Sports

Football (Ligue 1, 18e journée) : Metz / Bordeaux (0-0) : Un nul glacial, faute de mieux...

06 janvier 2021 à 23h20 Par Dominique Darriet et Christophe Monzie
Jean-Louis Gasset le coach bordelais, se contente de ce 11e point de la saison pris à l'extérieur au terme d'un match très fermé.
Crédit photo : ARL Michaël Kintzig

Dans un match fermé qui ne connut jamais de grandes envolées, entre les 14e et la 17e attaques de Ligue 1, qui plus est privées l'une et l'autre de leur meneur de jeu, la froide soirée lorraine a accouché sans surprise d'un score vierge sans saveur, qui permet aux Girondins, dominateurs mais encore une fois inoffensifs, de grappiller une place et de doubler Nice, battu à Brest. 2021 commence tout doucement, mais un succès samedi sur Lorient validerait une reprise encourageante. A condition de marquer enfin...

Les fêtes de fin d'année auront incité à l'indulgence, et peut-être même à une amnésie rassérénante. Pour oublier la gueule de bois née des largesses consenties devant le Champagne rémois avant les fêtes, rien de tel qu'une bonne quiche lorraine, voire d'une mirabelle bien frappée pour vous redonner quelques couleurs et chasser tout risque de virus. Si l'on part du postulat qu'un point pris à l'extérieur est toujours un bon point et que la notion de match à l'extérieur ou à domicile reste significative dans des stades vides, alors on conviendra que ce 11e point glané à l'extérieur (presque autant qu'au Matmut où ils n'en ont pris que 12) est plutôt positif pour des Girondins qui ont signé leur 10e clean-sheet de la saison. Leur solidité défensive (7e défense de Ligue 1) doit cependant être relativisée face à des Lorrains orphelins de leur trio offensif Boulaya-Nguette-Niane. Et si les tauliers de l'arrière ont encore une fois préservé l'essentiel, comme à Strasbourg, au terme d'un match sérieux et sans concession, le reste de l'équipe a cruellement manqué de maîtrise technique, en dépit d'une possession de balle majoritaire, comme souvent cette saison. Une fois de plus, Adli, qui débutait la rencontre, a déçu, recevant rapidement un carton jaune pour des fautes répétées (19e), suivi de près par Pablo pour une faute sur Delaine (26e) qui lui vaudra d'être suspendu pour le match à Nice. Quant à ceux qui étaient alignés pour tenter de faire oublier Ben Arfa, eh bien ils devront refaire leurs preuves à l'examen...Maja, Hwang et Oudin, tous trois remplacés à la 70e minute par Briand, Kalu et De Préville sans que le rendement offensif de l'équipe s'en améliore d'un iota, ont semblé transformés en bonhomme de neige dans la froideur locale. Avec 18 unités au compteur, qui en font la...18e attaque de Ligue 1 (seuls Dijon et Nîmes ont fait pire), Bordeaux continue de faire peine à voir offensivement, quels que soient les options offensives et le casting choisis. Et pourtant, l'adversaire du soir était l'un de ses meilleurs clients (aucune victoire messine sur les...14 derniers affrontements, tout le contraire du Stade de Reims donc pour les Girondins). Mais ceux-ci n'ont pas refait le coup de la saison dernière. Le premier acte a été d'un ennui abyssal, les deux gardiens Oukidja et Costil, au chômage technique complet, manquant de peu être transformés en stalagmites. En seconde période, après une frappe bien trop molle d'Oudin sur Oukidja (54e) et quelques montées décidées de Sabaly hélas pas suivies d'effets ni de soutien, Bordeaux aurait peut-être pu rafler la mise sur un arbitrage vidéo, après une frappe de Basic sur la main de Centonze, mais que la VAR ne jugea pas répréhensible (64e). En toute fin de rencontre, il fallut une intervention décisive de Baysse pour priver ce même Centonze d'une balle de match (89e). Mais le coup dur de la soirée, alors que Koscielny venait de retrouver le terrain après un mois d'arrêt en remplaçant Pablo (56e), fut la sortie sur blessure de Zerkane, visiblement touché aux ischio-jambiers (83e). Déjà fournie avec Ben Arfa et Poundjé, l'infirmerie girondine enregistrera donc un autre pensionnaire, le jeune algérien étant très probablement forfait pour la réception de Lorient ce samedi soir. Où l'on espère que cette fois, face à la 19e défense de Ligue 1 laminée à domicile par Monaco ce mercredi (2-5) et privée de Delaplace, expulsé face aux Monégasques, Bordeaux fera enfin feu de tout bois, comme il ne l'a fait qu'une fois jusqu'ici cette saison. C'était contre Dijon, alors dernier, le 4 octobre (3-0)...Pour le reste, il a plus souvent tiré au gros sel qu'à la chevrotine... 

Ecoutez les réactions de Jean-Louis GASSET, l'entraîneur du Football Club des Girondins de Bordeaux, Youssef MAZZIZ, le jeune milieu de terrain du FC Metz formé au club et qui faisait ses débuts en Ligue 1, Loris BENITO, le défenseur latéral gauche international suisse du FC Girondins de Bordeaux, et Frédéric ANTONETTI, l'entraîneur du Football Club de Metz au micro de Michaël Kintzig, qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Saint-Symphorien à Metz.

Réaction de Jean-Louis Gasset

Réaction de Youssef Mazziz

Réaction de Loris Benito

Réaction de Frédéric Antonetti