Football, Ligue 1 (6e journée) : Avant Bordeaux / Dijon : la moutarde leur montera-t-elle enfin au nez ?


04 octobre 2020

Pour cette 4e réception dans un Matmut qui sera hélas aussi vide qu'une semaine plus tôt contre Nice, et sans doute encore plus arrosé par les cieux, les Girondins n'ont plus le choix des armes. S'ils ne battent pas le dernier de la classe, l'on pourra définitivement considérer que leur début de saison, avant d'autres joutes nettement plus périlleuses, au moins sur le papier, est raté. Même privés de leur métronome Otavio, suspendu pour 3 cartons reçus lors des premiers matches dont deux au moins (à Angers et à Lens) prêtent à sourire, mais avec le retour du jeune Zerkane, rétabli de sa blessure contractée lors du premier match contre Nantes, on ne pourra pas leur accorder éternellement de circonstances atténuantes. Avec un Toma Basic parti pour rester en Gironde (pour l'instant) comme homme de base du système mis en place par Gasset, et un manque quantitatif certain en milieu de terrain (surtout après le prêt de Ruben Pardo à Leganes, D2 espagnole, dans la semaine), c'est une fois de plus une formation à l'équilibre incertain qui sera alignée face aux Bourguignons. Lesquels viennent d'engager, presque dans l'urgence après le départ quasi-simultané de leurs deux gardiens Runarsson et Gomis, le portier des Chamois Niortais Saturnin Allagbé, qui a signé ce vendredi et sera dans le groupe amené à se déplacer en Gironde. Amalfitano, touché à la cuisse, et Benzia, blessé à la main gauche, manqueront à l'appel du côté des Rouges, qui n'ont jamais gagné au Matmut jusqu'à présent.

Quand Gasset s'agace

Côté bordelais, ce vendredi matin en conférence de presse, Jean-Louis Gasset n'a pas caché, tout en y mettant les formes, un certain agacement par rapport à la situation actuelle et à un mercato à l'état de mort clinique pour l'instant, du moins au rayon arrivées, alors que les besoins sont parfaitement ciblés et connus. "Souvent, on parle plus de comptabilité que de football", a regretté le technicien languedocien, lucide sur les chances de voir son groupe renforcé dans les prochaines heures. D'autant que recruter pour recruter ne servira à rien s'il s'agit d'enrôler un garçon qui fait banquette dans son propre club, pour s'en séparer six mois plus tard comme le FCGB vient de le faire avec Ruben Pardo, ou comme il l'a fait en juin avec Aït-Bennasser, ne levant pas l'option d'achat avec Monaco à la fin de l'exercice... Si King Street a effectivement mis la main à la poche à hauteur de 30 millions d'euros à la fin de la saison dernière pour permettre au FCGB de ne pas encourir les foudres de la DNACG, on reste loin des 80 qui avaient été promis lors de la vente du club par M6, même si, entretemps, le vent a tourné...Pourtant, Kamano, Bernardoni, Benrahou, Mendy (transféré définitivement à Caen cette semaine) sont partis, mais ce n'est pas encore assez pour pouvoir se payer les services d'un garçon aussi expérimenté que le niçois Wylan Cyprien, cible privilégiée de Gasset, mais qui devrait prendre la direction de l'Italie et de Parme pour la somme de 6,5 millions d'euros. Un montant pourtant pas mirifique qui, il y a peu encore, n'aurait pas rebuté les Girondins, lesquels ont payé Oudin ou De Préville bien plus cher que cela, et ont mis plus de 5 millions sur un joueur de 18 ans qui ne jouait pas au PSG, Yacine Adli...Vu sous cet angle, et sans jouer les pessimistes invétérés, on a comme l'impression que l'objectif annoncé par Alain Roche en début de saison (une place dans les dix premiers) est loin d'être atteint et que ce Bordeaux / Dijon, match déjà capital entre deux équipes qui regardent davantage vers le bas que vers le haut, pourrait préfigurer le genre de cour dans laquelle Bordeaux, à son corps défendant, risque d'être amené à évoluer durablement cette année, si l'objectif sportif continue de sembler secondaire pour les propriétaires du club, pas décidés à dépenser le moindre euro en indemnité de transfert, autrement dit espérer un numéro de magie. Il leur reste quelques heures pour en prendre conscience. Côté sportif, on l'a compris, qu'elle soit fine ou forte, la moutarde dijonnaise serait la bienvenue en ce dimanche si elle monte au nez des Marine et Blanc plus vite que le Covid-19... 

Ecoutez les réactions de Jean-Louis GASSET, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, et Loris BENITO (en photo), le défenseur latéral gauche international suisse, qui retrouvera sa sélection nationale la semaine prochaine, au micro de Christophe Monzie.

En direct du Matmut Atlantique de Bordeaux, suivez la rencontre FC GIRONDINS DE BORDEAUX / DIJON FOOTBALL COTE D'OR, 6e journée du championnat de France de Ligue 1. Dimanche 4 Octobre, en direct intégral sur ARL, Aquitaine Radio Live, Top Chrono à partir de 14h20. Coup d'envoi : 15h, commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

Réaction de Jean-Louis Gasset

Réaction de Loris Benito

Le groupe dijonnais face à Bordeaux

Gardiens de but : Allagbé, Racioppi.
Défenseurs : Chafik, Chala, Ecuele Manga, Lautoa, Ngonda, Ngouyamsa, Panzo.
Milieux de terrain : Baldé, Celina, Dina Ebimbe, Diop, Marié, Ndong, Sammaritano, Younoussa.
Attaquants : Assalé, Chouiar, Scheidler.