Actualités régionales

Soldes d'été: le député Alexandre Freschi écrit à Bruno Lemaire pour demander le report des soldes d'été

15 mai 2020 à 17h44 Par Stan .
Crédit photo : squarespace

Le député du marmandais estime qu'il faudrait repousser les soldes de trois semaines au minimum pour aider les commerçants après un confinement aux lourdes conséquences économiques.

Les commerçants indépendants demandent quasi unanimement depuis plusieurs semaines un report de la période des soldes d'été après avoir été contraints de fermer boutique pendant les deux mois de confinement. Initialement prévues du 24 juin au 21 juillet, les soldes pourraient être décalées d'un mois selon eux, afin d'avoir le temps de vendre le stock à un prix décent et refaire une trésorerie, durement touchée par la période récente. Il faut aussi pouvoir payer les salaires des employés alors que le chômage partiel s'arrête et que l'activité ne redémarre que doucement. L'initiative est soutenue par le député LREM du marmandais, Alexandre Freschi, qui a écrit une lettre en ce sens au ministre de l'économie Bruno Lemaire.

Parallèlement les commerçants demandent aussi un gel des prix en attendant les soldes puisque certaines grandes chaînes multi-nationales proposent déjà des promos à -50% face auxquelles les commerçants indépendants ne peuvent pas lutter. À Bordeaux, la principale association de commerçants, La Ronde des Quartiers, demande la même chose par la voix de son président Christian Beaulme.


Christian Beaulme, président de La Ronde des Quartiers


La secrétaire d'Etat à l'économie, Agnès Pannier-Runacher, s’est prononcée mercredi pour un report à « la mi-juillet », une date qui lui « paraîtrait quelque chose de sensé ». Une décision doit être prise dans les tous prochains jours.


Un soutien au commerce de proximité


Au delà de ce report des soldes, de nombreuses associations de commerçants appellent les clients à revenir dans les magasins de centre-ville et à oublier un peu les achats sur internet. Après la période de manifestation des gilets jaunes, en particulier à Bordeaux, et maintenant avec la crise liée au coronavirus, beaucoup de commerces indépendants sont en grande difficulté économique et se disent tout prêt de mettre la clef sous la porte. Les soutenir c'est aussi soutenir l'emploi et la vie locale, un peu comme ce qui s'est fait pendant le confinement avec les producteurs locaux de l'agro-alimentaire.

Christian Beaulme