SU Agen Lot-et-Garonne

Rugby, Top 14 (6e journée) : AGEN / Bayonne (27-29) : Rien ne sert de courir....

05 octobre 2019 à 23h41
Le SUA s'est réveillé bien trop tard face au promu bayonnais
Crédit photo : La Dépêche

...Il fallait partir à point pour le SUA !

Pas de doute, celle-là, les Suavistes risquent de la traîner longtemps...A force de passer tout près de la victoire sur des matches à leur portée et de ne prendre qu'un point au lieu de quatre, ils vont finir par passer tout près du maintien. Certes, l'exercice commence juste et il n'y a pas le feu, même si le SUA est le grand perdant de cette 6e journée (Castres, Brive et le Racing ayant gagné), mais il y a des matches qu'il ne faut pas manquer. Et si, à Castres, leur défaite avait surtout tenu à un arbitrage unilatéral, en revanche ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes pour celle de ce samedi à Armandie. On ne peut pas gagner une rencontre, à fortiori un derby face à un promu qui a laissé depuis longtemps aux vestiaires la naïveté de son précédent passage dans l'élite et à qui on ne la fait plus, en ne jouant qu'une mi-temps sur deux, surtout quand on propose, durant toute la première, une défense aussi consistante qu'un clafoutis aux pruneaux (fussent-ils agenais). Certes, cette rencontre débridée (8 essais) aura valu essentiellement par son suspense et par la remontada suaviste qui faillit être historique, bien plus que par la rigueur du jeu pratiqué, qui a surement dû faire pâlir plus d'un technicien. On veut bien que ces Bayonnais que plus rien n'effraie aient trouvé un allant bien séduisant sous la houlette de Yannick Bru et soient la révélation de ce début de saison, une révélation qui pourrait durer s'ils continuent dans cette philosophie. Mais tout de même, lâcher au bout de 40 secondes sur l'engagement et le premier contre-ruck des visiteurs pour un essai dans un fauteuil de Ruru est parfaitement impardonnable, quels que soient les arguments avancés. Et que dire du 3e essai bayonnais, où Muscarditz se joua de toute la défense lot-et-garonnaise comme il ne devrait pas être permis de le faire à ce niveau (10-19, 21e) ? Le trois quarts centre bayonnais remit d'ailleurs le couvert 5 minutes plus tard avec presque autant de facilité (10-26, 26e), offrant aux siens le bonus offensif à la pause, atteinte par l'Aviron avec 19 points d'avance (10-29) grâce à une pénalité sanctionnant une percée monumentale d'Alofa sur plus de 60 mètres... A chaque incursion visiteuse, le SUA était inexplicablement en péril, même si Ryan avait eu le bon goût de sauver les apparences par un essai en force (7-7, 6e). Les fautes de main, la réussite mitigée de Lagarde au pied, qu'on a eu vu dans des jours meilleurs, la naïveté affichée face à l'explosivité basque, Christophe Laussucq n'a pas manqué de sujets de conversation à la pause. C'est un SUA transfiguré qui est alors revenu sur la pelouse, et qui s'est enfin mis à jouer sur sa valeur. En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, Abadie (45e) puis Sadie (48e, 20-29) sonnaient la révolte suaviste. Il n'y avait alors plus qu'une équipe sur le terrain et Vincent Farré le 3e ligne local rendait l'improbable remontada possible par un 3e essai en moins de neuf minutes (25-29, 54e), dont la transformation fut elle aussi manquée par Berdeu, pas plus heureux au pied que Lagarde, mais inspiré dans le jeu. Des échecs qui coûtent cher au final (7 points laissés en route). Mais Bayonne n'était pas plus adroit quand Barthélemy ratait l'immanquable face aux perches (58e), laissant le suspense à son comble. Les 20 dernières minutes, tout aussi crispantes qu'à Castres et constellées de maladresses ou de fautes d'antijeu pour casser le rythme, ne voyaient malheureusement pas les Suavistes hériter d'autres occasions de passer devant, sauf sur un surnombre mal négocié par Vaka (71e). Bayonne, emmené par un très bon Manu Saubusse ex-bordelo-béglais, serrait les dents mais tenait jusqu'au bout, signant sa 3e victoire consécutive. Le SUA, lui, jouera gros samedi prochain au Racing (en direct intégral sur nos ondes), qui s'est hélas réveillé pour de bon ce dimanche à se baladant à Pau (31-3). Ecoutez les réactions de Christophe LAUSSUCQ, le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, Léo BERDEU le demi d'ouverture du SUALG, et Tom MURDAY, le deuxième ligne du SUALG, au micro de Francis Dal'Zovo qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Armandie aux côtés de Jean-Pierre Delserre.

Réaction de Christophe LAUSSUCQ

Réaction de Léo BERDEU

Réaction de Tom MURDAY