leader niçois. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Raymond Kopa à Angers, écoutez les réactions de Paul BAYSSE, le défenseur central du FC Girondins de Bordeaux, Stéphane MOULIN, l'entraîneur du Sporting Club de l'Ouest d'Angers, Jean-Louis GASSET, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, et Ismael TRAORE, le défenseur central et capitaine du SCO d'Angers.

Prochain numéro de Top Girondins ce jeudi 3 septembre à 19 heures !

Par ailleurs, à noter que la reprise officielle de nos magazines sportifs du vendredi et du lundi aura lieu ce vendredi 4 septembre 2020, avec Le Week-end en sport, à partir de 19 heures, puis Sports Magazine le lundi 7 septembre à partir de 19 heures également.

Réaction de Paul Baysse

Réaction de Stéphane Moulin

Réaction de Jean-Louis Gasset

Réaction d'Ismael Traoré

Photos