Actualités régionales

Vidéos | « On a des souvenirs plein la tête » - deux frères de Casteljaloux en piste dans la nouvelle saison (très particulière) de Pékin Express

21 février 2021 à 19h05 Par Jérôme Martin-Castéra
Crédit photo : Patrick ROBERT/M6

Coup d'envoi ce mardi à 21h05.

Ce mardi, débutera sur M6 à 21h05 la 14ème saison de Pékin Express. Le tournage du jeu d'aventure, devenu une référence au fil des années, ne s'est pas passé – du tout – comme prévu, crise sanitaire mondiale oblige. Pierre-Louis et Arnaud, deux frères originaires de Casteljaloux font partie des 8 binômes de cette nouvelle saison intitulée "sur les pistes de la terre rouge".

Les Frères Fêtards du Lot-et-Garonne

Pierre-Louis a 27 ans et est kiné à Virazeil. Son frangin, Arnaud a lui 25 ans et est étudiant en... kinésithérapie. Tous les deux rêveraient de monter ensemble un cabinet. Mais, en plus d'avoir le même sang et la même destinée professionnelle, les deux frères ont aussi la même passion pour le sport (ils pratiquent tennis et basket) ou encore le même groupe d'amis et surtout la même passion pour la fête. Ils ne le cachent pas. Au contraire. Leur surnom : les Frères Fêtards.

C'est « sur un coup de tête » que le duo a postulé à Pékin Express alors qu'une publicité traînait sur le fil d'actualité Facebook de l'un des vingtenaires qui n'étaient pas forcément des assidus de l'émission et dont les gagnant.e.s peuvent empocher jusqu'à la coquette somme de 100 000€.

Un tournage très perturbé

Sur le papier, l'aventure aurait dû avoir lieu en Ouganda, en Éthiopie puis aux Émirats arabes unis avant une finale à Dubaï. Seulement voilà, rien ne s'est passé comme prévu. C'est en mars que le tournage de l'émission débute. Dans le "monde d'avant" et en Ouganda sans savoir qu'une pandémie mondiale allait se développer aux quatre coins du globe. Le coronavirus s'empare de l'actualité à ce moment alors que l'ensemble des candidat.e.s, déconnecté.e.s à 100%, ne se rendent comptent de rien, et continuent leur périple en Ouganda ou en Éthiopie. La propagation du virus inquiète les populations locales qui deviennent méfiantes envers les binômes qui, en plus de la difficulté déjà certaine du concours, ont dû faire face aux difficultés liées au virus. « Les gens nous demandaient si on n'avait pas le Covid » se souvient Pierre-Louis. Faire du stop ou encore dormir chez l'habitant devient alors très compliqué.

Au bout de trois étapes, la production doit renoncer au tournage alors que la France se confine et que les frontières se ferment. Retour aux pays pour les deux frères lot-et-garonnais et pour l'ensemble des équipes de l'émission.

Finalement, le tournage reprend en septembre dans des destinations bien plus proches : la Grèce et la Turquie. Dans des conditions sanitaires toujours strictes mais l'aventure continue.

Arnaud et Pierre-Louis racontent avoir pu prendre – un peu – le temps d'admirer la beauté des paysages. Mais clairement, le duo n'est pas venu là pour faire du tourisme. L'aventure c'est l'aventure et l'objectif est clair : la victoire. Si quelques brouilles ont éclaté entre eux, les deux kinés ont su, plus que d'autres binômes, garder leur calme. D'ailleurs, le contact est parfaitement bien passé entre tous malgré l'enjeu et la soif de vaincre. « On s'est tous très bien entendu » lâche Arnaud. L'ensemble des participant.e.s continue de garder des liens.

Malgré ces conditions de tournage extrêmes, parfois même dangereuses, les deux hommes de Casteljaloux en garde « des souvenirs pleins la tête ». Pierre-Louis le confirme : « il n'y a zéro regret. On a vu des paysages fantastiques et on a rencontré des personnes formidables ».

Une aventure hors du commun que les Frères Fêtards souhaitent partager avec leurs potes. « S'il n'y avait pas eu la Covid, on aurait loué la salle des fêtes pour voir la diffusion du premier épisode » se marre la paire. Il n'en sera évidemment rien. « On regardera ça en famille, avec quelques potes » concluent-ils. La fête attendra et, victoire ou défaite, elle s'annonce très animée dans les Coteaux et Landes de Gascogne.