« Les gens ne se projettent plus » - la galère des photographes en temps de Covid-19


28 avril 2021

Après une « année blanche » en 2020, la situation reste encore plus que délicate pour les photographes professionnel.le.s. Les reports se font de plus en plus nombreux.

De nombreuses professions sont impactées par la crise sanitaire actuelle et devraient encore le rester pour un moment. Chez les photographes, on ne parle plus de baisse de l'activité mais de chute. « Les gens ne se projettent plus, ils sont frileux » acquiesce Sophie Feyrit, de L’Oeil de Sophie.

 


Une année blanche

À 28 ans cette photographe pro a connu une année 2020 qu'elle qualifie sans hésitation de « chaotique ». « Ça a été une année blanche avec beaucoup de reports de mariages ». Les mariages, la plus grosse partie de son travail, se sont fait rares l'an passé. La photographe en a couvert seulement deux.

 

 

« Les gens oublient l'année en cours et 2022 et j'ai déjà des demandes pour 2023 » témoigne la jeune femme. Quelques shootings solo ou duo (une quinzaine) réalisés tout de même durant l'été. « Les gens en ont profité en bord de plage notamment au coucher de soleil » raconte t-elle.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sophie F (@loeil_de_sophie)

 

Si actuellement les mariages peuvent être célébrés, ils se passent en comité extrêmement restreint. Pour l'heure, cinq épousailles sont dans le carnet de commandes de Sophie. Un chiffre plutôt correct et dans sa moyenne habituelle.

Les photos de grossesse sont elles, pour la plupart maintenues. Logique puisqu'à contrario d'un mariage, un tel moment n'est pas décalable.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sophie F (@loeil_de_sophie)

 


Niveau soutien, Sophie a pu compter sur les « chèques numériques » de 500€ proposés par le Gouvernement dans le cadre du plan de relance. 

 

 

« C'est difficile pour tout le monde » reconnaît t-elle. Traiteurs, réceptionnistes, DJs, décorateurs et tant d'autres métiers de l'événementiel subissent cette crise. Les mariés, eux, sont frustrés. 

 

[Jérôme Martin-Castéra - photo : Sophie Feyrit]