« J'adore le studio mais je crois que la scène va encore plus loin » - en concert en Gironde prochainement, Noé Preszow compte faire vivre son premier (excellent) album avant d'enchaîner 


24 novembre 2021

[REDIF] À tout juste 27 ans, Noé Preszow a déjà conquis un grand monde avec "À Nous", un premier album réussi du début à la fin qui a vu le jour en avril dernier. Le belge est en route pour le faire vivre à travers le pays et s'arrêtera à plusieurs reprises en Gironde. 

Noé Preszow partie 1

Noé Preszow partie 2

Noé Preszow fait partie de cette longue liste d'artistes belges qui squattent, pour notre plus grand plaisir les ondes françaises. C'est en mars 2020, une semaine avant le premier confinement, que la chanson "À Nous"est dévoilée au grand jour. Les paroles, écrites il y a déjà plusieurs années, résonnent alors soudainement avec l'actualité du moment. « Je ne pouvais pas le prédire mais la Terre tremble il ne fallait pas être devin pour savoir que quelque chose allait se passer d'une manière ou d'une autre » réagit son auteur.

« Nous marcherons mille autres lunes, mille autres jours avant demain 
Avant que demain ne nous prenne les copeaux d'espoir que l'on tient
Traverserons mille autres dunes avec nos défauts, nos faux pas 
Avec nos semelles de brume qui que l'on soit 
À nous qui fuyons là où ça parle en vain de télévision ou de magasin 
À nous qui sommes là qui tombons comme chacun 
Dans le panneau, dans les réseaux, dans le vide et le trop plein 
Mais qui nous préparons à quand ce sera fini 
Quand il faudra se parler et redevenir ami 
Quand on pourra se dire tout et son contraire 
Sans que ça doive passer par une carte mère »  - Noé Preszow "À Nous"

Ainsi, alors qu'une grande majorité était contrainte à rester enfermée, ce titre de Noé Preszow aura été l'un des plus écoutés sur la FM à ce moment là. 

Un confinement qui a rebattu les cartes

« Cette chanson c'était pour moi un besoin de protéger ma solitude et mon existence et interroger sur la question du collectif » explique le bruxellois qui sort en septembre 2020 son premier EP, "Ça ne saurait tarder" avec trois autres titres et notamment le si efficace et percutant "Que tout s'danse" qui cumule aujourd'hui à plus d'un millier de vues sur Youtube. À force de passages radios et télévisions, additionnés à des articles élogieux, l'emballement continue pour Noé Preszow qui se fait un nom, celui-ci qu'il faut d'ailleurs prononcer "Prèchof". La consécration arrive quelques semaines après avec une nomination aux Victoires de la Musique dans la catégorie Révélation masculine face à Hatik et Hervé qui remportera finalement le trophée. 

L'album arrivera qu'après, le 2 avril 2021. Son nom : "À Nous".  Un choix fort et logique « C'est la chanson par laquelle j'ai fais peau neuve, narre celui qui est sur scène depuis ses 15 ans. C'est une chanson décisive qui raconte beaucoup de choses sur moi ».

Au moment d'annoncer cette sortie d'album, le chanteur belge écrit sur ses réseaux : « il parait que c’est la pire période pour sortir un album et qu’il va falloir déplacer des montagnes ça tombe bien, j’adore déplacer des montagnes ». Quelques mois après cette parution, Preszow a le sourire et semble avoir bien fait bouger ces montagnes. « Je profite de chaque instant. L'album fait une belle route malgré cette période compliquée » analyse avec modestie cet amoureux de Renaud, de Barbara, de Dylan, de Young, de Smith mais aussi de rap ou de classique. Un mélange des registres que le retrouve sur ce premier album. Les titres, aux textes rondement ficelés, ne se ressemblent en aucun cas. Idem pour les sujets abordés. Et c'est, sans hésitation, en cela que la production aux 13 morceaux est l'une des plus réussies de cette année.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Noe? Preszow (@noe_preszow)

« J'ai besoin d'à la fois cette forme de réalisme, de vérité et donc de colère mais également de rêve, pour un peu planer, que ça ne soit pas strictement le réel tel qu'on le voit » développe l'auteur-compositeur-interprète qui aura connu plusieurs chamboulements en raison de la crise sanitaire. « Les concerts que je pouvais faire en première partie de Vincent Delerm à l'Oympia m'aidaient pour la création de cet album. Sans concert, ça m'a manqué ». Le belge aura passé plus d'un an en studio avec ce dilemme qu'il explique : « j'ai besoin que tout aille vite et en même je suis un perfectionniste ». D'où cette prise de temps, qui plus est en période de confinement. Le chanteur en a d'ailleurs profité pour retravailler quelques chansons (et notamment la très forte "Le Monde À L'Envers" évoquant les violences policières). L'idée de laisser un couplet à sa compatriote Leila Lachterman sur le titre "Faire Les Choses Bien" a aussi germé durant ce moment où le monde était sur pause. 


Le plaisir de la scène  

Après avoir magnifiquement planté le décor avec un album qu'il qualifie de « carte de visite », le jeune homme qui a soufflé ses 27 bougies ce 13 septembre compte bien enchaîner. « Je sens que je vais pouvoir aller plus loin ». Un nouvel E.P. ? Un deuxième album ? Sous quelle format l'artiste francophone signera son retour et quand ? Lui-même ne le sait pas. « Pour moi ça pourrait être demain mais je veux laisser vivre cet album » précise-t-il. Le faire vivre comme il le mérite et  notamment sur scène, où il interprète d'ailleurs déjà des morceaux inédits. Quoi qu'il en soit, les bons retours qu'il a pu recevoir ne lui foutent aucune pression. Noé avancera à son rythme avec une seule pression : la sienne

Et s'il excelle en écriture et en composition, les concerts sont vraiment sa joie de vivre . « J'adore le studio mais je crois que la scène va encore plus loin, lance-t-il. C'est le seul endroit où je ne peux pas me cacher ». Et cet été, le natif de la capitale belge a pu regoûter au plaisir des lives avec notamment une programmation au Printemps de Bourges. Dans la région, le jeune homme a été convié au Beau c'est festival à Bosset, petite localité de Dordogne. Aux antipodes du charmant événement, les Francofolies de la Rochelle ont débuté en juillet dernier avec sur scène le musicien du plat pays. « Les Francos c'est un festival mythique, y être c'était très fort » se souvient-t-il. 

Ce 23 septembre, Noé Preszow sera présent au before (gratuit) du festival ODP Talence dans le parc Peixotto. Le 26 novembre c'est à la Rock School Barbey qu'il sera possible de l'applaudir au cours d'une soirée où sera aussi programmée la chanteuse Clou, présente sur le label Tôt au Tard, au même titre que l'interpère de "Cette Route-Là". Ces venues en Gironde seront de grandes premières.  Gagnez vos places ici

« C'est extraordinaire de découvrir le monde avec sa guitare et en van, confesse-t-il ravi avant de rajouter :  ma façon de faire de la scène, c'est d'y aller à fond. Ma joie de vivre s'exprime vraiment sur scène ». Nous voilà prévenus ! 

[Jérôme Martin-Castéra – photo : D.R. ]