« J'avais envie d'évoluer et d'écouter mes envies du moment » - Suzane repart à l'assaut de la scène (dont celle du Krakatoa de Mérignac) avec un nouvel album personnel 


20 janvier 2023

De retour avec un deuxième album réussi (et plus personnel), Suzane reprend la route et s'arrête au Krakatoa de Mérignac ce jeudi 26 janvier. Et il ne reste que quelques billets ! Cet été, c'est au Freemusic Festival de Montendre qu'elle est attendue. 

Un an après la sortie de la réédition de son premier album "Toï Toï" Suzane est déjà de retour ! Il faut dire que, sur ARL, et dès la fin de l'été 2021 l'autrice-compositrice-interprète avait prévenu : « 2022 sera très sportive. J'écris des chansons et je pense beaucoup au deuxième album qui est en train de se ficeler ». 

Ce nouvel album, intitulé "Caméo", a fini par voir le jour. Sortie au début du mois de novembre 2022, cette nouvelle production dévoile une autre facette de celle qui ne cesse de charmer le public. Un succès ponctué par une Victoire de la musique dans la catégorie Révélation scène en 2020 et un disque d'or malgré une sortie en pleine pandémie de covid-19. « Je suis très chanceuse d'être ici, il s'est passé beaucoup de choses dans ma vie. J'essaye de continuer de rêver chaque jour et j'espère que je donne cette envie à d'autres » disait la jeune femme avant de grimper sur la scène du festival ODP Talence en septembre 2021. 

L'histoire continue 

Après avoir prolongé le plaisir avec "Toï Toï II", Suzane a donc décidé d'enchaîner avec "Caméo". « Là c'est la suite de l'histoire » confie celle qui, avant de remplir les salles, aura exercé le métier de serveuse. Cette fois, l'avignonaise dévoile un opus qu'elle qualifie elle-même de « plus intime ». C'est ainsi qu'il démarre, comme tout un symbole; avec un morceau intitulé "Océane", son véritable prénom, quand l'un des de ses premiers succès se nommait sobrement "Suzane".

« J'avais envie d'évoluer et d'écouter mes envies du moment » confie l'artiste de 32 ans qui a rangé sa fameuse combinaison bleue qui semblait lui apporter un certain confort et une certaine force telle une combattante prête à un découdre. « C'était mon mood du moment et j'ai adoré » rajoute t-elle. Exit aussi le carré et place aux cheveux détachés pour Suzane qui s'est écoutée. « Je dis à tout le monde d'être bien dans ses baskets, je dois l'être aussi ! ». 

Côté musique, l’interprète de "Il est ou le SAV ?" a, là aussi suivi ses envies. Chanson française, pop et même sons plus urbains, Suzane ose sur "Caméo". « La seule chose qui a changé c'est, qu'aujourd'hui j'ose » chante t-elle d'ailleurs sur "Océane". 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Suzane (@suzanemusique)


Un clip injustement censuré 

Et si elle livre des textes plus personnels, la trentenaire aborde, à l'image du premier album, de nombreux sujets de société comme les violences faites aux femmes ("Belladonna", "La fille du 4e étage"), l'immigration ("Krishna"), l'amour au féminin ("Vista sul mare") et la famille ("À la casa") ou encore les plaisirs – solitaires – sexuels avec "Clit is good". Dévoilé près de 8 mois avant la sortie de l'album, le clip de ce titre n'a, semble t-il, pas plu à l'algorithme de Youtube qui a drastiquement, et malheureusement, décidé de le censurer en l'interdisant au moins de 18 ans et obligeant les personnes à le visualiser avec un compte. De quoi limiter fortement l'audience de l’œuvre – loin d'être offensante et pornographique - de  Charlotte Abramow (qui avait notamment réalisé les clips de "Balance ton quoi" ou "La loi de Murphy" pour Angèle). De quoi faire grincer des dents Suzane. « C'est surtout qu'on censure ce message qui m'embête ! Le corps de la femme est sexualisé partout, même pour des pubs de yaourts ! Je trouve ça aberrant et incohérent ». 

Fort heureusement, le clip de "Génération désanchantée" n'a pas connu le même sort. Écrite dans le contexte particulier que l'on connaît (pandémie, guerre, crise écologique...), cette chanson, au titre faisant explicitement un clin d’œil à Mylène Farmer, porte haut et fort les maux d'une génération inquiète mais loin d'être résignée, loin de là. 


Cette même génération qui a connu le vocabulaire utilisé dans le nostalgique morceau "90". Tom Tom et Nana, Chocapic, Eastpack, Spice Girl, Titanic, Pokemon, Tamagotchi, C'est pas sorcier, Game Boy Color... Que de souvenirs auxquels chacun et chacune n'auront pas de mal à s'identifier ! Même l'ancien joueur des Girondins de Bordeaux, Zinédine Zidane est cité.  

« 90, j'suis nostalgique
Si on remontait la machine, voir Lulu et Charly
Come back dans les nineties, les nineties
La vie est sans souci, comme quand on était kids » 

Énergie débordante sur scène 

« L'écriture est thérapeutique pour moi » affirme Suzane qui aura étalé ses périodes aux studios pour enregistrer ce deuxième album. « M'enfermer des semaines pour faire un album, moi je n'aime pas ça ». Ainsi, ces titres ont été écrits à des endroits et à des jours qui diffèrent. « C'est pour cela que je dis que chaque chanson m'a accompagnée dans des moments du quotidien » rajoute la chanteuse qui, l'été dernier, comme lors de ses débuts, a interprèté ses morceaux sur scène, bien avant qu'ils soient sur CD. « Moi histoire a commencé sur scène, il fallait que je présente mon travail au public ». 

Le public aquitain a pu notamment découvrir ce résultat fin septembre à la deuxième édition du festival des Forges de Fargues-Saint-Hilaire, en Gironde, terre où Suzane a régulièrement l'habitude de jouer. « C'est toujours un plaisir de venir jouer dans la région ! Je vais me forcer à dire chocolatine quand je viens » ironise celle qui a pu jouer ces derniers temps au festival des Odyssées à Ambès, à Musik à Pile à Saint-Denis-de-Pile, à ODP Talence et même aux Musi'Cale(s) à Villeneuve-sur-Lot. 

En 2023, Suzane remet le couvert, et cette fois-ci avec un nouvel album dévoilé au grand public. Sa date de reprise, ce 25  janvier à Nantes, affiche déjà complet quand celle du lendemain au Krakatoa de Mérignac ne va pas tarder à l'être (billets à réserver sur ce lien). À ces dates se rajoute le 10 mai prochain un deuxième Olympia à Paris en l'espace de quelque mois (le premier ayant été complet en septembre). 

L'été à venir sera intense encore une fois puisque la tornade Suzane, squattera, comme à sa bonne habitude, les prestigieux festivals du pays et notamment Les Vieilles Charrues le 15 juillet. Avant ça, le 23 juin, c'est au Freemusic festival de Montendre en Charente-Maritime que la dynamique jeune femme se produira. 

Gagnez vos invitations pour le concert de Suzane 
le 26 janvier au Krakatoa en écoutant ARL ou en jouant ici.

[Jérôme Martin-Castéra – photo : Laura Gilli]