Football (Ligue 1, 4e journée) : Nice / Bordeaux (4-0) : Malgré le huis-clos, un festival de courants d'air...


28 août 2021

Jamais on n'aurait imaginé que des portes théoriquement fermées pour un huis-clos donnent lieu à autant de courants d'air...Aux antipodes de sa dernière sortie sur cette pelouse le 17 janvier (victoire 3-0), Bordeaux n'a quasiment pas existé ce samedi face à des Niçois irrésistibles qui ont joué à leur main, même privés de Dolberg, et bientôt renforcés par Delort. Une débâcle qui, dans la forme et les buts encaissés, n'est pas sans rappeler celles de la fin de saison dernière à Nîmes, Lorient, Nantes ou Brest, même si l'équipe manque encore de cohésion. L'urgence de points commence cependant à se faire sentir, et le match face à Lens dans deux semaines vaudra déjà cher.

Un air de déjà vu

La saison dernière, c'est à Monaco, à 17 kilomètres de là, que Bordeaux avait sombré corps et biens le 1er novembre, sur un score et un scenario identiques (3-0 à la mi-temps dont un penalty). On va finir par croire que l'air de la Côte d'Azur ne réussit pas aux Girondins, malgré leur démonstration en janvier dernier sur cette pelouse de l'Allianz Riviera. Car ils n'auront pas fait un pli face à un adversaire qui n'a en aucune façon et à nul instant paru perturbé par les récents évènements qui avaient émaillé sa dernière sortie à domicile. Les Girondins, eux, ont peut-être eu le tort de penser que le nul laborieux contre Angers s'inscrivait dans une logique de progression générale, alors qu'au contraire, par son absence de rythme et d'occasions franches, il nous avait paru ne pas confirmer leur match intense et leur performance au Vélodrome. On veut bien entendre que par rapport à son hôte de ce samedi et même beaucoup d'autres dans ce championnat, Bordeaux a nécessairement pris du retard dans la préparation physique pour les raisons que l'on sait, et reste en phase de construction, avec un effectif qui n'est pas encore bouclé ni stabilisé. Mais les lacunes individuelles affichées ce samedi n'ont rien de bien nouveau, elles ont même plutôt rappelé de vieux fantômes. Et dans l'état d'esprit, il n'y a pas eu, cette fois, le noble sentiment de révolte qui avait permis aux Girondins, menés injustement de 2 buts à la pause sur les 2 seules frappes marseillaises cadrées du match, de marcher sur leur adversaire en 8 minutes à Marseille, ni l'opiniâtreté qu'on a notée contre Angers, à défaut de justesse technique et de tempo suffisant. Bordeaux a failli dans tous les domaines ce samedi, la note aurait même pu être plus lourde à la pause si les Niçois s'étaient montrés plus précis. Et s'il a paru un peu moins transparent lors du second acte, il ne faut pas s'y tromper. C'est aussi et surtout parce que les Niçois, sûrs de leur force et de leur défense en acier trempé pour l'instant, ont préféré gérer les débats et en garder sous la semelle pour d'autres échéances moins faciles. 

Les locaux héritent de la première occasion de la rencontre, Ndoye déborde sur le côté droit pour centrer en direction de Kluivert. Le fils de l'illustre Patrick Kluivert place une tête parfaite, mais Costil réalise un arrêt-réflexe et sort le ballon sur sa ligne (0-0, 2e). Le ton est donné : même privés de Dolberg, finalement pas compétitif (entorse), les Aiglons ont des arguments offensifs à faire valoir... Kluivert s'est loupé une fois, mais pas deux : une nouvelle fois sur le côté droit, Boudaoui profite d'une glissade de Mangas avant de le déposer trop facilement par un petit pont d'école et trouve Kluivert en retrait. Oublié au marquage au point de penalty, l'attaquant niçois reprend le centre du pied droit en pivot et ouvre le score pour l'OGC Nice (1-0, 7e). Un but d'école,  son premier en Ligue 1 pour le joueur prêté par l'AS Roma. Ca ne pouvait pas plus mal démarrer pour les Marine et Blanc.

Pourtant ils tentent de donner le change : Mensah adresse de la gauche un centre sur la tête de Mara au second poteau, mais le jeune attaquant, en embuscade derrière Dante rate l'immanquable (1-0, 12e). Nouvelle occasion pour Nice, Gouiri efface deux défenseurs bordelais dont Koscielny et repique dans l'axe, mais manque le plus simple seul face à Costil en tirant au-dessus (20e). Les courses solitaires et non contrôlées des niçois, partis de loin, gênent énormément les bordelais. Sur une énième contre-attaque amorcée par Todibo à 20 mètres de son propre but, Gouiri lance de son propre camp Kluivert qui s'avance sur 40 mètres avant de décaler ce même Gouiri venu au soutien côté gauche, dans la surface de réparation bordelaise, et ce dernier double la mise comme à la parade pour son équipe, bien que Costil effleure le ballon (2-0, 33e), au terme d'un contre de...80 mètres ! Les Girondins répliquent timidement par des frappes cadrées d'Oudin (23e) puis de Hwang-Ui-Jo (26e) mais trop timides pour inquiéter Benitez. Malgré l'activité d'Otavio, le seul à vraiment surnager dans l'entrejeu, les Girondins continuent de prendre des vagues et surtout des courants d'air que même le huis-clos et les portes fermées de l'Allianz Riviera ne peuvent empêcher, Fransergio, souvent en retard, connaissant des débuts difficiles sous son nouveau maillot, même si à sa décharge, il ne faut pas oublier qu'il n'avait eu droit qu'à trois séances avec ses nouveaux coéquipiers. L'OGC Nice enfonce le clou en inscrivant un troisième but sur pénalty après une faute de Laurent Koscielny, au supplice devant Gouiri sur un débordement de près de 20 mètres côté gauche, l'algérien s'offrant un doublé après un gros temps d'arrêt sur sa frappe prenant Costil à contrepied (3-0, 41e). Le sort du match paraît scellé, cette fois il n'y aura pas de remontada comme à Marseille. Il ne reste plus aux Girondins, en retard sur tous les coups, qu'à limiter la casse. 

Les Girondins n'y arrivent toujours pas

À la reprise, Vladimir Petkovic veut rééquilibrer son onze : Samuel Kalu et Timothée Pembélé remplacent Gideon Mensah et Issouf Sissokho. Bordeaux a la possession (57%), mais ne parvient pas à faire grand-chose du ballon et de son côté l'OGC Nice gère sa fin de match par une passe à dix, au cours d'un second acte devenu très quelconque devant l'impuissance offensive bordelaise et le nombre de centres ne trouvant jamais preneur, malgré les entrées de Zerkane et Adli et les centres inutiles de Kalu. Benitez passe un après-midi tranquille, et le Gym en profite pour inscrire au passage un quatrième but presque anecdotique par Khéphren Thuram, entré en jeu 20 secondes auparavant, suite à une...glissade de Kwateng qui s'emmêle les crayons avec Koscielny, immédiatement exploitée par Ndoye dont la talonnade offre au rejeton de Lilian Thuram le luxe d'une nouvelle course solitaire de 40 mètres sans opposition, avant d'exécuter Costil (4-0, 85e) : "C'est un match contre une équipe avec un style bien défini et qui presse beaucoup. Le fait de ne pas avoir été capable de garder le ballon devant, ça expose" analyse Gérard Lopez, le président du FCGB venu en conférence de presse.

Avant-derniers avec 2 points sur 12 possibles, les Girondins courent toujours après leur première victoire de la saison, et la réception du RC Lens, après la trêve internationale sera déjà capitale. Mais ce sera sans Enock Kwateng qui écope d'un match de suspension après son jaune face à Nice. Même si le mercato n'est pas terminé et l'équipe en pleine construction, le naufrage collectif de ce samedi pose beaucoup interrogations, car même sur le plan individuel, trop de joueurs ont été en-dessous du minimum exigible en Ligue 1. C'est la 8e défaite en déplacement depuis le début de l'année 2021. Aucune équipe de Ligue 1 n'a fait pire. L'OGCN lui, n'a toujours pas encaissé le moindre but et se positionne provisoirement second à deux points du PSG.

[Par Christophe Monzie à Nice et Dorian Malvesin, photos Loic Cousin et Christophe Monzie]

Les réactions 

Ecoutez toutes les réactions d'après-match au micro de Christophe Monzie.

  

Réaction de Vladimir PETKOVIC, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux.

Nice Football Girondins de Bordeaux (28 Aout 2021) Vladimir PETKOVIC, Entraîneur FC Girondins de Bordeaux.jpg (1.42 MB)

 

Réaction de Mario LEMINA, milieu de terrain de l'OGC Nice.

Nice Football Girondins de Bordeaux (28 Aout 2021) Mario LEMINA, Milieu de terrain OGC Nice.jpg (1.56 MB)

  

Réaction de Gideon MENSAH,  défenseur latéral ghanéen du FC Girondins de Bordeaux.

Nice Football Girondins de Bordeaux (28 Aout 2021) Gideon MENSAH, Défenseur FC Girondins de Bordeaux.jpg (1.44 MB)

  

  

Réaction de Christophe GALTIER, l'entraîneur de l'OGC Nice.

Nice Football Girondins de Bordeaux (28 Aout 2021) Christophe GALTIER, Entraîneur OGC Nice.jpg (1.43 MB)

  

  

Réaction de Gérard LOPEZ, le président du FC Girondins de Bordeaux.

Nice Football Girondins de Bordeaux (28 Aout 2021) Gérard LOPEZ, Président FC Girondins de Bordeaux.jpg (1.41 MB)