Actualités régionales

« Le confinement a tout bousculé » - L'anorexie et la boulimie se sont amplifiées chez les plus jeunes

20 février 2021 à 11h36 Par Jérôme Martin-Castéra
Crédit photo : iStock

Des maladies qui touchent particulièrement les adolescents.

La période actuelle, perturbée par la crise sanitaire, aurait t-elle un impact sur notre comportement alimentaire ? La réponse est oui. Bruno de Beaurepaire raconte qu'avant l'arrivée de la Covid-19 il recevait un appel par jour en moyenne, il tourne désormais à une dizaine. « Le confinement a tout basculé » confirme celui qui est le président de l'association Solidarité Anorexie Boulimie.

Les jeunes touché.e.s

Présente un peu partout en France avec des antennes départementales, l'association de loi 1901 est aussi implantée en Nouvelle-Aquitaine avec des groupes en Charente-Maritime, dans la Vienne, en Dordogne, en Charente mais aussi dans les Pyrénées-Atlantiques et en Gironde.

C'est en décembre que SAB 33 voit le jour alors que Bruno de Beaurepaire recevait de nombreux appels et témoignages de personnes en souffrance dans le département. La structure se veut ouverte à toutes et à tous, pour les personnes souffrant d'anorexie, boulimie et autres troubles alimentaires (les parents, les familles, les proches, les amis, sans oublier les personnes qui se sont libérées de ces souffrances physiques et psychologiques). Sans jugement, dans le respect et dans l'anonymat le lien est ainsi fait.

Ceux sont principalement (à 80%) les adolescent.e.s qui sont touché.e.s par la boulimie ou l'anorexie. « C'est une période où on est plus fragile, où on veut être autonome » confie le président de SAB. Les femmes sont aussi, selon les statistiques, les plus impactées. 9 jeunes femmes sur 10 vont souffrir de troubles alimentaires.

Le confinement

La période actuelle n'arrange pas la chose et l'empire même. Les appels au secours se sont multipliés depuis le premier confinement. « Les gens ne peuvent plus se retrouver, plus aller à l'école, plus sortir... ça les met en détresse » constate Bruno de Beaurepaire.

Régulièrement, les bénévoles et les malades se rencontrent à travers des groupes de parole et d'échanges. Ceux-ci ne pouvant avoir lieu, Solidarité Anorexie Boulimie 33 proposera une réunion virtuelle le 27 février. Le rendez-vous est donné à 10h30 sur Zoom. Les inscriptions se font au 06 08 78 02 13 mais aussi via Instagram ou mail.

Des visios

« Grâce à ces visios ont peut faire des rencontres qui nous redonnent de l'espoir » rassure le fondateur de l'association.