Football (Ligue 1, Girondins) : Otavio : la tuile...


20 janvier 2021

Voilà bien la tuile qui assombrit brusquement l'horizon bordelais qui s'était éclairci après la belle victoire à Nice (3-0) et un retour des Girondins dans le Top 10 du classement : OTAVIO, le métronome de l'équipe girondine, a été victime ce mercredi 20 janvier à l'entraînement d'une rupture du tendon d'Achille qui va le tenir éloigné des terrains pendant au moins 6 à 8 mois. Sa saison est d'ores et déjà terminée et les Girondins vont devoir trouver une solution à un poste où le Brésilien n'avait aucun réel remplaçant possédant son profil, eux qui n'ont déjà pas été épargnés par les blessures de longue durée depuis le début de la saison (Koscielny et Kalu notamment, absents plus d'un mois, et Ben Arfa, out depuis 3 semaines). 

Bordeaux orphelin de ses brésiliens

Pablo transféré au Lokomotiv Moscou le 15 janvier, voilà que 5 jours plus tard, c'est son compatriote brésilien Otavio, autre joueur-clé de l'équipe de Jean-Louis Gasset et tout aussi régulier sur la phase Aller (18 matches disputés sur 20) qui joue de malchance et se blesse gravement, qui plus est à l'entraînement. Après la vie sans Pablo, il faudra se faire à la vie sans Otavio. Buteur à Strasbourg le 20 décembre (2-0), au sommet de sa forme sur ces derniers matches et notamment à Nice, le natif de Maceio (Brésil) devra prendre son mal en patience. Aucun joueur bordelais de l'effectif actuel ne possède un profil similaire au sien, même si Adli a déjà occupé ce rôle, sans que l'expérience s'avère convaincante, et le sorcier Jean-Louis Gasset devra encore faire preuve de magie pour, sans doute, reconvertir un autre joueur à ce nouveau poste de récupérateur, puisque selon toute vraisemblance, et à moins que les Girondins ne gagnent au loto ou n'obtiennent un joueur en prêt avec ou sans option d'achat, il leur faudra faire du neuf avec du vieux, au minimum sur cette seconde partie de saison. L'expérience a prouvé, et pas seulement cette année, que Bordeaux a du mal à se passer de son métronome quand il est suspendu, voire blessé (ce qui est très rarement arrivé) : si les Girondins ont battu Dijon sans lui au Matmut (3-0) le 4 octobre, en revanche ils ont pris l'eau de toutes parts face à Reims avant les fêtes de fin d'année (1-3) le 23 décembre. 

Dans leur malheur, les Marine et Blanc ont tout de même un peu de chance : ce gros pépin intervient en pleine période de mercato hivernal. Alors que Loris Benito a été approché par Grenade (Liga), il leur reste une grosse dizaine de jours pour chercher (peut-être) la perle rare qui sera à même de le suppléer sur la phase Retour, même si les profils souhaités jusqu'alors par Gasset étaient différents. Les nécessités du moment et le déséquilibre patent de l'équipe pour l'instant (il ne reste plus que deux milieux de terrain de métier, Basic et Adli, car on a du mal à admettre qu'Hatem Ben Arfa soit un véritable milieu de terrain et que Lacoux ou Zerkane puissent assurer le coup sur une période aussi longue) vont peut-être obliger le club à changer son fusil d'épaule. Du coup, le transfert souhaité de Nicolas De Préville (qui a été notamment approché par Nantes, Marseille et St Etienne et proposé récemment par les Girondins - mais sans suite - au Real Valladolid, l'ancien club de Ben Arfa), pourrait devenir moins urgent (sportivement parlant, sinon financièrement), si l'ex-Rémois, de toute façon utilisé plus souvent milieu de terrain qu'attaquant de pointe, se découvrait une vocation à ce poste, ou que Basic endosse le costume pour un temps, le laissant alors dans ses tâches offensives. On a connu en tout cas des reconversions plus importantes encore, comme celle de Renaud Ripart à Nîmes par exemple, ancien défenseur devenu attaquant. Affaire à suivre donc, même si les Girondins cherchent aussi du côté du Danemark à Aalborg où le profil du portugais Pedro Ferreira (23 ans) pourrait correspondre au profil souhaité, ou de l'Angleterre, avec l'ivoirien et ex-niçois Jean-Michael Seri (29 ans), qui n'a pas disputé un seul match avec son club de Fulham cette saison, mais qui est aussi pisté par l'OGCN.

Une blessure seulement due à la malchance ?

Enfin, il est à noter que cette grave blessure d'Otavio intervient à un moment de la saison où le rythme des rencontres s'est emballé au point d'atteindre parfois une cadence infernale qui faisait peu de cas des organismes des athlètes, notamment avant et après les fêtes de Noël (4 matches en 10 jours, puis 2 en 3 jours), marquées de surcroît par une très courte période de repos aux Girondins (6 jours, reprise le 30 décembre). Difficile d'y voir avec certitude un lien de cause à effet, mais il est indéniable qu'un tel calendrier augmente les risques quand un joueur, titulaire indiscutable, est régulièrement utilisé. Rappelons que récemment, avant la rencontre des Girondins à Metz le 6 janvier (0-0), le coach lorrain Frédéric Antonetti s'était très clairement déclaré favorable à une trêve de Noël plus longue et un nombre de matches moins important sur cette période hivernale...Un vieux débat.

Ne manquez pas Top Marine & Blanc ce jeudi 21 janvier 2021 entre 19h et 20h, il y aura du beau monde : nos invités seront Nicolas MORIN, journaliste à France 3 Aquitaine, Ludovic OBRANIAK, ancien joueur de Metz, Lille et Bordeaux notamment, aujourd'hui consultant à L'Equipe TV, et Thomas MANGANI, milieu de terrain du SCO d'Angers. Sans oublier Thibaud Desjardins pour le football féminin et Sébastien, supporter des Marine et Blanc.

Une émission présentée par Dorian Malvesin, Christophe Monzie et Neil Narbonne.