Actualités régionales

Michel Labardin en piste pour un troisième mandat à Gradignan, « une ville aimée et où l'on aime vivre »

08 mars 2020 à 16h44 Par Jérôme Martin-Castéra
Crédit photo : JMC

Maire de Gradignan depuis 2003, Michel Labardin a décidé de se représenter là où il avait été élu avec près de 71% des voix en 2014.

Oiginaire d'une famille installée de longue date à Marmande et engagée dans l'agriculture, Michel Labardin a vécu toute son enfance à Allemans-du-Dropt en Lot-et-Garonne avant de venir faire ses études à Bordeaux. C'est en 1977 que le frère de Philippe (candidat aux municipales de Marmande), s'installe à Gradignan où il deviendra maire en 2003. C'est aussi à Gradignan qu'il occupe sa fonction de directeur général de l'institut Don Bosco, gestionnaire d’établissements spécialisés en Nouvelle-Aquitaine s’adressant à des publics en difficultés sociales ou porteurs de handicaps.

Les projets de Michel Labardin à Gradigan sont divers, entamés pour certains, et qui « iront au-delà de la mandature » selon lui. « Je souhaite m'y consacrer » argumente celui qui est candidat à sa succession dans « une ville aimée et où l'on aime vivre ».

Michel Labardin, qui êtes-vous ?

Les motivations


Son programme, qu'il souhaite « précis » et « réaliste », est axé sur quatre souhaits de ville : naturelle, créative, animée et impliquée.

Concernant le premier point, Michel Labardin souhaite par exemple planter 3000 arbres et installer des vergers dans tous les quartiers de la commune, considérée comme la plus verte de la Métropole avec notamment pas moins de 20 parcs.  Une ferme maraîchère bio de 5 hectares verra également le jour avec à sa tête un jeune agriculteur. Sa production servira, entre autres, à alimenter les cantines municipales.

Une ville naturelle


En tant que vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports, Michel Labardin devient un habitué des inaugurations de lignes de tramway (dernièrement la D à Eysines). L'actuel maire espère lui aussi l'arrivée du tram dans sa ville. Un projet d'extension de presque 6 kilomètres sur la ligne B a d'ailleurs été acté par les élus métropolitains en janvier dernier. La création d'un bus à haut niveau de service entre le quartier de Malartic et le CHU Pellegrin est également en bonne voie. « Une alternative à la voiture » selon l'élu qui promet également de nouvelles pistes cyclables. Dans la partie "créative" du programme on retrouve également la création d'un cinéma, le zéro plastique ou encore le changement des points lumineux en des lampadaires publics LED. 

Côté "ville animée", le premier magistrat annonce l'extension et rénovation d’un conservatoire de musique en argumentant que le nombre d'élèves est passé de 160 il y 15 ans à 650 aujourd'hui. Toutes les pratiques de musique seront réunies au sein du Château de Mandavit qui se fera pour l'occasion une nouvelle beauté. 

Une ville créative

Une ville animée

« Nous avons un engagement sociétal à satisfaire » explique Michel Labardin prenant le mal logement des étudiants en exemple (le domaine universitaire est, rappelons-le, implanté sur les communes de Pessac, de Talence et de Gradignan). Ainsi, le candidat-maire souhaite 700 nouveaux logements étudiants sur le campus.

Parmi les promesses : la rénovation du groupe scolaire Malartic ainsi que la création d'un nouveau groupe scolaire qui verra le jour dans le quartier de Beausoleil (avec l'installation d'une chaudière bois).

La création - déjà faite - d'une police municipale, l'installation de 16 caméras de vidéoprotection ou encore l'extension du dispositif "Citoyens Vigilants" sont quelques exemples de propositions qui figurent dans la partie sécurité du programme. 

Une ville impliquée

Pour mener à bien ses projets, le maire sortant s'est entouré d'une équipe renouvelée de moitié « aux profils variés qui représentent la diversité des quartiers » selon les propres mots du lot-et-garonnais, qui s'est toujours affiché, à l'image de ses prédécesseurs sans la moindre étiquette. À 99,9% sa liste « Aimer Gradignan & la vie qui va avec » est aussi apolitique. « On ne fait pas de politique dans les affaires de la ville » selon la tête de liste qui confie : « parmi mes colistiers il y en a qui votent très différemment à toutes les élections et ça me plaît ! »

Une liste sans couleur politique

Maire le mieux élu de la Métropole en 2014 avec presque 71% des voix face à deux candidats déclarés à gauche, Michel Labardin garde les pieds sur terre : « modestement nous ne sommes pas du côté de la performance » confie celui qui se dit « audacieux sur les plans des ambitions mais conservateur sur les valeurs de la ville, sur sa structure »

Une élection sans pression ? 

Notez qu'une réunion publique se tiendra le jeudi 12 mars à partir de 18h30 au Solarium. 

0_26663_0.jpg (40 KB)

Face à lui dans ce scrutin : 

Agnès Destriau de la liste « Gradignan, le tournant écologique et social »