Sports

UBB I Jefferson Poirot : "Je suis encore plus investi dans le club"

03 juillet 2020 à 16h32 Par Dorian Malvesin
Crédit photo : Dorian Malvesin_ARL

Le capitaine de l'Union Bordeaux-Bègles, Jefferson Poirot (27 ans) a parlé de la nouvelle saison avec l'UBB et de son arrêt de carrière avec le XV de France.

ARL : Jefferson quelle est l'atmosphère que cette reprise ?

Jefferson Poirot : Cette semaine, nous avons repris le rugby, pendant trois semaines nous avons fait que des courses dans des couloirs, un peu comme des nageurs. Depuis lundi nous avons repris les contacts qui sont déjà très engaés, parfaoit plus que ce qu'il faudrait. Les coachs ont dû mal à nous modérer (sourire). On ne s'est pas forcément endormis et l'équipe a fait de gros efforts pendant le confinement. 

Est-ce que cette coupure imposée par l'épidémie est l'équivalent d'une blessure ?

La petite différence, c'est lorsqu'on est blessé, il y a un championnat qui continue. On a des images de rugby. On garde un ressenti. Là, il n'y avait pas de rugby, on a eu un peu l'impression de travailler dans le vide. On a gardé longtemps l'espoir que le championnat reprendrait. On y croyait dur comme fer. Le lundi on se disait, ça va repartir. Le mardi, peut être pas et ça, jusqu'à l'officialisation de l'arrêt des championnats par le gouvernement. Mais cela nous a fait gagner beaucoup de temps pour cette reprise.

Vous avez tourné la page du Top 14, mais la page Coupe d'Europe reste encore à écrire ?

Notre groupe n'a pas beaucoup bougé. Il y a peu de recrues et je pense qu'elles vont vite s'intégrer. C'est la continuité de ce qu'on a fait l'an passé. On le prend comme quelque chose de particulier, le troisème match de la saison sera un quart de finale de Coupe d'Europe (NDLR : contre Edimbourg, le weekend du 18 septembre), il faudra être prêt et c'est une bonne chose qu'on soit revenus début juin. On va vite arriver sur des matches importants. 

Est-ce que vous avez l'impression de démarrer une nouvelle carrière ?

Non, pas une nouvelle carrière. Mais même si c'était le cas avant, je suis encore plus investi dans le club. À deux cents pour cent. J'aborde la saison différemment, en me disant que je vais avoir un trou en novembre, en février, et donc qu'il y aura des moments de récupération.

Pour toi c'était une période où tu as traversé de nombreux sentiments : confinement, fin de carrière avec le XV de France, fin de saison avec l'UBB alors que vous étiez en tête. Comment tu as vécu cette période ?

C'est vrai qu'il faut le gérer. Mais ça faisait un petit moment que j'aivais envisagé la fin de ma carrière internationale, dès le début du Tournoi. J'ai dû l'annoncer, ça devient plus difficile. Beaucoup de choses ce passe dans la tête. Si on l'annonce, je ne pouvais plus revenir en arrière. C'a été une période très intense. J'ai choisi le moment, après cette phase de confinement où on a bossé énormément puis il y a eu un moment de relâchement qui a suivi. J'ai choisi ce moment pour ne âs être perturbé dans ma préparation physique et la reprise collective de l'entraînement.

Ecoutez la réaction de Jefferson POIROT, capitaine et pilier de l'UBB, au micro de Florian Rodriguez.

Réaction de Jefferson POIROT (Capitaine et pilier de l'UBB)