Les Girondins résilient leur partenariat avec Winamax : notre sélection des meilleures vannes du site de paris en ligne sur Bordeaux 


14 janvier 2022

Winamax et les Girondins de Bordeaux c'est fini. Le directeur général du club l'a annoncé ce vendredi 14 janvier. L'occasion de rire un bon coup avec les meilleurs tweets du site de paris en ligne. 

Le "W" énorme de Winamax n'apparaîtra plus sur le maillot des Girondins de Bordeaux. Le club a annoncé ce vendredi la résiliation du partenariat qui avait débuté à l'été dernier entre les deux parties. Le FCGB explique ce choix du fait que leur communication « s'était désolidarisée de l'esprit du club, notamment suite au dernier match » contre l'OM.

Thomas Jacquemier, directeur général délégué du club a confié que plusieurs échanges avec Winamax avaient pu avoir lieu au sujet des – nombreuses – vannes publiées sur les réseaux sociaux se moquant des Girondins. Pour autant, les équipes numériques de Winamax n'ont pas reculé à l'idée de se marrer des mésaventures du FCGB. « On a de l'humour mais ce n'était pas l'esprit d'un partenariat. Les principes du contrat n'ont pas été respectés ». Le DG du club a par ailleurs été très clair sur les conséquences d'une éventuelle relégation en Ligue 2 : "On ne va pas se le cacher : aujourd'hui pour les Girondins, il n'y a pas de modèle, pas de vie en Ligue 2. Les revenus que l'on tire des droits télé en L2 ne permettraient pas au club d'y survivre". Ecoutez la réaction de Thomas JACQUEMIER au micro de Christophe Monzie.

Le contrat (1,3 million d'euros par an), qui devait durer jusqu'à 2024 s'arrête donc prématurément en cours de saison. C'est la fondation du club Coeur Marine & Blanc (œuvrant pour la santé, l'enfance et l'inclusion sociale) qui sera à l'honneur sur les maillots du club au scapulaire jusqu'à la fin de cette saison décidément riche en rebondissements. 

Pour décompresser quelque peu par rapport à cette situation pesante (17ème de Ligue 1), voici un florilège des vannes pondues par le désormais ex-sponsor des Girondins de Bordeaux.  A chacun de se faire son opinion et de goûter ou non à cet humour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[Jérôme Martin-Castéra – photo : Loïc Cousin]