Mise en ligne le Dimanche 24 Mars 2019
écouter

TOP 14 (20e journée) : Racing 92 / Bordeaux-Bègles (45-27) : Tarif et scenario habituels...

Une mi-temps d'espoir, puis le néant. Rien de nouveau pour l'UBB sous le soleil parisien qui, comme à Montpellier, Clermont ou Pau récemment, et beaucoup trop d'autres fois un peu plus loin dans le passé, n'aura donc pas tenu la distance et explosé en vol face à la seconde meilleure attaque du championnat. Les Girondins étaient pourtant prévenus de la puissance de feu francilienne. Mais ils ont plié comme un fêtu de paille sous ses impacts, y compris dans les premières minutes, où l'on sentait bien qu'ils étaient à la limite de la rupture à chaque ballon porté parisien (en photo, Machenaud ouvre au large sous le regard de James). Le premier alla d'ailleurs à Dame, par Le Roux (7-3, 9e) et les 14 points d'avance obtenus ensuite par les bordelo-béglais (7-20 à la 24e), aussi magnifiques qu'aient été les deux essais du capitaine Yann Lesgourgues (après une mêlée retournée et une percée magistrale de 60 mètres, 19e) puis de l'arrière Nans Ducuing sur une mêlée à 5 mètres et un caviar de Radradra (24e) semblaient trop beaux pour être vrais, un peu comme le temps des cerises avant la tempête annoncée. Avec encore 6 longueurs d'avance à la pause (14-20), l'Union aurait alors dû se préparer à changer de registre, montrer ses "cojones" plutôt que du panache et dresser les barbelés face au char d'assaut parisien dont on connaît depuis longtemps les recettes. Mais elle n'en avait de toute évidence pas la moëlle, et son indiscipline (cartons jaunes à Tabidze puis Seuteni) allait de surcroît lui coûter très cher, lors d'un second acte à sens unique où le Racing enfila les essais comme les perles, sans même être freiné par son infériorité numérique après le carton rouge à Iribaren (69e). Au final, la note la plus salée de la saison pour l'UBB (que l'essai anecdotique de Radradra avant la sirène adoucit à peine, 45-27, 79e) qui devra faire preuve d'une tout autre force de caractère sur les 3 périlleux déplacements qui lui restent (Toulon, Lyon et la Rochelle, pas vraiment une sinécure) pour gratter hors de ses bases le succès - sans doute indispensable - pour accrocher le bon wagon du Top 6. Ecoutez les réactions de Laurent MARTI, le président de l'Union Bordeaux Bègles, Alexandre ROUMAT, le troisième ligne, Nans DUCUING, l'arrière, auteur d'un essai, Joe WORSLEY, le manager de l'UBB, et Louis DUPICHOT, l'ailier du Racing 92, au micro de Dorian Malvesin qui commentait cette rencontre en direct intégral du Paris La Défense Arena à Nanterre. Pour entendre la totalité de ces réactions, rendez-vous ce lundi 25 mars dans nos journaux, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.