« On a besoin de recréer du lien » - dans un contexte où le racisme et l'antisémitisme ne faiblissent pas, la LICRA  Bordeaux et Gironde organise sa fête ce samedi avec un riche programme 


19 janvier 2023

Pour la première fois, la LICRA Bordeaux et Gironde met sur pied une demi-journée d'échanges, de lectures, de tables rondes et de musiques dans un contexte où les actes racistes et antisémites ne faiblissent pas. La LICRA en Fête se déroulera ce samedi à Bordeaux et tout le monde y est convié. 

« Il y a beaucoup de travail ces derniers temps ». Sarah Bromberg l’atteste, la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) a eu (et a encore) du pain sur la planche. Il faut dire que partout sur le territoire les actes et propos racistes, sexistes, antisémites ou homophobes n'ont de cesse que de progresser. Et la période liée à la covid-19 n'a pas arrangé la chose. « Les thèses conspirationnistes ont émergé provoquant une augmentation de l’antisémitisme » constate la présidente de la LICRA Bordeaux et Gironde. Un constat partagé par l'INRER (Institut de recherche et d'études sur les radicalités) qui a répertorié quelques conspirationnistes dans l'une de ses analyses

 
Des actes racistes à Bordeaux 

Hélas, Bordeaux n'a dernièrement pas échappé a des faits de racisme. En juin dernier plusieurs individus s'en sont pris violemment à des personnes dans le quartier de Saint-Michel. Des actes xénophobes  filmés par des témoins. Le Parquet avait ouvert une enquête à l'époque et la LICRA locale avait fait le choix de porter plainte contre X. Au mois de décembre, les tags haineux se multipliaient sur divers locaux bordelais d'associations lutant contre le racisme, dont SOS Racisme. « Il est inadmissible, au 21ème siècle que  l'on puisse agresser des personnes pour leurs origines supposées ou réelles » regrette Sarah Bromberg qui dit également être « très vigilante » à l'incitation à la haine sur les réseaux sociaux, qui a, là aussi, augmenté. 

Avec ses différentes commissions (éducation / formation, juridique, sport, culture...), la LICRA Bordeaux et Gironde est là pour accompagner, conseiller et informer un grand nombre. La structure est d'ailleurs joignable aisément : bordeauxgironde@licra.org

Autre sujet au cœur de l'actualité pour lequel la LICRA a décidé de donner de la voix : l'Iran. En octobre dernier, c'est une centaine de personnes qui s'était donné rendez-vous sur le Parvis des Droits de l'Homme en soutien au peuple iranien à l'appel de l'association qui avait tenu à se rassembler en hommage à l'étudiante Mahsa Amini.

« Il est évident que nous sommes présents, comment ne pas avoir froid dans le dos avec cette situation. L'Iran est sensible a cette mission, c'est notre mission de dénoncer toutes les répressions » déclare Sarah Bromberg, n'excluant pas d'autres rassemblements de la sorte ces prochains mois.   


Se rassembler 

C'est dans ce contexte où les populations n'ont jamais semblé autant divisées que la LICRA départementale organise sa première édition de La LICRA en Fête. « On avait besoin de relier du lien, surtout après le confinement, développe la dynamique présidente en poste, bénévolement, depuis 2019. On souhaite que ça soit festif malgré des sujets qui ne le sont pas forcément. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme c'est aussi partir à la rencontre de l'autre et créer des liens ».

Ainsi, cette demi-journée, qui se tiendra dès 13h00 ce samedi 21 janvier à l'Athénée Municipale de Bordeaux sera gratuite et ouverte à tous. L’événement débutera en présence de l'écrivaine Tania de Montaigne qui proposera la lecture de "L’assignation, les Noirs n’existent pas" son essai parru en 2018 chez Grasset.

La femme de lettres et journaliste, participera par la suite aux différentes tables rondes nommées "l’antiracisme à l’épreuve de la pression identitaire" et "L’antiracisme et la liberté d’expression", à laquelle interviendront d'autres invités tels que Frédéric Potier, ex délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), l'avocate Galina Elbaz ou Rudy Reichstadt, fondateur du site conspiracyWatch.info, observatoire du conspirationnisme et des théories du complot ou Emmanuel Debonno, le rédacteur en chef du Droit de vivre. Le programme détaillé est à retrouver ci-dessous. 

La journée se terminera en musique, avec un concert d'élèves de la Licence Chanson d'expression française, Jazz et Musiques actuelles  de Bordeaux-Montaigne. Quatre à cinq de ces jeunes artistes ont été assidûment sélectionnés par un jury (formé notamment de la girondine Julie Lagarrigue, qui sera ce vendredi à l'espace du Bois Fleuri de Lormont). Un moment suspendu qui tient naturellement à cœur à Sarah Bromberg, qui a le don de jongler avec plusieurs casquettes puisque la présidente de la LICRA 33 est également autrice-compositrice-interprète et coach vocal en plus d'avoir été actrice, chanteuse de comédie musicale (Les 10 Commandements) animatrice radio, élue à  la Culture à la ville de Bordeaux sous Alain Juppé, vice-présidente de l'Opéra de Bordeaux ou encore intervenante dans plusieurs écoles. 

154x108BordeauxGlace (1).jpg (65 KB)

Toujours à l'Athénée Municipale, mais au mois de mars, la LICRA Bordeaux et Gironde réinvitera Tania De Montaigne qui, cette fois-ci, évoquera son fascinant livre "Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin", biographie de cette afro-américaine qui, à l'âge de 15 ans, et avant Rosa Parks, refusait de céder sa place à une Blanche dans un bus dans l'Alabama en 1955. Le rendez-vous est donné le 27 mars, dans le cadre de la Semaine contre le racisme et l'antisémitisme. Le lendemain, un nouveau concert sera donné. « On tient beaucoup à faire la fête, à se rencontrer et à partager des émotions ! C'est aussi par là que passe la lutte contre l’antisémitisme et racisme » martèle l'engagée  Sarah Bromberg. 

[Jérôme Martin-Castéra – photo : J.M.C.]