Actualités régionales

[vidéo] Le CHU de Bordeaux remarque une baisse des prises en charge des AVC

28 mars 2020 à 17h29 Par Jérôme Martin-Castéra
Crédit photo : commons.wikimedia

Une fréquentation divisée par deux.

En pleine crise du coronavirus, le CHU de Bordeaux s'inquiète : moitié moins de personnes sont accueillies aux urgences suite à un accident vasculaire cérébral. « Cela ne veut pas dire qu'il y a 50% d'AVC en moins » alarme Philippe Meynard, ancien maire de Barsac et lui-même victime d'un AVC en 2014. « Le confinement (…) rend plus difficile la prise en charge » explique t-il. L'affaissement du visage, la difficulté à parler ou encore la perte de mobilité sont les premières alertes d'un début d'AVC. Le président de l'association "AVC Tous Concernés" insiste : « il ne faut surtout pas appeler votre médecin, ni aller aux urgences de l’hôpital le plus proche. Il faut absolument appeler le 15 ! »

De son côté, le CHU de Bordeaux annonce la création d'une unité d’hospitalisation de courte durée en neurologie. Elle permettra d'accueillir les patients après leur passage aux urgences et d'éviter de rester dans une unité où peuvent arriver des patients s'inquiétant d'être atteints du Covid-19.

« L’AVC reste une urgence médicale absolue, même par temps de COVID » souligne le docteur François Rouanet, neurologue au CHU.